8ème Edition du Salon International de la Construction et de la Gestion Urbaine « ORAN EXPO BTPH »

la 8ème Edition du Salon International de la Construction et de la Gestion Urbaine « ORAN EXPO BTPH », aura lieu du 09 au 12 octobre 2017 au niveau du Centre de Convention d’Oran. En marge du salon,  plusieurs conférences sont programmées et une journée thématique  consacrée à la pratique de la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage urbaine, est prévue pour le 10 octobre.

Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience

En 2008, feu J.J Deluz faisait le constat suivant : “En Algérie, pays où je vis et travaille, il y a deux choses dans l’urbanisme et l’architecture qui sautent aux yeux de toute personne lucide : d’un côté, l’unanimité des opinions converge sur un constat de nullité généralisée des quartiers nouveaux, de l’autre, il y a l’incapacité à y changer quelque chose”.( J.-J. Deluz in « Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture » , 2008).

Si l’expression « nullité généralisée » peut paraitre excessive, la médiocrité du paysage urbain algérien, pas seulement celui des dernières extensions, est dénoncée par bien d’autres avis et même par les plus hauts responsables (se référer le discours du Président de la République  lors des Assises de l’Architecture en décembre 2006). En effet, l’observation des aménagements urbains réalisés ces dernières années, dans la plupart des villes du pays, fait ressortir le même manque de réflexion urbanistique, en particulier dans les importants programmes d’habitat, (mais pas seulement) avec la prédominance du modèle extensif. Les contentieux et le manque de réserves foncières mais aussi (surtout ?) la manière dirigiste avec laquelle sont programmés les projets, accordant peu de temps et d’attention à la recherche des conditions d’implantation optimales font que, par facilité, la plupart des projets s’érigent, les uns après les autres, sur les terrains vierges en marges des villes, créant des dynamiques d’étalement urbain programmées.

La question du décalage qui existe entre les réalités du développement urbain tel qu’il est mené aujourd’hui, et les orientations du SNAT et de la politique de la ville basées sur le développement durable, se pose, alors que  des investissements financiers importants sont engagés. Dans les faits, au lieu de développement urbain « durable », les aménagements qui se succèdent, du Nord au Sud du pays, confirment plutôt des choix qui renouent durablement avec les pratiques de « l’urbanisme de masse ». Ainsi, même si, avec une volonté affirmée de concrétisation du développement durable, les pouvoirs publics  tentent d’améliorer le niveau de la dimension sociale en investissant des budgets colossaux pour combler le déficit en logements et en infrastructures ; ils occultent, en revanche, les questions liées à la durabilité en matière d’urbanisme et de construction, et les enjeux sociaux et environnementaux qu’elle soulève.

En effet, s’intéresser à l’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans les pratiques urbaines revient implicitement à se préoccuper des questions relatives à l’urbanisme durable si on considère, comme l’estime Da Cunha A. (2007) que le rôle essentiel du concept d’urbanisme durable est de garantir la qualité de vie urbaine et d’exprimer une prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Précisément, au-delà de la médiocrité du paysage tant dénoncée, il semble nécessaire de prendre conscience des effets néfastes, environnementaux mais également sociaux, d’une stratégie de développement qui peine à améliorer la qualité urbaine de l’existant voir même tend à la détériorer davantage en encourageant  une croissance urbaine démesurée.

Dans le contexte algérien, l’introduction du développement durable, en temps que concept, dans le champ opérationnel de l’aménagement et de la construction est très récente, et elle se matérialise, pour l’instant, plutôt par des réalisations ponctuelles à travers quelques projets, qui sont en cours, et pour la plupart, mises en œuvre dans le cadre du nouveau PDAU d’Alger, à l’horizon 2029, qui a pour objectif la promotion de la durabilité de l’espace urbain et pour slogan « Alger éco-métropole de la Méditerranée et ville jardin ». Cependant, ces réalisations semblent beaucoup relever d’une recherche de visibilité à travers des « effet d’annonce », (une sorte de projets « vitrines » du développement durable qui retiendrait le regard et détournerait l’attention des territoires urbains « ordinaires » et des centaines d’autres opérations en cours). Ces projets « pilotes » sont programmés par injonction des pouvoirs publics, concentrés au niveau de la capitale, et de quelques autres grandes villes (comme à Constantine avec le projet du quartier d’El Menia, présenté comme un éco-quartier), ou à l’échelle du bâtiment, comme avec les 600 logements HPE. C’est toujours l’approche « top-down », qui est privilégiée, puisque les acteurs locaux ne sont pas sollicités dans le processus décisionnel en matière de programmation urbaine. Cette logique où « l’amont régit l’aval » (F.N. Bouchanine, 2004) ne s’inspire pas vraiment de l’esprit du développement durable, qui prône, au contraire, la participation des citoyens dans les décisions relatives à leur milieu de vie.

