Circuits financiers et production urbaine dans les Suds

La deuxième journée d’étude de l’ANR Finurbasie aura lieu à Paris le mardi 5 novembre 2013, de 10h à 17h, sur le thème : Circuits financiers et production urbaine dans les Suds.

LIEU : Bâtiment Le France, salle 638, 6eme étage – 190 avenue de France
Paris, France (75013)

Le Centre d’Etudes Français de la Chine contemporaine (CEFC), le Laboratoire Techniques Territoires Sociétés (LATTS), le laboratoire Géographie-Cités et le Réseau Asie-Pacifique ont le plaisir de vous inviter à la deuxième journée d’étude de l’ANR Finurbasie consacrée au thème : Circuits financiers et production urbaine dans les Suds

Participation gratuite et ouverte à tous, mais enregistrement souhaité auprès de : hortense.rouanet@enpc.fr

Programme

10h– Accueil et présentation du projet ANR Finurbasie : Natacha Aveline (Géographie-cités, CEFC) et Ludovic Halbert (LATTS)

Matinée Moyen-Orient et Afrique du nord

Session en français présidée par Aurélie Varrel (CEIAS)

  • 10h30 – Burcu Ozdirlik (Lab’Urba) : La structuration de l’industrie immobilière turque et les nouveaux circuits de financement: l’exemple du nouveau centre d’affaires d’Istanbul. Discussion: Eric Denis (Géographie-cités)
  •  11h30 – Pierre-Arnaud Barthel (LATTS-IFU) et Leila Vignal (ESO-Université de Rennes 2) : Grands projets urbains après le « printemps arabe » (2011) : business as usual ou signes de rupture dans l’économie politique de ces morceaux de ville ? Discussion : Eric Denis (Géographie-cités)

12h30 – Déjeuner buffet

Après-midi Hong Kong et Chine

Session en anglais présidée par Ludovic Halbert (LATTS)

  • 13h30 – Natacha Aveline (Géographie cités, CEFC) : Spatial and social impact of capital liquidity in real estate – the experience of the Hong Kong REITs. Discussion : Thierry Theurillat (Université de Neuchâtel)
  • 14h30 – Thomas Vendryes (ENS Cachan, Centre d’Economie de la Sorbonne) : Real estate investments and land rights in rural China. Discussion : Thierry Theurillat (Université de Neuchâtel)

15h30 – Pause café

  • 16h – Manuel Aalbers (Université de Leuven): Présentation du projet de recherche (ERC starting grant) sur Hong Kong et la Chine : The Real Estate / Financial Complex.  Discussion : Thierry Theurillat (Université de Neuchâtel)

 Concernant les pays arabes et le Maghreb, ci-dessous le résumé de l’intervention de Pierre-Arnaud Barthel (LATTS-IFU) et Leila Vignal (ESO-Université de Rennes 2) : Grands projets urbains après le « printemps arabe » (2011) : business as usual ou signes de rupture dans l’économie politique de ces morceaux de ville ? 

« Depuis les années 2000 surtout (quelques projets ont été précurseurs dans les années
1980-90), l’urbanisme des grands projets a profondément influencé la façon de concevoir le développement urbain dans la région MENA, dans un contexte général de désengagement de l’Etat et/ou de rôle croissant des acteurs privés. Du point de vue économique , les grands projets ont été un véhicule important de l’investissement privé national et international dans les pays de la région. Politiquement, ces projets ont bénéficié du soutien des régimes en place, y compris au plus haut niveau (Roi, président), et ont souvent été présentés comme la clef du développement et de l’insertion dans la mondialisation. Portés par de grands groupes, nationaux et étrangers (et dans ce cas principalement du Golfe), les grands projets sont, selon notre hypothèse, un moteur puissant de captation de la rente foncière et immobilière par et pour des élites économiques proches du pouvoir politique central. Cet article propose d’esquisser un bilan de cette fabrication et de bien mettre en évidence les logiques qui prévalent à leur production (financiarisation des développeurs, régime d’exception, informalisation des rapports entre parties prenantes). Puis, la communication propose d’examiner en quoi les changements politiques récents depuis 2011 dans un grand nombre de pays de la région remettent en cause ou non l’économie politique en place qui sous-tend ces opérations, et alors même que la crise économique mondiale avait déjà sérieusement commencé à diminuer les sources de financements (public, privé et étranger) disponibles pour ces projets »

pour plus d’informations : http://calenda.org/260062

Suivi de la Stratégie méditerranéenne de développement durable : principaux indicateurs – actualisation 2013

Les fiches “Indicateurs”, réalisées dans le cadre du Suivi de la Stratégie Méditerranéenne de Développement Durable (SMDD), sont destinées à fournir une première réponse à la question : « les pays Méditerranéens progressent ils sur la voie du développement durable ? ».

