Parution du numéro 2 de la Revue Internationale d’Urbanisme

Le numéro 2 de la Revue Internationale d’Urbanisme vient de paraître avec le soutien de l’ APEREAU. Ce deuxième numéro vient illustrer la ligne éditoriale : être une revue internationale de recherche sur et pour l’urbanisme. Aussi, les articles de ce numéro interrogent l’urbanisme, comme savoir et comme pratique, localisée ou internationale.

Ce deuxième numéro Juin-novembre 2016  consacré à la planification territoriale, est en ligne, consultable ici: Le deuxième numéro de la Revue Internationale d’Urbanisme, avec en particulier un article sur la planification urbaine au Maroc :  Pouvoirs et contre-pouvoirs en matière de planification urbaine au Maroc : pour une nouvelle régulation des pouvoirs de décision

1re édition des Trophées de l’Adaptation au changement climatique en Méditerranée

Plus que quelques jours pour participer à la 1re édition des Trophées de l’Adaptation au changement climatique en Méditerranée, organisé par  l’ADEME et ses partenaires: MEDENER, l’Union pour la Méditerranée, le Plan Bleu, la commission méditerranéenne CGLU ainsi que le réseau d’expert pour le changement climatique MedECC.

Ouvert entre le 25 mai et le 16 septembre 2016, ce concours s’adresse aux collectivités locales, aux universités, aux agences publiques ou encore aux ONG en association avec des acteurs locaux mettant œuvre des actions et projets d’adaptation au changement climatique dans l’aire bioclimatique méditerranéenne.

Les projets présentés doivent s’inscrire dans l’une des trois catégories suivantes :

  • Aménagements, infrastructures et bâtiments.
  • Ecosystèmes et ressources naturelles.
  • Méthodes de conception et de mise en œuvre de politiques publiques.

Au terme de ce concours les lauréats de chaque catégorie seront invités à participer à la COP 22 à Marrakech en novembre 2016. Les actions des lauréats seront par la suite valorisées dans une publication spécialisée publiée par l’ADEME et ses partenaires, et lors de conférences internationales en 2017.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 16 septembre 2016.

L’appel à candidature, le formulaire de candidature et le règlement du concours sont disponibles sur le site internet de l’ADEME.

Appel à communications : Projet d’atelier : « Les natures dans les villes du Moyen-Orient et du Maghreb »

Appel à communications : Projet d’atelier, Les natures dans les villes du Moyen-Orient et du Maghreb dans le cadre du  2e Congrès du Groupement d’Intéret Scientifique  « Moyen-Orient et mondes musulmans » qui aura lieu les  4-6 juillet 2017 (dates à confirmer) – INALCO  (65 rue des Grands Moulins Paris 13e).

Argumentaire:

« Les villes du Maghreb et du Moyen-Orient comptent parmi les plus vieilles du monde, où la nature a toujours eu une place privilégiée : les jardins de Babylone, de Damas, de Marrakech et de Bagdad, dont les modèles sont issus à la fois de l’héritage perse et des descriptions du Coran, ont marqué les imaginaires et étaient des éléments-clés de la ville islamique (Gillot 2006). Audelà de la fonction d’agrément, la fonction agricole, à travers l’agriculture urbaine et périurbaine, a toujours été constitutive du fait urbain dans le monde arabe (Nasr & Padilla 2004). Malgré cet héritage, la question de la place de la nature dans la ville maghrébine et moyenorientale se pose avec acuité. Plusieurs menaces pèsent sur la préservation des espaces de nature dans la ville : l’industrialisation, appliquée selon une idéologie développementaliste, l’émergence de mégaprojets dans des métropoles de plus en plus concurrentielles et le processus d’urbanisation, alimenté par la croissance démographique et l’exode rural (certes tari en Egypte et en Tunisie, mais qui se poursuit en Turquie et au Maroc par exemple), qui conduirait à un doublement de la population urbaine en 2050 (Barthel & Zaki 2011)…… »

Dans une perspective interdisciplinaire,  les personnes intéressées sont encouragées à proposer des communications intégrant au moins un des aspects suivants :

  • La place de la nature dans la pensée islamique,
  • L’influence de l’islamisme environnementaliste sur les politiques publiques,
  • Les politiques d’aménagement d’espaces verts,
  • Les stratégies de patrimonialisation des espaces végétalisés en ville,
  • Les représentations de la nature chez les acteurs de la ville,
  • Les représentations et/ou les pratiques de la nature en ville, plus particulièrement chez les néo-citadins,
  • La place de l’agriculture urbaine, en lien avec la question de l’autosuffisance alimentaire,
  • Les jardins vivriers des populations déplacées liés à l’habitat informel,
  • La mise en place de réseaux de solidarité en ville qui remettent en cause les modèles de consommation dominants,
  • L’émergence des « écologies de soi » (Adamiec 2014),
  • La convergence entre luttes urbaines et mouvements écologistes, notamment autour de l’idée de droit à la ville.

