Démolir pour s’aligner sur des « standards » de mode de vie et de construction …

De plus en plus de propriétaires d’anciennes demeures, construites pour la plupart à la fin du 19ème  ou au début du 20ème  siècle, les jugent  « obsolètes » et les transforment de fond en comble, en  enlevant, par exemple, les charpentes, et démolissant les murs porteurs en pierre pour les remplacer par des poteaux et des dalles en béton armé, afin de construire des garages au rez de chaussée et plusieurs étages à la place.    

En effet, depuis le milieu des années 1970, ce mode constructif à base de ciment et d’acier, s’impose et domine le secteur du bâtiment en Algérie et on ne peut que constater la généralisation de son utilisation jusque dans la (re) construction des maisons individuelles, qui ont souvent tendance à ressembler à des « blocs de béton » de plusieurs étage.  Ce phénomène rejoint celui déjà bien répandu de la démolition de bâtisses situées dans les centre-ville et les grands boulevards des villes importantes, qui sont rachetées par des promoteurs immobiliers et remplacées par des immeubles flambant neufs destinés à devenir des équipements commerciaux, des cliniques privées, ou encore des immeubles de bureaux, à travers des opérations de démolition-reconstruction au niveau de tissus existants à forte valeur spéculative.

demolition

Une maison en cours de démolition/reconstruction Photo Bachar k

Cependant, le phénomène s’étend désormais à de nombreuses régions du pays (pour ne pas dire toutes) et touche même des quartiers modestes où les habitants aspirent à « refaire » leur maison, pour  la mettre au « goût du jour ». Ainsi, d’anciennes habitations basses avec structure en murs porteurs en pierres et couverture avec charpente en bois, recouverte de tuiles rouges en terre cuite, matériaux locaux et écologiques, ne répondent plus à l’esthétique, à la rentabilité, au confort, bref  aux standards de « vie moderne » recherchés aujourd’hui par leurs habitants. En l’absence d’informations et de moyens adéquats, leurs propriétaires,  au lieu  d’avoir recours à la rénovation, à la restauration  ou à la réhabilitation, qui nécessitent des études et une prise en charge particulières,  privilégient le plus souvent une solution rapide et radicale : elles sont, dans l’indifférence générale, entièrement détruites, rasées, quel que soit leur état,  pour être remplacées par des constructions « neuves » et « modernes », en béton armé.

Ces maisons humbles et anonymes, qui font partie du patrimoine, ne sont pas vraiment reconnues comme telles, elles sont ignorées et deviennent désormais, malheureusement, de plus en plus rares, elles sont pourtant les derniers témoins de savoir-faire oubliés …

Pour citer ce billet : « Démolir pour s’aligner sur des « standards » de mode de vie et de construction … »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/959

Retour sur une référence devenue incontournable au Nord comme au Sud : Le développement urbain durable

Des problèmes urbains existent dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, et la recherche d’un développement plus durable est aujourd’hui une référence incontournable à l’échelle planétaire, pourtant, si les concepts et les objectifs du développement durable sont par nature universels, leur application ne peut-être que différenciée en fonction des terrains étudiés, et l’ordre des priorités du développement durable au sein des pays à faible revenus ou moins développés se différencie de celui souvent privilégié dans les pays riches, les dimensions humaines et économiques constituent des enjeux cruciaux qui occultent encore, en partie, les préoccupations environnementales (B. Boidin ; 2004),

Ainsi, en Europe, de nouvelles règles, normes et labels régissent désormais la construction et l’urbanisme; en Amérique du Nord, c’est la recherche de la maîtrise de l’étalement urbain qui domine le débat et dans les pays dits « en développement » la recherche du développement économique l’emporte souvent sur la dimension sociale tandis que la dimension environnementale est quasi-absente malgré son importance pour la santé et le bien-être des populations. Lire la suite

Alejandro Aravena, un architecte, militant de l’équité sociale, reçoit le prix Pritzker 2016

La Fondation Hyatt vient de décerner ce 13 janvier 2016, le prix Pritzker à l’architecte chilien Alejandro Aravena, connu pour son travail tourné en particulier vers la construction de logements sociaux pour les plus démunis. Alejandro Aravena qui dirige l’agence Elemental depuis 2006, déclare vouloir construire de meilleurs quartiers afin que le « développement casse le cercle vicieux de l’inégalité« . Sa philosophie repose sur une utilisation de ressources limitées, en tentant de « faire plus avec les mêmes moyens ». L’architecte souhaite contribuer « à  élever le niveau de vie au Chili, en utilisant la ville comme une ressource illimitée pour construire l’égalité « . 