Elles concernent les 34 indicateurs prioritaires retenus dans la SMDD pour suivre les progrès enregistrés par les pays Méditerranéens au regard des principaux objectifs définis pour 9 problématiques prioritaires :

  1. Améliorer la gestion intégrée des ressources et des demandes en eau
  2. Gérer la demande d’énergie et atténuer les effets du changement climatique
  3. Assurer une mobilité durable par une gestion adaptée des transports
  4. Promouvoir un tourisme durable
  5. Promouvoir un développement agricole et rural durable
  6. Promouvoir un développement urbain durable
  7. Promouvoir une gestion durable de la mer et du littoral et stopper d’urgence la dégradation des zones côtières
  8. Renforcer la solidarité, l’engagement et les financements en faveur du développement durable à l’échelle régionale, nationale et locale
  9. Renforcer le capital humain et l’implication des acteurs : recherche, formation, éducation, sensibilisation et participation                                                                                                                                                                                                                                                       Pour télécharger la version préliminaire mise à jour en Mai 2013:

http://planbleu.org/sites/default/files/publications/idd_2013fr.pdf

D’un ministère à l’autre : quelle « place » pour la ville?

En Algérie,  près de 66 % de la population, d’après le dernier recensement général (RPHP 2008), se concentrent dans les villes, c’est dire l’importance qui devrait en principe leur être accordée. En 2004, la création  d’un ministère délégué à la Ville  avec dans son sillage  l’adoption de la Loi n°06-06 du 20/02/2006 portant loi d’orientation de la ville et qui vise à définir la politique de la ville dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire et du développement durable, avait suscité un espoir pour la prise en charge de la question urbaine dans sa globalité. Espoir déçu, puisque la loi attend toujours ses décrets exécutifs et que le ministère, qui n’était pourtant que « délégué », sous tutelle du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (MATE), disparu carrément en novembre 2008. 

Il faudra attendre 2012, pour voir réapparaitre la ville au sein de ce même ministère, devenu pour l’occasion le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de la Ville (MATEV).

Lors du dernier remaniement ministériel annoncé il y a quelques jours (le 11 septembre 2013), le MATEV est redevenu MATE et la ville est passée au  ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme précédemment (MHU), qui est devenu ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV).

Au delà des changements de sigles des ministères,  ces changements systématiques sont symptomatiques du malaise qui existe. Il semble que cette difficulté à trouver « une place » stable pour la ville, reflète toute la complexité de la prise en charge des problèmes urbains.

N’est-il pas temps de réfléchir à une structure qui permettrait d’avoir une vision globale et intégrée de la ville, qui ne soit pas « ballotée » d’un ministère à l’autre, quand elle ne disparait pas carrément? Une structure qui serait à même de mettre en œuvre une véritable politique de la ville, qui fédérerait les différents secteurs  et permettrait la coordination et la concertation avec les collectivités locales …  Une structure qui s’inscrirait dans la continuité, avec sa propre organisation, et qui prouverait l’attention portée au lieu ou vit plus de la moitié de la population algérienne. Cette structure qui s’occuperait exclusivement de la ville, de son quotidien et de son devenir pourrait s’appeler tout simplement « le ministère de la Ville ».

B.K.

Pour citer ce billet : “D’un ministère à l’autre : quelle « place » pour la ville? ”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 16 septembre  2013. Lien : http://ruralm.hypotheses.org/272

Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville

Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville

Éditeur scientifique : Éric Duchemin, Laboratoire sur l’agriculture urbaine

Bien que cet ouvrage, paru en aout 2013,  traite de l’agriculture urbaine en Amérique et en Europe, le sujet est de toutes façons intéressant,  particulièrement pour les pays d’Afrique du Nord dans lesquels les pratiques agricoles à l’intérieur et  en périphérie des villes sont une tradition ancienne à redécouvrir.