Les propositions de communication de 300 mots maximum(en français ou en anglais) + une brève présentation de l’auteur sont à envoyer à :   gis2017.natureville@gmail.com  avant le   7 juin 2016

Responsables d’atelier : Agathe Fautras (ENeC / IFEA) et Helin Karaman (EHESS / IFEA)

Pour en savoir plus:  https://iismm.hypotheses.org/25037

Les 18èmes rencontres internationales d’urbanisme de l’APERAU

Les 18èmes rencontres internationales d’urbanisme de l’APERAU se déroulent du 22 au 27 mai 2016 en Belgique et ont pour thème : LES NOUVELLES COOPÉRATIONS URBAINES ET TERRITORIALES

Après Rennes, c’est à Bruxelles et Louvain-la-Neuve que seront accueillis plus de 250 chercheurs, enseignants, doctorants et professionnels issus de 24 pays de la francophonie. De grandes conférences, des ateliers scientifiques, des tables-rondes des chercheurs des suds, des journées doctorales,etc…  sont programmés.

 » Dans un contexte de mutations importantes, la fabrique des villes et des territoires est de plus en plus collaborative.
Les grandes conférences aideront à comprendre et à analyser ce renouveau urbain.
Les ateliers scientifiques détailleront les résultats de recherches menées sur les objets et les lieux, les enjeux et les modalités des nouvelles formes de coopérations entre autorités publiques, promoteurs, bailleurs de fonds, habitants ou encore associations ».

  » Face aux défis de la métropolisation, comment les acteurs publics et privés collaborent-ils? Comment les associations, les habitants et les usagers deviennent-ils des gestionnaires et des producteurs de services, voire d’équipements dans nos villes et territoires ? Quels sont les objets et les lieux où les acteurs multiples interviennent désormais ? Quelles sont les modalités partenariales, coopératives, collaboratives ? La remise en cause des capacités financières et politiques de l’action publique ouvre la possibilité aux acteurs non institutionnels d’agir sur la ville. Les nouvelles technologies, les défis de la transition accentuent cette dynamique. Ces changements sont-ils sources de communautarisme, d’une privatisation des villes, de nouvelles exclusions ou au contraire de nouveaux modes de fabriquer la ville ? »

Plus particulièrement, les  processus et méthodes pour faire la ville autrement dans les suds et donc au Maghreb seront discutés par les intervenants.

Pour en savoir plus : http://www.aperau2016.be/P_24_MAI.html ou http://www.aperau2016.be/

 

Colloque international : Ville et développement durable à l’Université de Sidi Bel Abbes (Algerie)

La Faculté de Droit et de Sciences Politiques de l’Université de Sidi Bel Abbes (Algerie) organise en collaboration avec le Laboratoire « Services Publics et Développement » et le Laboratoire « Activité Immobilière » et  avec L’appui de la Fondation Hans Seidel-Maghreb. Un colloque International Ville et développement durable les 03 et 04 mai 2016 à l’amphithéâtre BENDELHOUM Bénamar.

« … Ce colloque se veut être un lieu d’échanges d’expériences pluridisciplinaires, qui ne peut être uniquement l’œuvre des juristes mais également des urbanistes, des économistes, des aménageurs, des géographes, des démographes, des sociologues et des décideurs publics. Il s’inscrit également dans la continuité du projet du développement du tissu urbain de la ville de Sidi Bel Abbès à l’horizon 2020. Il se veut être un lieu d’échanges, de croisement de réflexion et de propositions…. »

Les axes du colloque :

Axe I : La problématique de la gestion du foncier

Axe II : Ville et infrastructure urbaine

Axe III : Les acteurs de la ville durable

Axe VI : Ville et perspectives.

Pour en savoir plus, prendre connaissance des participants et de leurs contributions, télécharger le document : durable

Appel à contribution pour le colloque « QUELLES AMBIANCES URBAINES DANS LES OASIS DU SUD DE LA MÉDITERRANÉE? »

Le 17 et 18 octobre 2016 sera organisé à Tunis, un colloque qui aura pour thématique : « Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée? »

Un appel à contribution est donc lancé par le programme Zerka. Ces contributions peuvent prendre la forme de communication ou de poster scientifiques.

Le colloque souhaite interroger l’urbanisation des oasis de la Méditerranée à travers la question des ambiances afin de rendre compte d’un ensemble d’enjeux touchant à la gouvernance urbaine contemporaine et aux conceptions actuelles de l’aménagement des cités oasiennes.