Le président de la Fondation Hyatt, Tom Pritzker, a expliqué : « Le jury a porté son choix sur un architecte  qui est un pionnier de la pratique collaborative, qui sait produire des architectures pleines de force, et relever les défis du XXIe siècle. Ses constructions participent à offrir des opportunités aux plus défavorisés, à atténuer les effets des catastrophes naturelles, à réduire la facture énergétique et à procurer des espaces publics accueillants. Innovant et inspirant, il nous montre comment l’architecture, à son meilleur niveau, peut améliorer la vie des gens ».

L’architecte entend « faire » et « prouver » plutôt que « théoriser », ainsi lorsqu’il s’est vu confier le projet de la  reconstruction de la ville de Constitución, détruite en 2010 par un tremblement de terre et un tsunami, Il affirmait, dans un entretien publié dans une revue chilienne : «A Constitución, nous avions ‘naturellement’ une pression sociale qui obligeait à avoir des réponses rapides. Le défi était de faire en sorte que l’urgence n’engendre pas la médiocrité mais soit, au contraire, une opportunité pour que les reconstructions constituent un saut en avant en matière de standard».

Une philosophie et un parcours à méditer, en particulier, dans nos pays du Maghreb, où l’urgence, la pression sociale, ou encore le manque de moyens sont souvent invoqués pour expliquer la  qualité très relatives des quartiers de relogement et des aménagements urbains en général. Pourtant, il semble qu’une bonne partie de l’explication soit ailleurs…. 

b.k

Pour citer ce billet :  “Alejandro Aravena, un architecte, militant de l’équité sociale, reçoit le prix Pritzker 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 13 janvier 2016.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/895

Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016

Nouvelle image (1)

Opération de relogement Photo APS – Archives

Dans le cadre du programme de Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) et de l’évacuation des immeubles menaçant ruine,  ainsi que des caves et des terrasses illicitement transformées en espaces d’habitation, les autorités locales de la wilaya d’Alger ont amorcé, le 16 décembre 2015, le lancement de la 20ème phase du relogement, qui doit toucher 6000 familles d’ici fin 2016.
Le programme pour Alger, porte sur la réalisation de près de 85 000 « unités » de logements essentiellement de type socio-locatif  collectif, destinées à reloger à terme 73 000 familles (recensées en 2007).
Les différentes campagnes de relogement, débutées en juin 2014, largement suivies et relayées par les médias nationaux, en particulier les journaux télévisés, ont permis de reloger, à ce jour, plus de 30 000 familles, dans des cités de grands ensembles, situées dans différentes zones périphériques des communes de la wilaya d’Alger, mais également des wilayas de Blida ou Boumerdes.                           Les pouvoirs publics qui annoncent vouloir faire d’Alger, une capitale sans bidonvilles,  d’ici fin 2016, ont investi des budgets colossaux dans les projets de construction de logements. Les questions (urbaines, sociales, environnementales…) posées par ce mode de production massif, intensif, standardisé, peu soucieux des spécificités socio-environnementales du milieu, ont été plusieurs fois abordées dans les billets de ce carnet. Pourtant, il faut peut-être nuancer le propos car l’ampleur du  problème, avec  l’explosion démographique que connait le pays (11 millions d’habitants en 1962, 40 millions en 2015),  est telle que la demande en logements est toujours largement supérieure à l’offre, d’où l’urgence de la situation, et le choix des responsables de miser sur la quantité « d’unités produites », et  d’aller « le plus vite possible », quitte à (re)produire les mêmes manières de faire (voire les mêmes erreurs..).