Le résumé :

Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville« Depuis maintenant plus d’une décennie l’agriculture urbaine se développe dans les pays industrialisés, que ce soit en Amérique ou en Europe. Les projets se multiplient et prennent de nombreuses formes. Ils répondent aussi à des objectifs variés tels que la sécurité alimentaire, l’éducation, l’autonomisation et la réappropriation de l’espace urbain par les citoyens.

Résolument multidisciplinaire, cet ouvrage regroupe des contributions qui montrent que l’agriculture urbaine est un outil pour le développement et la planification urbaine, tout en mettant l’alimentation au cœur des préoccupations de l’aménagiste.

Cet ouvrage amène à découvrir les différentes formes d’initiatives actuelles en agriculture urbaine et les nouvelles «frontières» que prend cet outil de réappropriation de l’espace urbain, c’est-à-dire ses potentialités, ses applications élargies ou redimensionnées, repensées en convergence avec les enjeux environnementaux urbains contemporains. Dépassant la seule présentation de projets, cet ouvrage montre que l’inclusion urbaine de l’agriculture doit se faire de manière intégrée et avec une perspective écosystémique. »

Pour télécharger un extrait : http://www.editionsvertigo.org/publications/14.htm

 

Les palmiers de l’uniformité

On assiste depuis plusieurs mois en Algérie, à la plantation de palmiers ayant pour vocation d’agrémenter et d’embellir les grands axes et les espaces publics de  plusieurs villes à l’échelle nationale.

Si on peut se féliciter de la « végétalisation » des espaces urbains, on ne peut néanmoins s’empêcher de remarquer à quel point cette opération est effectuée de manière « uniformisante ». En effet, le même type de palmiers est planté dans toutes les villes,  d’Alger à  Oran, en passant par Djelfa et de la même manière (le type d’emplacements, l’espacement et l’agencement sont identiques), et c’est ce qui interpelle le plus, même si la question de l’entretien et de la capacité de ces arbres  originaires du Sud, de la région des zibans (Biskra), ou le climat est saharien, sec et fortement ensoleillé, à résister dans des conditions différentes tels que le climat humide du littoral ou celui des hauts-plateaux,  particulièrement froid en hiver se pose évidemment.

En fait, l’idée qui aurait pu être plutôt bonne, puisque tout espace vert et végétation sont les bienvenus dans la ville (de nombreuses études ayant montrer leurs effets bénéfiques), peut s’avérer problématique, si le choix végétal n’est pas pertinent et que les espèces plantées ne résistent pas aux conditions environnementales,(ce sujet ne fait pas l’unanimité, mais   cela  devrait se vérifier avec certitude après un ou deux hivers).  Une chose est sure, au delà du choix de l’espèce,  l’ uniformisation du paysage végétal qui est en cours et qui vient s’ajouter à une uniformité déjà bien engagée du paysage architectural, va palmiers1renforcer la monotonie des villes algériennes, d’autant plus qu’il s’agit là d’une plantation massive: boulevards, places, rond-points,  et même les autoroutes : tous les espaces publics sont en train de se conjuguer au mode palmiers ….
Dans ce cas là, l’adage arabe risque de se confirmer :

« ادا زاد الشيء عن حده انقلب الى « ضده(toute chose qui dépasse ses limites se transforme en son contraire)                         Photo : Bachar k.  Aout 2013

B.K.

Pour citer ce billet : “ Les palmiers de l’uniformité ”    par Keira Bachar.                     Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 9 septembre  2013.     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/247

L’ESPACE EN PARTAGE : APPROCHE INTERDISCIPLINAIRE DE LA DIMENSION SPATIALE DES RAPPORTS SOCIAUX

Appel à communications
Colloque international de l’UMR ESO
   Rennes (France)
du 9 au 11 avril 2014
L’ESPACE EN PARTAGE : APPROCHE INTERDISCIPLINAIRE
DE LA DIMENSION SPATIALE DES RAPPORTS SOCIAUX

