A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers

Quand on aborde le sujet  du bâtiment et des travaux publics au Maghreb et dans les pays dits «  en développement »,  on entend souvent parler du manque de moyens financiers, du manque de qualité des travaux exécutés, du manque de savoir- faire technique, du manque de matériaux de construction, du manque de main d’œuvre qualifiée, du manque de respect des délais impartis pour la réalisation des travaux,  mais on entend moins souvent parler du manque de prévention et de protection des ouvriers sur les chantiers. Pourtant le secteur du BTP est l’un des plus accidentogène, puisque d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), environs un décès se produit toutes les dix minutes dans le secteur du bâtiment dans le monde.

En Algérie par exemple, pays en plein développement, où les chantiers de construction publics et privés,  prolifèrent aux quatre coins du territoire, les chefs d’entreprises de BTP, en particulier ceux des milliers de petites entreprises privées, embauchent  des dizaines de milliers d’ouvriers (spécialisés ou non) précaires,  anonymes, non déclarés, qui sont exposés à de nombreux risques et accidents, alors que les règles les plus élémentaires de protection (à commencer par les plus simples comme une tenue vestimentaire adéquate) et de sécurité (comme des échafaudages sécurisés et des planchers protégés ) sont ignorées et bafouées, dans l’indifférence générale.

Pourtant, le pays est doté (comme dans beaucoup d’autres domaines) d’un arsenal de textes législatifs non négligeable, relatifs à la sécurité en milieu professionnel, qui définissent un ensemble de dispositions visant à assurer de meilleures conditions d’hygiène, de sécurité et de médecine du travail (entre autres   la loi n°88-07 du 27/01/1988 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail). De plus, l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les Activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique par abréviation « OPREBATPH » a été crée par le décret exécutif n° 06-223 du 21 Juin 2006. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dont la mission principale est de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les activités du BTPH. Cependant, dans les faits, les mesures de prévention et de sécurité ne sont pas respectées  sur les chantiers, les travailleurs sont, pour une bonne partie d’entre eux, recrutés « au noir » (c’est le cas, quasiment toujours, dans les projets privés qui ne sont généralement pas contrôlés par les services sociaux), c’est-à-dire sans aucune couverture sociale. La plupart des ouvriers ne possèdent même pas les équipements de base : ils travaillent têtes nues, mains nues, n’ont évidemment pas de chaussures de sécurité, et le nombre d’heures de travail réglementaire est souvent largement dépassé.

L’état des lieux en matière de prévention est tout à fait critique et la question est occultée la plupart du temps par les petits entrepreneurs (mais aussi souvent par bon nombre des plus grands et par les pouvoirs publics eux-mêmes) qui pensent que la prévention est une source de dépenses alors que ce serait plutôt une source d’économie (les ouvriers blessées sur les chantiers sont souvent soignés sans déclaration réglementaire, en partie au frais de l’entrepreneur, qui ,de toutes façons paye un très lourd tribut moral) et d’amélioration de la productivité puisqu’un travailleur bien équipé travaille mieux et plus. En même temps, une meilleure prise en charge des ouvriers sur les chantiers entrainerait certainement un regain d’intérêt pour ces emplois qui sont aujourd’hui boudés par les jeunes et les entreprises peinent à recruter malgré le chômage.

D’ailleurs, est-il vraiment raisonnable de parler de gains et de dépenses quand la santé d’un être humain est en jeu ? Est-il normal qu’encore en 2016, alors que l’on ne cesse de parler de « développement humain » et de « développement durable », et que  des sommes colossales sont engagées dans des projets sensés améliorer le bien-être des habitants, les conditions de travail sur les chantiers soient si déplorables, que les ouvriers soient si mal protégés, si mal assurés, si mal équipés et qu’en voulant gagner leur  vie, ils risquent de la perdre ou de rester invalides, alors que cela aurait pu être évité?

Pour citer ce billet : « A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers   »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1096

 

Colloque international : Quelles ambiances urbaines dans les oasis de la Méditerranée ?

Le colloque « Quelles ambiances urbaines dans les oasis de la Méditerranée ?  » aura lieu les 17 et 18 octobre 2016 à l’Hotel Sidi Bou Said (Tunis, Tunisie).

