Ecosystèmes désertiques : projet régional pour le partage des connaissances

Le projet régional intitulé « Partage des connaissances et Coordination sur les écosystèmes désertiques et les moyens de subsistance dans la région Moyen Orient – Afrique du Nord» a démarré avec la tenue de la première réunion du comité de pilotage, le 27 juin 2013 à Tunis.

Dans le cadre du programme MENA-DELP (Desert Ecosystem and Livelihoods Program),  cinq pays partenaires, à savoir l’Algérie,  l’Egypte, la Jordanie, le Maroc et la Tunisie, ont bénéficié d’un don du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) pour lancer des projets nationaux d’amélioration des conditions de vie des populations et de gestion durable des écosystèmes désertiques.

Ces projets nationaux seront appuyés par le projet régional exécuté par l’OSS (Observatoire du Sahara et du Sahel), et ce dans l’objectif de renforcer la coopération entre les institutions nationales. Le Comité de pilotage du projet est composé de représentants des institutions partenaires et de la société civile, notamment le Réseau Associatif de Développement Durable des Oasis (RADDO).

Source:  Observatoire du Sahara et du Sahel      http://www.oss-online.org

 

Une organisation adaptée à un environnement naturel hostile : l’oasis, entre durabilité et dégradation

S’étendant de l’Océan Atlantique jusqu’à la Mer Rouge, le territoire du  Sahara recouvre plus de 8 millions de km². Les espaces sahariens, composés de milieux fragiles et hostiles, dont la caractéristique principale est l’aridité, sont particulièrement inhospitaliers pour la vie humaine, pourtant on y  trouve des ensembles urbains, dénommés ksour (pluriel de ksar), associés à des ensembles agricoles, les palmeraies, implantés dans le désert, tout le long des itinéraires caravaniers depuis plusieurs siècles.

Si l’oasis était fondée sur la complémentarité entre l’espace bâti (le ksar) et la palmeraie, c’est la présence de l’eau qui a guidé son implantation, c’est pourquoi elles se situent le plus souvent dans les vallées et les lits d’oueds, dont les crues périodiques étaient utilisées pour l’irrigation des palmeraies ou l’on pratiquaient différentes cultures étagées à l’ombre du palmier dattier, qui, s’il a besoin de températures très élevées pour faire murir ses fruits, est également un grand consommateur d’eau.

palmeraie-ghardaia-1photo: palmeraie de Ghardaia (www.Algerie-Monde.com)

Les rudes conditions naturelles alliant sécheresse, chaleur intense et rareté de la ressource en eau ont obligé les populations à faire preuve de beaucoup d’ingéniosité et d’adaptabilité, que ce soit dans les domaines de l’urbanisme, de l’architecture, de l’agriculture ou encore de l’hydraulique, domaine essentiel pour le développement de la cité, étant donné la nécessité absolue d’irriguer les plantations (puisqu’on ne peut compter sur les précipitations qui sont rares et imprévisibles). Les systèmes de captage des eaux ingénieux, variés, (galeries drainantes, appelées « foggaras », dérivation des eaux de l’oued,  puits, différentes techniques d’entretien des réseaux et de répartition des eaux…),  bénéficient aujourd’hui d’un regain d’intérêt, de même d’ailleurs que les spécificités architecturales et urbanistiques. Le ksar, circonscrit dans ses fortifications, est différent d’une région à l’autre, mais on retrouve  certaines constantes  dans l’urbanisme arabo-musulman saharien, entre autres : la compacité du tissu urbain, les rues sinueuses imbriquées, profondes, plus hautes que larges, afin d’augmenter les zones d’ombre et améliorer le confort extérieur, la structure organique et la hiérarchisation des espaces du public vers le privé, l’utilisation des matériaux locaux (pierres, terres, argiles, chaux, sable, palmiers ….) et des constructions à l’échelle humaine. Pour lutter contre l’intensité du soleil du désert, les murs sont pleins et les ouvertures petites, les formes architecturales permettent de favoriser la ventilation et la climatisation naturelle.

