Des immeubles imprimés en 3D bientot au Maghreb?

Depuis quelques mois l’impression en 3D a franchi une étape tout à fait remarquable puisqu’elle permet désormais de construire des bâtiments!  En effet la société chinoise Winsun, basée à Shangai, a réussi à fabriquer, en 24 heures les premiers prototypes de maisons de 200m² à l’aide d’une imprimante géante, au mois de mars 2014.  Elle vient de frapper encore plus fort en réalisant, en janvier 2015 avec la même technique un immeuble de cinq étages. Cette technique est décrite comme éco-responsable puisqu’elle utilise comme « encre » pour l’imprimante (c’est à dire le matériau de construction), une mixture à base de déchets de construction recyclés, ce qui est, à priori, un avantage indéniable.Bientôt des immeubles issus de l’impression 3D au Maroc ?photo du batiment de cinq étages construit en janvier 2015 à Suzhou (ville située dans  l’est de la Chine)                                                                                                                              © Winsun

L’entreprise ne semble apparemment pas décidée à s’arrêter en si bon chemin puisque son PDG annonçait lors d’une conférence de presse, que sa société ambitionnait d’implanter plusieurs usines d’impression en 3D, dans plusieurs pays. Au cours des trois prochaines années, Winsun Global devrait ainsi construire des usines en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis, au Qatar,  aux Etats-Unis, mais également au Maroc et en Tunisie  ainsi que dans plus de 20 autres pays. Elle va fournir des logements bon marché pour les familles à faible revenu. Les premières imprimantes 3D sont déjà prêtes à être expédiées à l’étranger.  La création d’usines dans le désert est même envisagée pour la fabrication d’imprimantes 3D à base de sable.

Cette technologie n’en est encore qu’à ses débuts mais elle pourrait bien révolutionner le monde de la construction d’où l’importance de commencer dés à présent à réfléchir et à se poser les bonnes questions sur les avantages et les inconvénients (aussi bien économiques, que sociaux et environnementaux) de ce qui semble être bien parti pour devenir « la norme » dans un avenir peut-être pas si lointain ….

b.k.

Pour citer ce billet : “Des immeubles imprimés en 3D bientôt au Maghreb?”                  par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 1 fevrier 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/677

 

Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures

Afin de répondre aux demandes de la population en matière de logements, les pouvoirs publics algériens se sont engagés dans un important programme  de logements sociaux dont la mise en œuvre pose beaucoup de questions (se référer les billets précédents relatifs à ce sujet, sur ce blog), particulièrement  en ce qui concerne la consommation des ressources foncières et l’intégration socio-spatiale des nouvelles cités. Cependant, depuis peu, un nouveau front d’urbanisation extensive est en train de se mettre en place  dans  les wilayas du Sud et des Hauts-plateaux. En effet, les instructions interministérielles du 1er décembre 2012 et du 7 juillet 2014, relatives au développement de l’offre de foncier public  dans le Sud et dans les Hauts-plateaux, valident la mise en lotissement de plusieurs centaines d’hectares pour l’octroi de parcelles de terrains individuelles, avec une aide financière, au profit des citoyens qui répondent aux conditions fixées, afin qu’ils puissent construire eux-mêmes leur habitation dans le cadre de l’auto-construction.

Cette opération, lancée suite à des mouvements sociaux de protestation dans plusieurs villes du Sud,  n’est pas sans rappeler les opérations antérieures de distribution de lots de terrains à bâtir, qui ont eu pour résultat un appauvrissement de la qualité des espaces urbains, composés de quartiers entiers en manque d’infrastructures de viabilisation (que les programmes d’amélioration urbaine tentent aujourd’hui tant bien que mal de combler) et d’équipements publics, en plus d’avoir engendrer un paysage urbain médiocre. Les auto-constructeurs, souvent peu soucieux de l’application des règles de l’art de bâtir, construisent chacun  à sa guise et selon ses moyens, en l’absence quasi-totale d’encadrement et de suivi technique des chantiers. Auto-construction rime avec laisser-faire dans l’immense majorité des cas.