Ce colloque souhaite interroger l’urbanisation des oasis de la Méditerranée à travers la question des ambiances afin de rendre compte d’un ensemble d’enjeux touchant à la gouvernance urbaine contemporaine et aux conceptions actuelles de l’aménagement des cités oasiennes.

Il est ouvert au public dans la mesure des places disponibles après inscription à travers le questionnaire en ligne suivant  https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeWGUKZXJ4L

Jx7etBu9WIgC8zPKo0YGPvkHL7iKRCMD8ZoG4g/viewform 

Pour en savoir plus et consulter le programme : http://calenda.org/378892  ou  https://zerka.hypotheses.org/658#more-658

Transition énergétique en Méditerranée : scénario 2040

Un document de synthèse des travaux réalisés dans le cadre de la coopération entre L’Agence méditerranéenne des agences nationales de maîtrise de l’énergie (MEDENER), l’Observatoire méditerranéen de l’énergie (OME) et l’ADEME, pour l’élaboration d’un Scénario de Transition énergétique en Méditerranée est téléchargeable sur le site de l’ADEME, rubrique Mediathèque : http://www.ademe.fr/transition-energetique-mediterranee-scenario-2040 ou téléchargeable ici : trans-ener-20p-fr-15-sept-n01

Ces travaux ont été présentés à l’occasion de la 4e conférence internationale de MEDENER, « Accélération de la Transition énergétique en Méditerranée, vers un nouveau mix énergétique durable », organisée en partenariat avec l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE), le 25 mai 2016 à Alger. Pour la conférence MedCOP sur le Climat à Tanger du 18 et 19 juillet 2016, les travaux réévaluent l’impact énergétique des Contributions déterminées au niveau national (CDN) soumises par chaque pays méditerranéen à l’accord de Paris sur le climat au regard du scénario transition énergétique 2040, afin d’inscrire tous les pays de la région de la Méditerranée sur une trajectoire de +2 ℃ à l’horizon 2040.

 

Parution du numéro 2 de la Revue Internationale d’Urbanisme

Le numéro 2 de la Revue Internationale d’Urbanisme vient de paraître avec le soutien de l’ APEREAU. Ce deuxième numéro vient illustrer la ligne éditoriale : être une revue internationale de recherche sur et pour l’urbanisme. Aussi, les articles de ce numéro interrogent l’urbanisme, comme savoir et comme pratique, localisée ou internationale.

Ce deuxième numéro Juin-novembre 2016  consacré à la planification territoriale, est en ligne, consultable ici: Le deuxième numéro de la Revue Internationale d’Urbanisme, avec en particulier un article sur la planification urbaine au Maroc :  Pouvoirs et contre-pouvoirs en matière de planification urbaine au Maroc : pour une nouvelle régulation des pouvoirs de décision

1re édition des Trophées de l’Adaptation au changement climatique en Méditerranée

Plus que quelques jours pour participer à la 1re édition des Trophées de l’Adaptation au changement climatique en Méditerranée, organisé par  l’ADEME et ses partenaires: MEDENER, l’Union pour la Méditerranée, le Plan Bleu, la commission méditerranéenne CGLU ainsi que le réseau d’expert pour le changement climatique MedECC.

Ouvert entre le 25 mai et le 16 septembre 2016, ce concours s’adresse aux collectivités locales, aux universités, aux agences publiques ou encore aux ONG en association avec des acteurs locaux mettant œuvre des actions et projets d’adaptation au changement climatique dans l’aire bioclimatique méditerranéenne.

Les projets présentés doivent s’inscrire dans l’une des trois catégories suivantes :

  • Aménagements, infrastructures et bâtiments.
  • Ecosystèmes et ressources naturelles.
  • Méthodes de conception et de mise en œuvre de politiques publiques.

Au terme de ce concours les lauréats de chaque catégorie seront invités à participer à la COP 22 à Marrakech en novembre 2016. Les actions des lauréats seront par la suite valorisées dans une publication spécialisée publiée par l’ADEME et ses partenaires, et lors de conférences internationales en 2017.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 16 septembre 2016.

L’appel à candidature, le formulaire de candidature et le règlement du concours sont disponibles sur le site internet de l’ADEME.

Appel à communications : Projet d’atelier : « Les natures dans les villes du Moyen-Orient et du Maghreb »

Appel à communications : Projet d’atelier, Les natures dans les villes du Moyen-Orient et du Maghreb dans le cadre du  2e Congrès du Groupement d’Intéret Scientifique  « Moyen-Orient et mondes musulmans » qui aura lieu les  4-6 juillet 2017 (dates à confirmer) – INALCO  (65 rue des Grands Moulins Paris 13e).