Cependant ce qui semble le plus remarquable, c’est la relation d’interdépendance entre l’espace bâti et l’espace végétal, tous deux entièrement réalisés par l’homme. En effet, dans le désert, les palmeraies sont les seuls point de concentration végétale, (ailleurs les espaces de verdure existent mais sont clairsemés), elles faisaient  partie intégrante des cités, dès leur création, assurant des bénéfices économiques (sécurité alimentaire pour les populations, vente des dattes), écologiques et sociaux ( création d’un micro-climat, amélioration de l’état de l’humidité de l’air, sensation de bien-etre pour l’homme).

Depuis l’introduction du concept de développement urbain durable, on constate une attention croissante pour l’organisation de ces espaces, certains concepteurs de renom, s’en inspire même pour la mise en œuvre de leurs aménagements (par exemple Norman Foster pour Masdar City à Abou Dhabi). D’ailleurs, cet intérêt n’est pas nouveau, d’autres architectes et urbanistes, au début du 20ème siècle (entre autres Le Corbusier) avaient déjà relevé l’harmonie de ces entités architecturales, dans un environnement pourtant très particulier.

Cependant aujourd’hui, les oasis sont menacées, les ksar sont abandonnés, pour la plupart, au profit de cités d’habitat plus modernes car les agglomérations sahariennes connaissent un accroissement démographique et une urbanisation accompagnés de mutations socio-spatiales importantes, tandis que les anciennes palmeraies  se dégradent, suite au vieillissement des palmiers et au mitages des espaces par l’urbanisation. L’équilibre ancestral établit entre l’homme et son milieu est de plus en plus fragile. Paradoxalement, ces établissements humains, qui ont prouvé leur durabilité puisqu’ils ont traversé les siècles, et qui sont étudiés, reconnus et même copiés, se vident et se délabrent en réalité, de plus en plus. S’adaptant difficilement aux standards des modes de vie actuels (accès et circulation automobile, confort à l’intérieur des logements, eau courante, chauffage, climatisation etc..), ils sont souvent délaissés par leurs habitants….

B.K.

 Pour citer ce billet : “ Une organisation adaptée à un environnement naturel hostile : l’oasis, entre durabilité et dégradation”    par Keira Bachar.                                     Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb   le 29 juillet 2013.      Lien : http://ruralm.hypotheses.org/135

Colloque International: Défis et perspectives de l’habitat en Algérie : comprendre pour mieux agir

Le laboratoire de recherche Ville, Urbanisme et Développement Durable (VUDD) de l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme (EPAU)  organise  un colloque international sur les « Défis et perspectives de l’habitat en Algérie », au mois de novembre 2014  (19 et 20-11-2014) à Alger.  

Le résumé:

« L’urbanisation et la gestion des établissements humains mettent la société contemporaine face à plusieurs défis. En Algérie, la question de l’habitat pose des enjeux politiques, économiques, sociaux, culturels et géographiques. Enrayer la crise de logement est considéré comme étant une priorité majeure par les pouvoirs publics. En somme, la problématique du secteur de l’habitat en Algérie pose la nécessité d’harmoniser la vision architecturale du logement avec les diverses politiques de développement, en dépassant les clivages entre les différentes disciplines scientifiques et les différents opérateurs. Ce colloque a précisément l’ambition de rassembler plusieurs chercheurs et spécialistes de divers domaines afin de débattre des relations dynamiques et complexes qui existent entre l’habitat et sa conception architecturale, la politique urbaine, les mutations socioculturelles, la croissance démographique, le marché du logement, les contraintes économiques, les préoccupations environnementales, les risques majeurs et les performances technologiques des matériaux de construction. « 

Les résumés des propositions de communication doivent être envoyés avant le 10 janvier 2014.