Malgré cet état des lieux connu et largement dénoncé,  les dispositions prises dans le cadre de cette nouvelle opération d’envergure  ne semblent pas différentes des précédentes. A titre d’exemple, et comme le rapporte l’APS (Algerie Presse Service), une première opération d’attribution de 10 718 parcelles, de 250 à 300m² chacune, destinées à l’auto-construction, avec une aide de l’Etat, a été lancée le 11/12/2014 à travers l’ensemble des communes de la wilaya de Ghardaïa, et le total doit atteindre 17 276 lots d’ici la fin du mois de décembre 2014. Cette annonce qui peut satisfaire les demandeurs de terrain à bâtir,  ne peut qu’inquiéter les nombreux partisans d’une urbanisation maitrisée et réfléchie, d’autant plus que pour répondre à la problématique de l’intégration au site, une méthode peu efficace, déjà mise en œuvre par le passé, est préconisée : les bénéficiaires sont sensés construire  en respectant l’une des trois variantes préparées par les services de l’Urbanisme afin de préserver le cachet architectural de la région. Si l’intention de s’inspirer de l’architecture des ksour, mondialement reconnue, est légitime, en revanche, la manière de faire laisse sceptique. En effet, les permis de construire établis selon des plans types à respecter (en théorie) ont déjà été expérimentés, ainsi, par exemple, la distribution des lots sociaux dans les années 1980, était accompagnée par des bons pour les matériaux de construction et par un permis de construire à suivre « impérativement ». Pourtant quasiment personne n’a respecté les plans, comme le prouve le désordre urbanistique et architectural qui règne dans les quartiers d’habitat individuel auto-construit, au cours des trente ou quarante dernières années, aussi bien à Ghardaia que dans les autres villes algériennes.

Etant donné la manière dont les choses se présentent, la situation aura du mal à s’améliorer et le risque est grand de la voir même s’aggraver d’un point de vue urbanistique et architectural, mais également d’un point de vue social et environnemental. Plutôt que d’imposer des formes « à reproduire » (dont on sait d’ailleurs, par expérience, qu’elles ne seront pas réalisées), l’enjeu ne serait-il pas plutôt de tenter d’infléchir les mentalités, en créant les conditions d’une prise de conscience et d’une implication collectives afin de (re)donner la priorité à la compréhension du milieu et, pour le cas de Ghardaia particulièrement, de retrouver l’esprit qui animait les bâtisseurs de la vallée  du Mzab ?

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi on revient toujours à des « solutions » qui ont pourtant déjà montré  leurs limites. Ne serait-il pas judicieux d’expérimenter des modes de faire innovants (au moins à petite échelle, dans le cadre d’opérations ponctuelles) au lieu d’investir massivement dans des « formules déjà testées » au risque de refaire encore les mêmes erreurs ?

B.K.

Pour citer ce billet : “Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb   le 22 décembre 2014.             Lien : http://ruralm.hypotheses.org/671

Relogement, la bombe à retardement

L’article qui suit a été publié dans le quotidien El Watan du 08 novembre 2013, il illustre bien les craintes que fait naitre la politique « de production de logements » qui est en cours en Algérie, focalisant l’essentiel de l’attention et des moyens  alors que la mise en place d’une véritable  politique « de la ville » est occultée dans les faits même si la loi existe.

——————————————————————–

Des scènes de batailles rangées au milieu des tours. Des habitants terrorisés et impuissants. Si les forces de sécurité mettent en cause les gangs, l’alcool et la drogue, les professionnels de l’urbanisme pointent du doigt la politique de relogement systématique dans les cités-dortoirs.