Ainsi, les habitants des « bidonvilles » qui  sont relogés dans ces nouveaux « pôles urbains », construits à la hâte, deviennent désormais des habitants de « cellule type » dans des  «unitévilles », et sont souvent partagés entre la satisfaction  d’avoir enfin obtenu  le logement  décent, promis et tant attendu ;  et la déception de se retrouver loin de leur environnement habituel,  dans des cités, dans la majorité des cas, encore sous-équipées et mal desservies par les transports en commun.

Si les besoins sont immenses et l’urgence réelle, fallait-il, pour autant, généraliser la même stratégie basée sur les mêmes modes opérationnels rigides, déjà expérimentés par le passé et largement critiqués? Une (petite) partie des importants moyens humains et financiers engagés dans la construction des millions « d’unités » réalisées à l’échelle nationale, depuis le début des années 2000, n’aurait-elle pas pu (du), être consacrée, à une véritable réflexion afin de pallier à l’absence de vision urbanistique et tenter de fabriquer la ville autrement que par une juxtaposition d’extensions répétitives, consommatrices de ressources et génératrices de nouvelles formes de ségrégations spatiale et sociale? Des interrogations qui reviennent inévitablement au sujet de l’habitat en Algérie, même en faisant un effort pour nuancer le propos …

Pour citer ce billet :  “Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 décembre 2015.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/881

Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire

Les assises nationales sur l’aménagement du territoire se tiennent à Alger depuis hier, 14 décembre 2015, pour évaluer le Schéma National d’Aménagement du Territoire SNAT 2030, avec pour slogan : «La dynamique territoriale : une alternative pour un développement économique durable».

Le SNAT à l’horizon 2030, révisable tous les cinq ans, a été institué par la loi n° 01-20 du 12/12/2001 relative à l’aménagement et au Développement Durable du territoire, et approuvé par la loi n°  10-02 du 29 juin 2010  (l’élaboration de ce Schéma, a nécessité plus d’une décennie, entre temps l’intitulé est passé de SNAT 2025 à SNAT 2030). Officiellement, sept ateliers de travail, se pencheront pendant deux jours, sur   » l’évaluation  de la situation générale du  SNAT,  la première phase du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT, 2030),  la consolidation des orientations stratégiques du SNAT en tant que facteur de dynamique socio-économique générateur de richesse au niveau des territoires, et enfin  l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du tourisme en Algérie« .

Le SNAT 2030 est l’instrument qui est sensé traduire et mettre en forme les orientations stratégiques de développement durable du territoire et constitue le  cadre de référence de l’action publique (document de synthèse, 2011) , en vertu de l’article 2 de la loi n° 10-02 du 29/06/2010, portant approbation du SNAT, qui stipule que : « les départements ministériels ainsi que les collectivités territoriales et les entreprises nationales et locales, sont tenus au respect des normes et règles du schéma national d’aménagement du territoire dans l’élaboration de leur projets et plans ».

La question est de savoir comment  cet « instrument » est  utilisé concrètement, autrement dit : comment les « orientations stratégiques de développement durable du territoire »  se traduisent dans les actions mises en oeuvre sur le terrain? Souhaitons que ces assises apportent un début de réponse ….

b.k.

Pour citer ce billet :  “Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 15 décembre 2015. Lien http://ruralm.hypotheses.org/870

Jean Jacques Deluz et Alger

J.J Deluz arrive à Alger en 1956, il travaille à l’Agence du Plan d’Alger avec Gerald Hanning à qui il succède en 1959. En 1963, il ouvre son propre bureau d’architecte, rue des Bananiers. En même temps, entre 1964 et 1988, il enseigne à l’EPAU d’Alger.