Argumentaire:

« Les villes du Maghreb et du Moyen-Orient comptent parmi les plus vieilles du monde, où la nature a toujours eu une place privilégiée : les jardins de Babylone, de Damas, de Marrakech et de Bagdad, dont les modèles sont issus à la fois de l’héritage perse et des descriptions du Coran, ont marqué les imaginaires et étaient des éléments-clés de la ville islamique (Gillot 2006). Audelà de la fonction d’agrément, la fonction agricole, à travers l’agriculture urbaine et périurbaine, a toujours été constitutive du fait urbain dans le monde arabe (Nasr & Padilla 2004). Malgré cet héritage, la question de la place de la nature dans la ville maghrébine et moyenorientale se pose avec acuité. Plusieurs menaces pèsent sur la préservation des espaces de nature dans la ville : l’industrialisation, appliquée selon une idéologie développementaliste, l’émergence de mégaprojets dans des métropoles de plus en plus concurrentielles et le processus d’urbanisation, alimenté par la croissance démographique et l’exode rural (certes tari en Egypte et en Tunisie, mais qui se poursuit en Turquie et au Maroc par exemple), qui conduirait à un doublement de la population urbaine en 2050 (Barthel & Zaki 2011)…… »

Dans une perspective interdisciplinaire,  les personnes intéressées sont encouragées à proposer des communications intégrant au moins un des aspects suivants :

  • La place de la nature dans la pensée islamique,
  • L’influence de l’islamisme environnementaliste sur les politiques publiques,
  • Les politiques d’aménagement d’espaces verts,
  • Les stratégies de patrimonialisation des espaces végétalisés en ville,
  • Les représentations de la nature chez les acteurs de la ville,
  • Les représentations et/ou les pratiques de la nature en ville, plus particulièrement chez les néo-citadins,
  • La place de l’agriculture urbaine, en lien avec la question de l’autosuffisance alimentaire,
  • Les jardins vivriers des populations déplacées liés à l’habitat informel,
  • La mise en place de réseaux de solidarité en ville qui remettent en cause les modèles de consommation dominants,
  • L’émergence des « écologies de soi » (Adamiec 2014),
  • La convergence entre luttes urbaines et mouvements écologistes, notamment autour de l’idée de droit à la ville.

Les propositions de communication de 300 mots maximum(en français ou en anglais) + une brève présentation de l’auteur sont à envoyer à :   gis2017.natureville@gmail.com  avant le   7 juin 2016

Responsables d’atelier : Agathe Fautras (ENeC / IFEA) et Helin Karaman (EHESS / IFEA)

Pour en savoir plus:  https://iismm.hypotheses.org/25037

Les 18èmes rencontres internationales d’urbanisme de l’APERAU

Les 18èmes rencontres internationales d’urbanisme de l’APERAU se déroulent du 22 au 27 mai 2016 en Belgique et ont pour thème : LES NOUVELLES COOPÉRATIONS URBAINES ET TERRITORIALES

Après Rennes, c’est à Bruxelles et Louvain-la-Neuve que seront accueillis plus de 250 chercheurs, enseignants, doctorants et professionnels issus de 24 pays de la francophonie. De grandes conférences, des ateliers scientifiques, des tables-rondes des chercheurs des suds, des journées doctorales,etc…  sont programmés.

 » Dans un contexte de mutations importantes, la fabrique des villes et des territoires est de plus en plus collaborative.
Les grandes conférences aideront à comprendre et à analyser ce renouveau urbain.
Les ateliers scientifiques détailleront les résultats de recherches menées sur les objets et les lieux, les enjeux et les modalités des nouvelles formes de coopérations entre autorités publiques, promoteurs, bailleurs de fonds, habitants ou encore associations ».

  » Face aux défis de la métropolisation, comment les acteurs publics et privés collaborent-ils? Comment les associations, les habitants et les usagers deviennent-ils des gestionnaires et des producteurs de services, voire d’équipements dans nos villes et territoires ? Quels sont les objets et les lieux où les acteurs multiples interviennent désormais ? Quelles sont les modalités partenariales, coopératives, collaboratives ? La remise en cause des capacités financières et politiques de l’action publique ouvre la possibilité aux acteurs non institutionnels d’agir sur la ville. Les nouvelles technologies, les défis de la transition accentuent cette dynamique. Ces changements sont-ils sources de communautarisme, d’une privatisation des villes, de nouvelles exclusions ou au contraire de nouveaux modes de fabriquer la ville ? »

Plus particulièrement, les  processus et méthodes pour faire la ville autrement dans les suds et donc au Maghreb seront discutés par les intervenants.