Dimanche 3 novembre, des appartements de Baraki, dans la banlieue d’Alger, brûlent. Au pied des immeubles, les habitants de deux bâtiments voisins s’affrontent à coups de sabre et de pistolets de détresse. La police arrête une vingtaine de personnes, mais personne n’est dupe, les violences recommenceront. A Aïn El Malha, Dély Ibrahim ou Birtouta, ces affrontements font partie du quotidien des habitants. Les habitants mettent systématiquement en cause des «relogés» qui ne seraient «pas d’ici». Mais au-delà des populations, l’urbanisme est l’une des causes la flambée de violence. Lire la suite

Un nouveau siège pour le parlement algérien

Le projet du  nouveau siège du parlement algérien comprend l’Assemblée Populaire Nationale, le Conseil de la nation (Sénat), la Salle des séances (Congrès) et un Hôtel Résidence pour les parlementaires.

Nouveau siège parlement algerienFiche Technique :

Nom officiel du projet : Parlement – Sénat – Congrès / République Algérienne Démocratique et Populaire

Localisation : Alger (Algérie)

 

* Architectes/designers :Consortium Algérien : Cosider, Vinci Grands Projets, CFE, Bureau Architecture Méditerannée (Thierry CHAMBON  / Maxime  REPAUX  / Frédéric ROUSTAN)                                                                                                                           * Responsables du projet : Frédéric ROUSTAN / Yassine ALLICHE                                  * Équipe de design : Collaborateurs : Sergii MITAKI / Ievgen GRYTSENKO / Laura MARCHEPOIL / Guillermo PANDO DE PRADO / Jean Christophe JODRY / David FROMAIN / Olivier VANEL / Jonathan TOURTOIS / Antony LONGEREY / Louise CATIN / Thérésa TOPOUKA                                                                                               * Architectes paysagistes : Bureau Architecture Méditerranée                                                                                                                      * Design d’éclairage : Bureau Architecture Méditerranée                                                  * Superficie du projet : 220 000 m2                                                                                                                                              * Coût des travaux :  non communiqué                                                                                                                      * Date de finalisation du projet : 2019

Pour en savoir plus, consulter l’article qui lui est consacré sur le site :                              http:// cyberarchi.com

Des journées d’études sur l’industrialisation du batiment qui laissent perplexe

Des journées d’études sur l’industrialisation du bâtiment se sont tenues,  le 30 septembre et le 1er octobre 2014 au Palais des Nations à Alger. Cette rencontre nationale, à laquelle ont été associés des partenaires nationaux et étrangers, visait, selon le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville (MHUV)   «à réhabiliter le recours aux procédés du logement industriel que les grandes entreprises nationales de réalisation (DNC, Sonatiba… ) maîtrisaient déjà dans les années 1970″.

Bien que le premier ministre ait plaidé  dans son allocution d’ouverture des journées pour «une Industrialisation oui, mais pas à n’importe quel prix.», et pour «accélérer la cadence, tout en veillant  au respect de l’architecture nationale, des habitudes de vie des citoyens algériens, des normes internationales et de l’environnement.», quand on entend parler de « Réhabiliter le recours aux procédés du logement industriels en cours dans les années 1970 », on ne peut s’empêcher de penser aux ZHUN (Zones d’ Habitat Urbain Nouveau) et aux bâtiments préfabriqués qui ont envahis les périphéries de la plupart des villes algériennes dans les années 1970-1980, avec des typologies identiques du Nord au Sud.

Ces déclarations ne peuvent que laisser perplexe, étant donné l’uniformisation et la standardisation qui touche aujourd’hui encore le secteur de l’habitat, comme le prouve les milliers de logements construits chaque année, selon un modèle répétitif extensif, dans lequel la réflexion architecturale, mais surtout urbaine sont réduites au minimum.

Si  on peut considérer l’expérience des logements industrialisés comme positive du point de vue des délais de réalisation plus courts et des mises  en œuvre plus performantes, le constat est néanmoins quasi-unanime sur l’échec de ces réalisations et de  l’urbanisme de masse  aussi bien du point de vue de la diversité architecturale que de la composition urbaine, sans parler des conséquences socio-environnementales.