Calendrier :

Date limite de soumission des propositions : 20 juin 2016.

Réponse du comité scientifique : fin juin 2016.

Livraison des textes et des posters (maximum 40 000 signes) : lundi 5 septembre 2016.

Colloque : 17-18 octobre 2016, Tunis.

Pour en savoir plus : https://zerka.hypotheses.org/652#more-652

Parution du bulletin « Villes en développement » N°102 consacré « aux périphéries urbaines des villes du Sud »

 Le n° 102 d’AdP Villes en développement , consacré aux périphéries urbaines des villes du sud est téléchargeable sur le site, en version française et en version anglaise : http://www.ville-developpement.org/bulletins-villes-en-developpement/blog.

Au sommaire du bulletin n° 102- Fevrier 2016 : Les périphéries urbaines des « villes du Sud » – Les enjeux et les moyens d’une croissance maitrisée

  1. Editorial
  2. Ville dense ou ville diffuse : Quel avenir pour les périphéries des villes du sud ?
  3. Les acteurs et les pratiques de la transformation foncière : l’exemple des villes indiennes
  4. Comment structurer les périphéries urbaines des villes du Sud ?
  5. Cartographier et mesurer la ville, un préalable pour la planification urbaine. L’exemple de Ouagadougou
  6. Les acteurs de la structuration des périphéries populaires de Mexico
  7. Les entreprises de services urbains, consolidatrices de la ville : l’exemple de Lima
  8. Agenda et publications

Les bulletins précédents d’AdP Villes en développement sont également disponibles au téléchargement sur  le même site. Par exemple, dans le numéro 99 d’avril 2015, « Risques et résilience urbaine, l’expérience des villes du Sud », un article est consacré à la ville d’Alger:  « Comment adapter les villes au changement climatique et aux risques naturels ? L’exemple d’Alger. »

Appel à contribution pour le colloque : L’habitat informel au Maghreb – Champs, processus et acteurs

Un appel à contribution est lancé pour un colloque ayant pour thème :  L’habitat informel au Maghreb – Champs, processus et acteurs, organisé par le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (CAREP), les 24, 25 et 26 novembre 2016 à Tunis, Tunisie

RÉSUMÉ

Compte tenu de la complexité et de l’hétérogénéité de la réalité de l’habitat informel dans le monde et en particulier au Maghreb, et vu les transformations qu’a connues la région au cours de la dernière décennie, une relecture de la réalité informelle de l’habitat s’impose. Il s’agit de faire le point du coté de plusieurs spécialistes (urbanistes, géographes, sociologues, économistes, juristes, etc..) et de saisir le phénomène d’un point de vue pluridisciplinaire. Ce colloque essaiera d’examiner, les champs, les processus et les acteurs du phénomène informel de l’habitat, à travers plusieurs aspect, issus de la crise du logement connue par les pays du Maghreb.

Conditions de soumission

Langues du colloque : Arabe – Français – Anglais. Toute communication orale dans l’une de ces langues doit être appuyée par un résumé dans l’une des deux autres langues.

Envoi des projets de communication:

  • Remplir la fiche d’inscription ci-jointe
  • Envoi des résumés : La soumission de communication doit comporter : un titre, un résumé de 500 à 700 mots, incluant  la problématique étudiée, la méthodologie de recherche et les principales idées, 05 mots clés, une  bibliographie sommaire ainsi que le nom de l’auteur, l’institution d’appartenance, l’adresse mail, le numéro de téléphone.

Les projets d’intervention devront être envoyés impérativement aux deux adresses électroniques suivantes :

Echéancier

  • Date limite d’envoi des résumés: 15 Mars 2016
  • Notification des résultats des évaluations: 12 Mai 2016
  • Date limite de soumission du texte final (full paper): 15 Aout 2016
  • Colloque : 24, 25 et 26 novembre 2016

Informations générales

1-    Le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (CAREP) prendra en charge :

  • pour les participants résidants à l’étranger : billet d’avion électronique – transfert hôtel-aéroport-hôtel, hébergement en pension complète pour 3 nuitées.
  • Pour les participants tunisiens : hébergement en pension complète pour 2 nuitées

Pour en savoir plus (argumentaire, thématiques, comité scientifique etc…) : http://calenda.org/352687

La palmeraie: une « forêt » plantée par l’homme

Alors que l’urbanisation  est  souvent présentée comme un problème environnemental et qu’elle est  opposée à « la nature » ; il existe certains écosystèmes urbains à l’image des oasis (qui sont fondées sur le triptyque « eau – habitat- palmeraie »), pour lesquels l’urbanisation  a été synonyme de symbiose entre l’urbain et la nature. Elle a même permis de prouver que l’homme pouvait vivre en sédentaire et en harmonie avec un milieu pourtant hostile, en respectant des règles d’organisation et d’aménagement qu’il avait lui-même établies, après avoir préalablement compris les réalités de ce contexte environnemental particulier.