L’UMR 6590 ESO (Espaces et Sociétés) organise du 9 au 11 avril 2014 un colloque international et interdisciplinaire centré sur la dimension spatiale des rapports sociaux. Il s’adresse à l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales.
Ce colloque sera structuré autour de trois grands axes :
1. Mondes sociaux en partage
2. Positionnements et narrativités (inter)disciplinaires
3. Approches, méthodes, outils
Les propositions d’interventions doivent être envoyées à l’adresse suivante :                   colloque-espace-en-partage-2014@uhb.fr.
Les propositions peuvent être rédigées en français ou en anglais. Elles se feront sous la forme de deux fichiers Word .
En plus des interventions classiques (communications et posters), sont également attendus des formats originaux : présentations de démarches de recherche en cours ; supports vidéo, sonores et performances ; ateliers de type symposium ; etc.
Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2013.
Pour plus d’informations : http://eso.cnrs.fr/

Pour télécharger l’appel complet et l’argumentaire :  Appel_Colloque ESO 2014_FR

Colloque international «Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires : concepts, méthodes et interventions »

Colloque international  «Dynamiques urbaines et enjeux sanitaires :concepts, méthodes et interventions »

Du 11 au 13 septembre 2013,  À l’Université Paris-Ouest –  Nanterre-  La Défense

« La santé dans les villes constitue une question cruciale dans un monde de plus en plus urbanisé, au Nord comme au Sud. Objet de nombreux préjugés, positifs ou négatifs, la santé dans les villes recouvre une série de questions originales sur les déterminants de la santé, l’émergence de nouvelles maladies, leur prise en charge préventive et curative, etc.

Ce colloque est organisé par un consortium d’institutions travaillant dans le champ de la santé dans les villes, notamment le « Partenariat Institutions et Citoyens, pour la Recherche et l’Innovation » du Conseil régional de l’Ile de France qui soutient l’action commune dans la région d’ESPT et de l’équipe Espace, Santé et Territoire ; le programme sur la santé et le bien être en milieu urbain initié par l’International Council Science for Science » ; le master GEOSANTE de l’Université Paris Ouest et de ses partenaires au Nord et au Sud ; et de nombreuses universités,  sociétés savantes, associations scientifiques.

Ce colloque réunira les meilleurs spécialistes mondiaux de la santé dans les villes, plus de 300 chercheurs, praticiens, décideurs venus de 49 pays. Il sera la plus grande manifestation sur ce thème organisée à ce jour en Europe.

L’objectif est de promouvoir le rapprochement d’une part entre chercheurs de sciences sociales et  sciences de la santé et d’autre part entre chercheurs et décideurs et acteurs locaux. Ces échanges doivent permettre de mieux comprendre les leviers de la santé dans les villes, les liens étroits entre processus d’urbanisation (environnement urbain, ségrégations urbaines, soins, etc.) et états de santé pour éclairer au mieux la décision publique. »

A noter que pas moins de six communications portant sur les enjeux sanitaires et urbains en Algérie sont prévues.

Pour en savoir plus et télécharger le programme complet en français et en anglais:   https://www.etouches.com/ColloqueInternational2013

Programme triennal d’efficacité énergétique » 2011-2013″

Isolation thermique des  bâtiments

En Algérie, le secteur du bâtiment est le secteur le plus énergivore.

Sa consommation représente plus de 42% de la consommation finale.

Les actions de maîtrise de l’énergie proposées pour ce secteur portent notamment sur l’introduction de l’isolation thermique des bâtiments qui permettront de réduire la consommation d’énergie liée au chauffage et la climatisation d’un logement d’environ 40%.
Phase 2011-2013 :

1/ Projet isolation thermique de 600 logements neufs (il s’agit des 600 logements  HPE évoqués dans le billet du 15 juillet 2013)

Ce premier projet pilote est déjà lancé par l’APRUE (Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l’Utilisation de l’Energie ) en partenariat avec le Ministère de l’Habitat. Pour sa mise en œuvre, des conventions ont été signées avec la Caisse Nationale du Logement (CNL) et  les OPGI (Offices de Promotion et de Gestion Immobilière) de 11 wilayas, couvrant l’ensemble des zones climatiques du pays.
Le nombre de logements est réparti comme suit pour les 11 wilayas concernées:

2/Projet d’isolation thermique de 1500 logements existants

L’isolation thermique totale ou partielle de 1500 logements, soit une moyenne de 500 logements rénovés par an à travers:

  • Remplacement des menuiseries existantes par celles étanches avec double vitrage;
  • mise en place d’une isolation thermique.

SOURCE : http://www.aprue.org.dz/