Pour plus d’informations et télécharger le bulletin de participation  : http://calenda.org/256089

 

La désertification dans les pays du Maghreb

hauts-plateaux algeriens

     Zone steppique au centre des   Hauts-plateaux algeriens              Photo Bachar K. 2012

Les terres des pays du Maghreb sont particulièrement menacées par la désertification, ce processus de transformation d’une région semi-aride en une zone aride et désertique, et que la Convention des Nations Unies de Lutte contre la Désertification (UNCCD, 1994), désigne comme « la dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines ». La progression  de l’ensablement n’épargne ni les terres agricoles, ni les agglomérations, elle affecte, entre autres, les modes de vie des populations, la biodiversité, et les ressources en eau. C’est pourquoi la Lutte Contre la Désertification (LCD) est un volet important des programmes de développement des pays concernés, même si, sur le terrain, les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des attentes.


Maroc: Al Omrane et l’AVITEM signent une convention de coopération pour les villes durables

Au Maroc également, les villes nouvelles sont d’actualités:

Le groupe d’aménagement Al Omrane et l’Agence française des villes et territoires méditerranéens (AVITEM) signent une convention de coopération.

La signature de ce partenariat franco-marocain s’inscrit dans le programme « New Madina » de l’Union européenne qui vise à promouvoir le concept de ville durable en Sud Méditerranée.

Réunis au panel de clôture du programme de coopération sur les villes nouvelles à Tanger du 10 au 12 juin 2013, Badre Kanouni, président du directoire d’Al Omrane et Serge Telle, ambassadeur, délégué interministériel français à la Méditerranée et président de l’Agence française des villes et territoires méditerranéens (AVITEM), ont signé une convention prévoyant  le renforcement des échanges d’expertise et d’expérience en matière de création et de gestion de villes nouvelles. Les domaines privilégiés sont la création de l’habitat social et la promotion de la gouvernance des villes nouvelles.
Dans le cadre de cette convention, AVITEM appuiera Al Omrane dans la création de villes nouvelles sur la base d’une approche globale du milieu urbain, incluant non seulement la construction de logement, mais aussi le bien-être des habitants et leurs accès aux services.

 

New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée

Sur le thème justement, des villes nouvelles et de la durabilité, un ouvrage paru en 2013, aux Editions Scientifiques Internationales Peter Lang:

e7263c88d3aa275eb83245f29d9b639a

Un ouvrage collectif publié sous la direction de Pascaline Gaborit.

Présentation par l’éditeur : Pourquoi un ouvrage sur les villes nouvelles ? Les villes nouvelles constituent des expériences spécifiques en termes de développement urbain, au carrefour de la banlieue et du péri-urbain. Regroupant sur un territoire donné un ensemble d’enjeux politiques, structurels et techniques, elles font appel à une diversité de disciplines dans un bouillonnement d’interactions pour répondre à un défi majeur et complexe : créer des villes de toutes pièces et des lieux de vie.Puisque ces enjeux sont toujours d’actualité des deux côtés de la Méditerranée, se pencher sur les échanges entre autorités locales
et experts permet d’enrichir les réflexions et les pratiques dans ce domaine. C’est dans ce sens que cet ouvrage collectif met en évidence les résultats du projet New Medina, projet reposant sur la coopération entre villes et associations européennes et méditerranéennes.

À propos des auteurs :
Les contributeurs, d’origines diverses par leur localisation et par leurs disciplines (sociologie, urbanisme, aménagement, géographie,
sciences politiques), apportent à la fois des éléments de contexte, une vision croisée sur les villes nouvelles et des suggestions
pour le développement durable de ces villes en devenir : autant de perspectives variées qui donnent à cet ouvrage sa profondeur et son intérêt.

Contenu :
– Pascaline Gaborit : Les contradictions des Nouvelles Médinas. Projets-pilotes, territoires complexes et autres problèmes de durabilité
– Rachid Sidi Boumedine : Une ville nouvelle ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Une approche critique et comparative ; des projets de villes nouvelles au Maghreb
– Deni Ruggeri : Un concept voyageur. L’idéal de la ville nouvelle depuis les cités jardins d’Howard jusqu’aux éco-cités d’Aujourd’hui
– Christian Horn : Construire des villes durables dans le désert pour les citoyens
– Pierre-Arnaud Barthel : Optimiser la démarche d’urbanisme durable dans les projets de villes nouvelles. Retours d’expériences et propositions (Maroc et Égypte)
– Lauriane Lahery : Entre injonctions et appropriations, retour sur le concept de développement urbain durable au sud de la Méditerranée
– Hend Farouh : Rendre les villes égyptiennes durables. Le rêve et la réalité.