Pour en savoir plus : http://www.aperau2016.be/P_24_MAI.html ou http://www.aperau2016.be/

 

Colloque international : Ville et développement durable à l’Université de Sidi Bel Abbes (Algerie)

La Faculté de Droit et de Sciences Politiques de l’Université de Sidi Bel Abbes (Algerie) organise en collaboration avec le Laboratoire « Services Publics et Développement » et le Laboratoire « Activité Immobilière » et  avec L’appui de la Fondation Hans Seidel-Maghreb. Un colloque International Ville et développement durable les 03 et 04 mai 2016 à l’amphithéâtre BENDELHOUM Bénamar.

« … Ce colloque se veut être un lieu d’échanges d’expériences pluridisciplinaires, qui ne peut être uniquement l’œuvre des juristes mais également des urbanistes, des économistes, des aménageurs, des géographes, des démographes, des sociologues et des décideurs publics. Il s’inscrit également dans la continuité du projet du développement du tissu urbain de la ville de Sidi Bel Abbès à l’horizon 2020. Il se veut être un lieu d’échanges, de croisement de réflexion et de propositions…. »

Les axes du colloque :

Axe I : La problématique de la gestion du foncier

Axe II : Ville et infrastructure urbaine

Axe III : Les acteurs de la ville durable

Axe VI : Ville et perspectives.

Pour en savoir plus, prendre connaissance des participants et de leurs contributions, télécharger le document : durable

Appel à contribution pour le colloque « QUELLES AMBIANCES URBAINES DANS LES OASIS DU SUD DE LA MÉDITERRANÉE? »

Le 17 et 18 octobre 2016 sera organisé à Tunis, un colloque qui aura pour thématique : « Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée? »

Un appel à contribution est donc lancé par le programme Zerka. Ces contributions peuvent prendre la forme de communication ou de poster scientifiques.

Le colloque souhaite interroger l’urbanisation des oasis de la Méditerranée à travers la question des ambiances afin de rendre compte d’un ensemble d’enjeux touchant à la gouvernance urbaine contemporaine et aux conceptions actuelles de l’aménagement des cités oasiennes.

Calendrier :

Date limite de soumission des propositions : 20 juin 2016.

Réponse du comité scientifique : fin juin 2016.

Livraison des textes et des posters (maximum 40 000 signes) : lundi 5 septembre 2016.

Colloque : 17-18 octobre 2016, Tunis.

Pour en savoir plus : https://zerka.hypotheses.org/652#more-652

Parution du bulletin « Villes en développement » N°102 consacré « aux périphéries urbaines des villes du Sud »

 Le n° 102 d’AdP Villes en développement , consacré aux périphéries urbaines des villes du sud est téléchargeable sur le site, en version française et en version anglaise : http://www.ville-developpement.org/bulletins-villes-en-developpement/blog.

Au sommaire du bulletin n° 102- Fevrier 2016 : Les périphéries urbaines des « villes du Sud » – Les enjeux et les moyens d’une croissance maitrisée

  1. Editorial
  2. Ville dense ou ville diffuse : Quel avenir pour les périphéries des villes du sud ?
  3. Les acteurs et les pratiques de la transformation foncière : l’exemple des villes indiennes
  4. Comment structurer les périphéries urbaines des villes du Sud ?
  5. Cartographier et mesurer la ville, un préalable pour la planification urbaine. L’exemple de Ouagadougou
  6. Les acteurs de la structuration des périphéries populaires de Mexico
  7. Les entreprises de services urbains, consolidatrices de la ville : l’exemple de Lima
  8. Agenda et publications

Les bulletins précédents d’AdP Villes en développement sont également disponibles au téléchargement sur  le même site. Par exemple, dans le numéro 99 d’avril 2015, « Risques et résilience urbaine, l’expérience des villes du Sud », un article est consacré à la ville d’Alger:  « Comment adapter les villes au changement climatique et aux risques naturels ? L’exemple d’Alger. »