Il dit lui-même : «Alger est ma ville d’adoption. C’est celle que j’aime et que je connais plus que toutes les autres. Elle a été ma vie, avec les amertumes et les bonheurs qui en font le sel», pourtant, suite à la dégradation de la situation sécuritaire, il est contraint de la quitter en 1993. Cependant, l’attachement à sa ville est plus fort et il est de retour en 1997 pour continuer à y travailler: à concevoir mais aussi à écrire. Après avoir publié en 1988 « L’urbanisme et l’architecture d’Alger« , il publie en 2001, « Alger, chronique urbaine« , un livre dans lequel il décrit Alger telle qu’il l’a vue, telle qu’elle est mais également telle que les architectes et les urbanistes ont voulu qu’elle soit…

Il faut dire que dans ces écrits (entre autres  en 2008 :Fantasmes et réalités (réflexions sur l’architecture), et en 2009 : Le tout et le fragment ), J.J. Deluz n’a de cesse de traduire sa pensée architecturale et urbanistique, faite de respect pour le contexte et pour l’esprit du lieu; et d’indignation pour les incohérences des périphéries sans âmes, construites à la hâte, et composées de bâtiments à l’architecture stéréotypée. Modestement, il se défend de prôner une quelconque théorie et dit au contraire avoir  toujours été sceptique sur le bien-fondé de toutes les théories dans ce domaine, théories qui, tout en ayant des qualités de stimulation (mais aussi de stérilisation) sont à la clé de toutes les illusions et justifient tant d’erreurs, jusqu’à ce que d’autres théories les remplacent et entraînent à d’autres illusions et à d’autres erreurs. (…)

Les œuvres (écrites, dessinées, construites) transmises par cet Homme, naît en Suisse en 1930, qui se disait inspiré par Breughel le vieux, Bosch, Carpaccio, Max Ernst, et Diderot, Jarry, Breton, et Chopin, et Murnau, Bunuel, et Aalto, Gaudi et L’Alhambra de Grenade et le petit Trianon de Gabriel; qui était, à la fois, architecte, enseignant, écrivain, penseur, mais également peintre; et qui avait fait d’Alger où il s’est éteint en avril 2009, sa ville d’adoption; sont un héritage précieux, riche d’enseignements  à (re)découvrir et à méditer …

b.k.

Pour citer ce billet :  “Jean Jacques Deluz et Alger”     par   Keira Bachar.                         Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 7 décembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/859

La palmeraie: une « forêt » plantée par l’homme

Alors que l’urbanisation  est  souvent présentée comme un problème environnemental et qu’elle est  opposée à « la nature » ; il existe certains écosystèmes urbains à l’image des oasis (qui sont fondées sur le triptyque « eau – habitat- palmeraie »), pour lesquels l’urbanisation  a été synonyme de symbiose entre l’urbain et la nature. Elle a même permis de prouver que l’homme pouvait vivre en sédentaire et en harmonie avec un milieu pourtant hostile, en respectant des règles d’organisation et d’aménagement qu’il avait lui-même établies, après avoir préalablement compris les réalités de ce contexte environnemental particulier.

Au Sahara, comme partout ailleurs, la végétation est le plus fidèle témoin du climat, qui est l’un des facteurs qui influe de manière significative sur son développement. Malgré des conditions climatiques très contraignantes à la survie spontanée des êtres vivants, l’écosystème saharien est un milieu vivant, où les espaces abiotiques (entièrement dépourvus de vie) sont relativement restreints. En dehors de ces espaces spécifiques, l’importance de la végétation est fonction directe de la quantité d’eau disponible.               De manière générale, la végétation saharienne est maigre et clairsemée, les plantes utilisent surtout les emplacements où le ravitaillement en eau se trouve un peu moins défavorable qu’ailleurs… La flore saharienne apparaît donc comme très pauvre si l’on compare le petit nombre d’espèces qui habitent ce désert  à l’énormité de la surface qu’il couvre (Ozenda, 1991).