Au Sahara, comme partout ailleurs, la végétation est le plus fidèle témoin du climat, qui est l’un des facteurs qui influe de manière significative sur son développement. Malgré des conditions climatiques très contraignantes à la survie spontanée des êtres vivants, l’écosystème saharien est un milieu vivant, où les espaces abiotiques (entièrement dépourvus de vie) sont relativement restreints. En dehors de ces espaces spécifiques, l’importance de la végétation est fonction directe de la quantité d’eau disponible.               De manière générale, la végétation saharienne est maigre et clairsemée, les plantes utilisent surtout les emplacements où le ravitaillement en eau se trouve un peu moins défavorable qu’ailleurs… La flore saharienne apparaît donc comme très pauvre si l’on compare le petit nombre d’espèces qui habitent ce désert  à l’énormité de la surface qu’il couvre (Ozenda, 1991).

Cependant, il existe des « forets » au Sahara, c’est en effet ainsi qu’est nommée la palmeraie par les habitants. Ce qui est notable et propre à ce désert, c’est que c’est à l’intervention de l’homme que sont dus les uniques espaces de concentration végétale. En effet,  en dehors des cultures anthropiques, et en particulier celle du palmier, les arbres sont rares et dispersés.  La culture du palmier est ancienne historiquement au Sahara, elle demeure la plus importante aujourd’hui (M. Cote, 2002). Pourtant, les besoins en eau de cet arbre sont importants, cependant, il supporte les températures très élevées (qui lui sont nécessaires pour son développement et la maturation de ses fruits), la sécheresse de l’air et la salure des sols. De plus, il présente un double avantage : écologiquement, il assure un cadre qui réduit l’évapotranspiration et permet un microclimat; économiquement, il assure un produit commercialisable et exportable, qui trouve sans trop de peine, un marché à l’étranger (M. Cote, 2002). Par ailleurs, ce fut, pendant des siècles, et c’est toujours (mais dans une moindre mesure) une ressource alimentaire de base pour les populations locales, car en plus des dattes, les palmiers procurent des zones d’ombre sous lesquelles d’autres cultures peuvent se développer, c’est ce qui est appelé « les trois étages » de l’oasis (le palmier à l’étage supérieur, les arbres fruitiers à l’étage moyen et au sol, des légumes ou des cultures arbustives).

mitage

Aujourd’hui malheureusement : Mitage des palmeraies par l’urbanisation (Ghardaia) photo : b.k. 2013

Historiquement donc, au Sahara, contrairement à d’autres régions du Monde ou même du Maghreb,  c’est la création des cités qui a apporté avec elle des espaces de verdure dense qui n’existaient pas auparavant dans ce désert hyper aride. La végétation faisant partie intégrante du milieu urbain, l’un n’allant pas sans l’autre ; ici, l’homme n’avait détruit aucune végétation, pendant des siècles, au contraire. Pourtant, ce n’est plus le cas depuis plusieurs décennies, où l’on assiste à une dégradation des anciennes palmeraies due au vieillissement des palmiers mais aussi et surtout, due au mitage de l’espace  par une expansion urbaine démesurée.                

Malgré ou plutôt à cause des conditions très difficiles du milieu saharien, des « forȇts » entières ont été plantées au cœur du désert, faisant partie intégrante de la cité (l’oasis) et assurant des bénéfices économiques et écologiques. Ces palmeraies, qui ne sont pas vraiment une ressource « naturelle » (puisque plantée par l’homme) constituent une réelle adaptation au site par opposition et prouve qu’il est possible de penser l’urbanisation autrement que négativement, à conditions de comprendre et de respecter les spécificités de chaque contexte environnemental.

b.k.

Pour citer ce billet : « La palmeraie : une forêt plantée par l’homme » par Keira Bachar. Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 24 novembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/808

Dossier : Villes et urbanités au Maghreb N° 12/2015 L’année du Maghreb

12 | 2015
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb  N°12/2015  L’année du Maghreb

Ce numéro 12/2015 de la revue « L’année du Maghreb » propose un dossier consacré aux « Villes et urbanités au Maghreb ». Le dossier sous la direction de Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki est composé de plusieurs articles qui sont tous disponibles en texte intégral sur le sitehttps://anneemaghreb.revues.org/2355 Lire la suite