Pour en savoir plus sur le projet New Medina :  http://www.newmedina.eu

Les projets de villes nouvelles de nouveau à l’ordre du jour en Algérie

Le propos de ce billet n’est pas de discuter la pertinence de la création de ces villes nouvelles ; même s’il y aurait beaucoup à dire sur le sujet, étant donné qu’il y a tant à faire pour améliorer le cadre de vie dans les villes algériennes existantes et que des projets beaucoup plus modestes, à l’image des cités d’habitat, par exemple, ne sont pas réalisées de manière satisfaisante et souffrent pratiquement toutes  de déficit en matière d’infrastructures et de difficultés de gestion . Il s’agit seulement de faire une présentation rapide de 04 d’entre elles, dites de première génération (car plusieurs autres sont prévues, à plus long terme), qui ont (re) fait parler d’elles au cours de ces derniers mois. Ces projets ne sont pas nouveaux, puisque certains datent même  de plus de vingt ans.

Deux se situent autour de la métropole algéroise : Sidi Abdellah et Bouinan, une, au sein des Hauts-plateaux centraux : Boughezoul et enfin, Hassi Messaoud dans le Sud.

–  La ville nouvelle de Sidi Abdellah, située à 25 km à l’Ouest d’Alger, a été lancée dans le milieu des années 1990, avec pour but de désengorger la capitale. Le projet, présenté comme une technopole, a accumulé beaucoup de retard, il est sensé accueillir 30000 logements, autour du projet stratégique du « cyberparc ». Le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre et de multiples annonces ont été faites, dont la dernière en date,  en mai 2013, prévoyant le lancement d’une opération de grande envergure  de réalisation d’équipements et de programmes spécifiques (dont 12000 logements et 18 projets structurants ) au titre d’un partenariat entre le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville et les secteurs de l’Habitat et de l’Urbanisme, de la Culture, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, dans une première étape, pour rendre effective le lancement de la Ville Nouvelle de Sidi Abdellah.

-La ville nouvelle de Bouinan est prévue à 50 km d’Alger, à l’emplacement de l’actuel village du même nom, dans la wilaya de Blida, en contrebas de la montagne de Chréa. La première pierre des travaux de 5000 logements a été posée et le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme ainsi que le ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de la Ville ont donné officiellement  le coup d’envoi du projet de cette ville nouvelle, au mois de Juin 2013,  en assurant que  « ce ne sera pas une cité-dortoir, mais une cité avec tous les équipements nécessaires à la vie des habitants ». En tous cas, sur le papier, le projet prévoit 32000 logements, tous types confondus, pour 150000 habitants, ainsi qu’un complexe sportif géant, un centre de business international et d’autres structures socio-économiques.

-Le projet de la ville nouvelle de Boughezoul est le plus ancien, il a été reporté maintes fois  depuis les années 1980. Située à 170 km d’Alger, au sud de la wilaya de Médéa, elle fut d’abord présentée comme l’éventuelle future capitale du pays. Puis le projet fut quasi abandonné, avant d’être ressorti des tiroirs en 2004, avec l’ambition d’en faire  un centre d’excellence  où domine le tertiaire supérieur pour le développement des hautes technologies, la biotechnologie, et les énergies renouvelables.En 2011, un projet initié par le gouvernement algérien avec le soutien financier du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et l’assistance technique du PNUE, visait même à faire de la ville de Boughezoul la première ville « à faible émission de carbone ». Cependant sur le terrain, les choses avancent très lentement : aujourd’hui les travaux de viabilisation du site ne sont pas encore terminés, et ceux de la phase d’urbanisation et d’aménagement sont encore à l’étude.