Cependant, il existe des « forets » au Sahara, c’est en effet ainsi qu’est nommée la palmeraie par les habitants. Ce qui est notable et propre à ce désert, c’est que c’est à l’intervention de l’homme que sont dus les uniques espaces de concentration végétale. En effet,  en dehors des cultures anthropiques, et en particulier celle du palmier, les arbres sont rares et dispersés.  La culture du palmier est ancienne historiquement au Sahara, elle demeure la plus importante aujourd’hui (M. Cote, 2002). Pourtant, les besoins en eau de cet arbre sont importants, cependant, il supporte les températures très élevées (qui lui sont nécessaires pour son développement et la maturation de ses fruits), la sécheresse de l’air et la salure des sols. De plus, il présente un double avantage : écologiquement, il assure un cadre qui réduit l’évapotranspiration et permet un microclimat; économiquement, il assure un produit commercialisable et exportable, qui trouve sans trop de peine, un marché à l’étranger (M. Cote, 2002). Par ailleurs, ce fut, pendant des siècles, et c’est toujours (mais dans une moindre mesure) une ressource alimentaire de base pour les populations locales, car en plus des dattes, les palmiers procurent des zones d’ombre sous lesquelles d’autres cultures peuvent se développer, c’est ce qui est appelé « les trois étages » de l’oasis (le palmier à l’étage supérieur, les arbres fruitiers à l’étage moyen et au sol, des légumes ou des cultures arbustives).

mitage

Aujourd’hui malheureusement : Mitage des palmeraies par l’urbanisation (Ghardaia) photo : b.k. 2013

Historiquement donc, au Sahara, contrairement à d’autres régions du Monde ou même du Maghreb,  c’est la création des cités qui a apporté avec elle des espaces de verdure dense qui n’existaient pas auparavant dans ce désert hyper aride. La végétation faisant partie intégrante du milieu urbain, l’un n’allant pas sans l’autre ; ici, l’homme n’avait détruit aucune végétation, pendant des siècles, au contraire. Pourtant, ce n’est plus le cas depuis plusieurs décennies, où l’on assiste à une dégradation des anciennes palmeraies due au vieillissement des palmiers mais aussi et surtout, due au mitage de l’espace  par une expansion urbaine démesurée.                

Malgré ou plutôt à cause des conditions très difficiles du milieu saharien, des « forȇts » entières ont été plantées au cœur du désert, faisant partie intégrante de la cité (l’oasis) et assurant des bénéfices économiques et écologiques. Ces palmeraies, qui ne sont pas vraiment une ressource « naturelle » (puisque plantée par l’homme) constituent une réelle adaptation au site par opposition et prouve qu’il est possible de penser l’urbanisation autrement que négativement, à conditions de comprendre et de respecter les spécificités de chaque contexte environnemental.

b.k.

Pour citer ce billet : « La palmeraie : une forêt plantée par l’homme » par Keira Bachar. Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 24 novembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/808

Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité

 

DSC04332Le colloque organisé par l’Université Ferhat Abbes de Sétif (Algérie) en collaboration avec l’Université du Maine (Le Mans, France) et qui vient de se tenir du 27 au 29 octobre 2015, Sétif, était international mais également (et surtout) interdisciplinaire.                                                                                                 La salle de conférences  où s’est tenu le colloque                                                          Photo bachar k. octobre 2015

En effet, si les colloques relatifs à l’aménagement urbain sont nombreux, de même que ceux prenant pour thème la biologie et/ou l’écologie végétales, ils sont, en général organisé par leurs départements respectifs.

En revanche, il est plus rare de trouver un département de biologie et d’écologie végétales qui organise une rencontre relative à l’aménagement urbain, comme cela a été fait par l’équipe du colloque de Setif, d’où son intérêt à l’heure où des notions telles que l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité ou encore la pluridisciplinarité engagent à intégrer à des degrés divers, plusieurs enseignements et/ou pratiques pour faire prévaloir l’échange, le dialogue et le débat dans un esprit d’ouverture, et en particulier dans les actions en faveur  d’un développement qui se voudrait « durable ».

C’est ce qui a tenté d’être fait au cours de ce colloque (dont on doit saluer les efforts des organisateurs). En effet, en plus de  la qualité des conférences des Professeurs- invités (télécharger  le programme ci-joint programme_final_colloque_2015), qui ont fait profiter l’assistance présente (relativement peu nombreuse par rapport aux milliers d’étudiants et d’enseignants que compte l’université) de leurs savoirs et de leur grande maîtrise de leurs domaines respectifs, le débat et l’échange de points de vue furent  particulièrement fructueux et enrichissants.