Loger décemment le plus grand nombre est évidement une nécessité, mais il parait cependant légitime de se poser des questions sur la manière de résoudre ce problème qui ne peut être dissocié du reste  de la problématique urbaine. Il semble utile voire incontournable  de bien définir ce qui est entendu par « industrialisation » et de  s’interroger sur la pertinence de revenir à des modes de faire déjà éprouvés et largement critiqués.                                                 S’interroger sur la possibilité  d’expérimenter de nouvelles lignes d’action  qui permettrait de tenter de traiter de manière globale  la situation urbaine critique dans laquelle se trouve les villes algériennes et  sur les conditions à mettre en place pour  améliorer  la prise en compte des spécificités sociales et environnementales propres à  chaque région de ce vaste pays aux conditions naturelles contrastées; est également  une nécessité pour éviter que « la solution » préconisée aujourd’hui pour combler le déficit en logements, n’entraine l’aggravation des problèmes socio-environnementaux et du malaise urbain déjà existants.

B.K.

Pour citer ce billet : “Des journées d’études sur l’industrialisation du bâtiment qui laissent perplexe”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 6 octobre 2014.                                      Lien :   http://ruralm.hypotheses.org/536

 

 

Installation de l’Observatoire national algérien de la ville

D’après l’APS (Algérie Presse Service), le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune, a procédé lundi 21 avril 2014, à Alger à l’installation de l’Observatoire national de la ville chargé de l’amélioration du « cadre de vie du citoyen à l’intérieur des villes algériennes » . Lire la suite

Projet d’Eco-quartier Diar El Djenane entre Verte Rive et Bateau Cassé à Bordj el Kiffan – Alger

Impulsé par les pouvoirs publics, un projet d’éco-quartier est en cours dans le cadre de l’aménagement de la baie d’Alger et du renouvellement urbain du secteur de Bordj el Kiffan . Confié à l’agence ARTE CHARPENTIER ARCHITECTES,  l’éco-quartier d’Alger  ambitionne (selon le site de l’agence) de fabriquer la ville en produisant du logement abordable, à travers un nouveau modèle spatial à la fois respectueux de l’environnement et des spécificités culturelles et géographiques des lieux.

Sur le plan morphologique, l’ambition du projet est double :
– retrouver les qualités spatiales de la typologie traditionnelle de la maison à patio en concevant l’espace ouvert comme l’élément identitaire, fondateur et fédérateur du logement, et en réinventant de nouvelles relations entre les espaces extérieurs et les espaces intérieurs ;
– réinterpréter les modèles spatiaux de la Casbah et de la ville haussmannienne en hiérarchisant l’espace par la multiplication des seuils entre la sphère publique et l’intimité des logis, en recréant la tension entre l’individuel et le collectif, en réintroduisant la mixité sociale et fonctionnelle, en retrouvant l’usage de la cinquième façade et en proposant des espaces « partagés », lieux du voisinage et de la convivialité. (source http://www.arte-charpentier.com/fr/projets/1433-eco-quartier_diar_el_djenane.html)

Cette opération, menée en collaboration avec le groupe Lafarge,( producteur de matériaux de construction)  est qualifiée d’expérimentale. L’éco-quartier pilote d’Alger inaugurera t-il une nouvelle  ère dans la production de l’urbain en Algérie?  L’utilisation de nouvelles technologies plus performantes sur le plan énergétique sera-t-elle généralisée?  Les conditions de logements pour le plus grand nombre seront-elles améliorées? La mise en œuvre et la réalisation des ouvrages sera-t-elle facilitée et les  malfaçons réduites? Le transfert de technologie et la mise à niveau des techniciens et ouvriers algériens s’effectueront-ils?

On ne peut prédire si  l’impact  de ce projet expérimental sera positif, une fois réalisé, mais il ouvre en tous cas, dès à présent, un  vaste champ de questionnements, et (re)lance le débat sur la durabilité, sur les conditions et le devenir de la production urbaine en Algérie.

B.K.