maquette_boughzoul Maquette du projet de Boughezoul

-Le cas de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (située dans la wilaya de Ouargla)  est particulier puisqu’il s’agit de délocaliser l’actuelle ville de Hassi Messaoud, située à proximité d’un important site d’exploitation d’hydrocarbures, et déclarée zones à risques majeurs. Il est donc prévu la construction d’une nouvelle ville, pour reloger la population, sur un site plus sur, à 70 km de la première. Les études d’aménagement de cette « ville- oasis » sont en cours, une fois le dossier approuvé par le gouvernement,  la première phase de réalisation des travaux devrait être lancés avant la fin de l’année 2013. 

h messaoud Maquette du projet de Hassi Messaoud

Les dossiers de présentations de ces mégaprojets urbanistiques proposent des réalisations répondant aux exigences du développement durable : respectueuses de l’environnement, économes en énergie et ressources naturelles, adaptées aux conditions de vie des habitants, conçues sur le principe de la mixité sociale et fonctionnelle, mettant l’accent sur la qualité de vie et le bien-être ….

Reste à savoir si les manières de faire, les moyens techniques et humains et les modes de gestion mis en œuvre sur le terrain, réussiront à évoluer pour être en phase avec les exigences de ce nouveau référentiel d’aménagement, ce qui n’est pas le cas, pour l’instant, concernant les projets en cours de réalisation dans les villes existantes. Il semble, en effet, si difficile de trouver des pistes et moyens d’actions permettant d’engager concrètement ces dernières dans un processus de développement urbain durable, cela serait-il plus aisé dans des villes créées ex nihilo ?

B.K.

Pour citer ce billet : “Les projets de villes nouvelles de nouveau à l’ordre du jour en Algérie ”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 22 juillet  2013.                                                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/93

 

Colloque International: « La ville face aux défis de ses mutations » Appel à contributions

La faculté des sciences humaines et sociales de l’université de Bejaia (Algérie) lance un appel à contribution pour le colloque « La ville face aux défis de ses mutations. Urbanisation, peuplement et santé », prévu du 28 au 29 octobre 2013.

Résumé: « La ville est devenue un espace où interviennent plusieurs facteurs pour définir la particularité d’un monde spatial et environnemental en pleine mutation. On ne peut étudier l’aspect social de la morphologie de cette entité urbaine et sociologique rassemblant des populations sans se demander si le mode de vie est ou non adapté à un type de construction urbaine déterminée. Cette urbanisation prend alors une ampleur dimensionnelle qui modifie les conditions de vie, de santé et d’environnement, conséquence de l’exode rural, de la pollution et de la croissance démographique. Dès lors, les inégalités sociales se développent, engendrant un impact sur la santé des habitants, exposés aux multiples risques de leur vie quotidienne et de leur bien-être. »

Les résumés des communications proposées devraient être envoyés au plus tard le 02 août 2013.

Pour plus d’informations le dossier de présentation est téléchargeable sur le site de l’université de Béjaia : http://www.univ-bejaia.dz                                                                            L’annonce se trouve également sur : http://calenda.org/256000 

Ecocity 2013: la 10ème édition du Sommet mondial de la ville durable

Après Montréal, Istanbul, San Francisco, Bengalore, Curitiba, Adélaide et Berkeley, la dixième édition du Sommet mondial de la ville durable se déroulera à Nantes (France), du 25 au 27 septembre.  Pour plus d’informations et télécharger le dossier de présentation, le site du projet Ecocity 2013 :

http://www.ecocity-2013.com

Cette  édition place  « la ville comme chantier essentiel pour la réponse aux enjeux globaux de la durabilité ». Un an après Rio + 20, ECOCITY 2013 doit être une plateforme pour accélérer le changement à l’échelle mondiale, en partenariat avec les Nations Unies (UNhabitat, PNUE, FAO).

La mise en ligne des conclusions du sommet est prévue pour le 12 octobre 2013.