Spécialistes de l’aménagement urbains mais également biologistes, et écologues ont confrontés leurs hypothèses et conclusions de recherche, ce qui va contribuer, (on le souhaite du moins) à enrichir la réflexion, sur la question du décloisonnement des disciplines, en particulier en matière de développement urbain, qui ne peut faire l’économie d’une meilleure prise en compte de toutes les dimensions qu’elles soient techniques, économiques, sociales, ou environnementales. Et c’est une question qui concerne autant les pays du Nord que ceux du Sud, et en Algérie, elle se pose avec acuité dans la recherche et l’action urbaines, aussi bien pour les villes côtières que pour les villes sahariennes, mais également pour les villes steppiques (sur lesquelles portait ma présentation, télécharger le résumé : Résumé renaturation bk).

b.k.

Pour citer ce billet :   “Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 31 octobre 2015.                                                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/781

Les palmiers de l’uniformité (2)….Après deux hivers…

Dans un billet publié sur ce carnet au mois de septembre 2013 (http://ruralm.hypotheses.org/247) j’avais relevé le fait que le même type de palmiers était planté dans un grand nombre de villes algériennes, du Nord au Sud du pays, accentuant encore la monotonie et l’uniformité du paysage urbain dues à la reproduction de typologies constructives similaires aussi bien du point de vue des formes que de celui des matériaux.palmiers

J’avais noté que si toute végétation urbaine  est la bienvenue (de nombreuses études ayant montrer ses effets bénéfiques), elle peut s’avérer problématique, si le choix végétal n’est pas pertinent et que les espèces plantées ne résistent pas aux conditions environnementales. Concernant les palmiers plantés au cours de l’année 2013, le sujet du choix de l’espèce avait fait l’objet de polémiques entre ceux qui disaient que cette espèce ne résisterait pas au climat rude des haut-plateaux par exemple et ceux qui pensaient le contraire.  Quant à moi, n’étant pas spécialiste en botanique ou en agronomie,  j’attendais de vérifier cela après un ou deux hivers, et bien, le verdict est tombé : la majeure partie des palmiers plantés à Djelfa, (ville steppique au centre des haut-plateaux, située à 1200m d’altitude) n’a pas résisté à la sécheresse et aux températures hivernales glaciales et de nombreux arbres sont aujourd’hui quasiment morts (photo ci-contre) :  un véritable gâchis!

Si végétaliser est une action bénéfique pour améliorer le confort urbain et le bien-être des populations, il est important de le faire de manière réfléchie, en respectant les spécificités régionales, en évitant, par exemple de planter les mêmes espèces dans des zones aux conditions climatiques différentes. Cela semble relever du bon sens mais n’apparait pas si évident au vu de ce qui s’est passé avec les palmiers de l’uniformité!

b.k.

Pour citer ce billet :   “Les palmiers de l’uniformité (2)….Après deux hivers…”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 14 aout 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/758

André Ravereau et la vallée du Mzab

André Ravéreau découvre la vallée du M’Zab  en 1949 alors qu’il est encore étudiant en architecture à l’École des Beaux-Arts de Paris. Après l’obtention de son diplôme, il retourne en Algérie et fonde en 1959, son « atelier du désert » qui verra se succéder « plusieurs générations de jeunes architectes venus se confronter à cette gestion du territoire respectueuse des traditions culturelles et du contexte naturel ».