Pour citer ce billet : “Projet d’Eco-quartier Diar El Djenane entre Verte Rive et Bateau Cassé à Bordj el Kiffan – Alger ”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 22 décembre  2013.                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/366

Les palmiers de l’uniformité

On assiste depuis plusieurs mois en Algérie, à la plantation de palmiers ayant pour vocation d’agrémenter et d’embellir les grands axes et les espaces publics de  plusieurs villes à l’échelle nationale.

Si on peut se féliciter de la « végétalisation » des espaces urbains, on ne peut néanmoins s’empêcher de remarquer à quel point cette opération est effectuée de manière « uniformisante ». En effet, le même type de palmiers est planté dans toutes les villes,  d’Alger à  Oran, en passant par Djelfa et de la même manière (le type d’emplacements, l’espacement et l’agencement sont identiques), et c’est ce qui interpelle le plus, même si la question de l’entretien et de la capacité de ces arbres  originaires du Sud, de la région des zibans (Biskra), ou le climat est saharien, sec et fortement ensoleillé, à résister dans des conditions différentes tels que le climat humide du littoral ou celui des hauts-plateaux,  particulièrement froid en hiver se pose évidemment.

En fait, l’idée qui aurait pu être plutôt bonne, puisque tout espace vert et végétation sont les bienvenus dans la ville (de nombreuses études ayant montrer leurs effets bénéfiques), peut s’avérer problématique, si le choix végétal n’est pas pertinent et que les espèces plantées ne résistent pas aux conditions environnementales,(ce sujet ne fait pas l’unanimité, mais   cela  devrait se vérifier avec certitude après un ou deux hivers).  Une chose est sure, au delà du choix de l’espèce,  l’ uniformisation du paysage végétal qui est en cours et qui vient s’ajouter à une uniformité déjà bien engagée du paysage architectural, va palmiers1renforcer la monotonie des villes algériennes, d’autant plus qu’il s’agit là d’une plantation massive: boulevards, places, rond-points,  et même les autoroutes : tous les espaces publics sont en train de se conjuguer au mode palmiers ….
Dans ce cas là, l’adage arabe risque de se confirmer :

« ادا زاد الشيء عن حده انقلب الى « ضده(toute chose qui dépasse ses limites se transforme en son contraire)                         Photo : Bachar k.  Aout 2013

B.K.

Pour citer ce billet : “ Les palmiers de l’uniformité ”    par Keira Bachar.                     Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 9 septembre  2013.     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/247

Programme triennal d’efficacité énergétique » 2011-2013″

Isolation thermique des  bâtiments

En Algérie, le secteur du bâtiment est le secteur le plus énergivore.

Sa consommation représente plus de 42% de la consommation finale.

Les actions de maîtrise de l’énergie proposées pour ce secteur portent notamment sur l’introduction de l’isolation thermique des bâtiments qui permettront de réduire la consommation d’énergie liée au chauffage et la climatisation d’un logement d’environ 40%.
Phase 2011-2013 :

1/ Projet isolation thermique de 600 logements neufs (il s’agit des 600 logements  HPE évoqués dans le billet du 15 juillet 2013)

Ce premier projet pilote est déjà lancé par l’APRUE (Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l’Utilisation de l’Energie ) en partenariat avec le Ministère de l’Habitat. Pour sa mise en œuvre, des conventions ont été signées avec la Caisse Nationale du Logement (CNL) et  les OPGI (Offices de Promotion et de Gestion Immobilière) de 11 wilayas, couvrant l’ensemble des zones climatiques du pays.
Le nombre de logements est réparti comme suit pour les 11 wilayas concernées:

2/Projet d’isolation thermique de 1500 logements existants

L’isolation thermique totale ou partielle de 1500 logements, soit une moyenne de 500 logements rénovés par an à travers:

  • Remplacement des menuiseries existantes par celles étanches avec double vitrage;
  • mise en place d’une isolation thermique.

SOURCE : http://www.aprue.org.dz/