Dans son ouvrage « Le M’zab, une leçon d’architecture » préfacé par Hassan Fathi, un autre grand défenseur de « l’esprit du lieu », A. Ravereau livre toute sa passion pour l’architecture et l’urbanisme mozabite:  « Ce qui frappe l’observateur ici, c’est l’unité générale de caractère, il n’y a pas deux gestes, que l’on construise le barrage, la mosquée, la maison… Les bâtisseurs ont réduit et épuré toutes les raisons d’influence ou de prestige et choisit des solutions égalitaires : pas de palais, au M’Zab…Ils se sont confrontés aux seuls problèmes de défense et d’environnement. .. On ne veut pas droit, on ne veut pas courbe. Ce n’est pas une position esthétique, on fait ce qui s’impose » A. Ravereau   In « le Mzab, une leçon d’architecture », 1981.  De même, dans  «André Ravéreau, l’atelier du désert», dirigé par Rémi Baudouï et Philippe Potié (éditions Parenthèses), plusieurs articles sur l’oeuvre de cet architecte sont réunis.

ravereauPour A. Ravereau: « L’architecture  n’est pas une recherche de forme pour l’œil. Elle est avant tout recherche d’accord maximal avec le climat, qui lui, est permanent et avec les conditions de vie qui, elles changent constamment. »   A. Ravereau , in Technique et Architecture, n° 329, mars 1980

Il propose, bien avant  le concept de « développement  urbain durable » de «s’intéresser au lieu, aux traditions, au climat, pour inscrire le projet d’architecture dans l’épaisseur d’une culture, privilégiant l’enracinement dans le site». En 2006, lors de son passage à Bruxelles, à l’invitation du Civa pour donner une conférence dans le cadre d’une exposition  sur l’alter architecture, A. Ravereau, alors âgé de  86 ans, constatait que l’environnement s’est à ce point dégradé qu’il devient difficile de bâtir encore à partir des solutions locales et séculaires. « Le M’Zab, disait-il,  était traditionnellement protégé des moustiques et on pouvait l’été dormir sur les terrasses. Mais aujourd’hui, on a tant rejeté d’eau dans les nappes phréatiques que les moustiques sont venus. Il n’y a plus moyen de dormir sur les terrasses et les gens doivent installer un conditionnement d’air dans leurs chambres. On doit dorénavant construire des scaphandres pour habiter sur terre. A la Méditerranée, il y a tant de pollutions diverses, y compris sonore, que les modes de vie anciens ne sont plus possibles. On cherche à habiter sur la lune mais on ne sait plus habiter sur terre. Il faut absolument retrouver un art de vivre sur terre. Même le climat fout le camp, si important pourtant dans la manière de concevoir l’architecture, y compris le gothique du sud qui n’a pas les verrières du nord. Si j’ai un conseil à donner aux jeunes architectes, c’est de s’attaquer à la pollution et à tout ce qui détruit notre mode de vie. J’ai cru satisfaire un milieu physique par mon architecture mais ce dernier disparaît. Cette nature à qui j’ai tout dédié, il faut la préserver, c’est la leçon de ma vie.» (source : Guy Duplat, La Libre Belgique, 2006).

A la base, la société mozabite est une société « égalitaire », dans laquelle la recherche de l’intérêt général prime sur celui de l’individu quelque soit sa position sociale, et cela transparaissait dans l’unité des constructions. Cependant,  les ksour de la pentapole ne représentent plus aujourd’hui que des îlots ponctuels, certes remarquables par leur urbanisme et leur architecture, dont on peut (doit ?) tirer de nombreux enseignements, mais qui sont noyés dans le reste de l’urbanisation qui s’effectue tous azimuts, pour répondre à des besoins toujours plus grands, et sans grands égards pour la fragilité de l’écosystème oasien. Les systèmes de référence symboliques urbanistiques mais également socio-spatiaux qui caractérisaient l’espace  tendent à disparaître laissant la place à un étalement urbain avec éclatement des centralités et à des mutations socio-urbaines qui sont à l’origine de nombreux problèmes de gestion des infrastructures et des services collectifs d’accompagnement, avec des effets environnementaux mais également sociaux  très néfastes.

La question de la pertinence et de la cohérence des choix effectués en matière de développement urbain se pose avec acuité pour tenter de retrouver l’équilibre socio-environnemental de la vallée, qui est aujourd’hui sérieusement ébranlé.

b.k.

Pour citer ce billet : “André Ravereau et la vallée du Mzab”  par Keira Bachar.           Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb         le 20 juillet 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/744