L’intérêt récent des pouvoirs publics pour le lancement de projets d’aménagement et d’habitat affichant de nouvelles ambitions en matière de développement durable semble donc plus relevé d’une volonté de reproduction de « modèles » urbains présentés comme « durables » qui a lieu au Maghreb (P.A. Barthel, L. Zaki, 2011), que d’une réelle prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Pourtant, d’un autre coté, cet intérêt nouveau peut aussi être considéré comme une brèche qui s’ouvre dans le circuit jusque là très fermé de la production urbaine en Algérie. Il pourrait, dés lors, s’avérer opportun de saisir cette ouverture pour (re)lancer le débat, car les  opérations d’aménagements en Algérie comme d’ailleurs dans d’autres pays du Sud de la Méditerranée, sont proclamés comme « durables » alors même qu’il n’existent aucun système de contrôle, d’évaluation ou de certification du concept (L. Zaki et P.A. Barthel (2011). Bien que sous le vocable de « durables » se retrouvent des expériences très diverses en fonction des approches nationales de développement durable [C. Emelianoff, 2007  explique que, par exemples, les pays scandinaves et de la dorsale européenne ont développé des approches centrées sur les questions énergétiques ; les uns à cause des enjeux climatiques (Scandinavie, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) les autres de la rareté du sol (pays alpins), les pays euro-méditerranéens accordent eux plus d’attention au thème de la qualité de vie; l’accent est donc mis sur les espaces publics, le patri­moine, l’identité des lieux], il n’en demeure pas moins que leur mise en œuvre et leurs enjeux, dans tous les cas, remettent en question les modes de fabrication urbaine.

Dans le cas algérien, où les modes de fabrication urbaine en cours depuis plusieurs décennies, ont largement montré leurs limites, il s’agirait d’entrainer une prise de conscience collective sur la nécessité de trouver des traductions opérationnelles pour impulser un changement grâce à une nouvelle conception de la manière d’agir dans et sur l’espace urbain, introduisant de nouvelles pratiques basées sur des relations de concertation, de complémentarité et de respect entre toutes les composantes du milieu urbain afin de remédier à une situation urbaine diagnostiquée comme critique depuis de nombreuses années et qui ne cesse de s’aggraver…

Pour citer ce billet : «Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience  » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 juin 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1195

 

A Alger, 2ème séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment

Alors que le secteur du batiment représente plus de 40 % de la consommation d’énergie de l’Algérie, l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment constitue un enjeu majeur,  l’ADEME (Agence Française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et l’APRUE (Agence algérienne pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie) ont organisé conjointement à l’Ecole supérieure des affaires (ESA)- Alger le 25 avril 2017, le deuxième séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et ont signé, en marge de cette manifestation, leur 4e accord triennal de coopération pour la période 2017-2020. Cet accord sera centré autour de l’efficacité énergétique dans le bâtiment,et aura pour axes de la collaboration à court et moyen terme de :

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la « nouvelle ville » de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville « verte » répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

7ème édition du salon international de la construction et de la gestion urbaine : « Oran Expo B.T.P.H. »

La 7ème édition du salon international de la construction et de la gestion urbaine « ORAN EXPO BTPH »  se tiendra du 10 au 13 Octobre 2016 au centre de conventions Mhamed ben Ahmed ,El Akid Lotfi à Oran (Algerie).

A noter, en marge du salon, la journée de conférences du Mercredi 11 Octobre sur le thème : Bâtiments et villes durables : Enjeu de la lutte contre le changement climatique

Pour en savoir plus : http://www.oranexpobtph.com/oranexpo/?page_id=436

Le nouveau PDAU d’Alger approuvé

Au terme  d’une longue phase d’études qui a duré plus de huit années, et après avoir  été exposé dans chaque commune de la wilaya d’Alger,  durant la période consacrée à l’enquête publique, allant du 15 février au 30 mars 2015, soit pendant 45 jours,  le PDAU  (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) de la capitale, à l’horizon 2030 (devenu 2035 aujourd’hui), a été présenté et  approuvé à la majorité lors d’une session ordinaire de l’ APW  (Assemblée Populaire de Wilaya d’Alger) le 11 mai 2016. Le PDAU se veut un instrument légal et obligatoire de planification spatiale et de gestion urbaine.                         Ce plan directeur détermine des prévisions d’urbanisme et des règles de gestion. Il fixe les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire d’une ou de plusieurs communes. C’est le bureau d’études portugais Parque Expo 98 SA, intervenant également dans plusieurs pays, spécialisé  dans les projets de planification et de renouvellement urbain, qui a été chargé, depuis 2007, de coordonner un groupe plurisdisciplinaire pour travailler sur ce nouveau PDAU intercommunal d’Alger (il étudie les 57 communes de la wilaya), qui inclut une vision stratégique et de nombreux projets structurants (plusieurs de ces projets ont fait l’objet d’appels d’offres internationaux et sont en cours de réalisation à Alger : Universités, écoles supérieures, stades, quartiers d’affaires, sièges sociaux, parkings à étages…) et ont été intégrés au  master  plan (plan stratégique).                                                                                                                            

Source : http://www.parqueexpo.pt

Source : http://www.parqueexpo.pt

Pour Alger, le PDAU  prévoit zéro hectare de terres agricoles à l’urbanisation et entend assurer la défense de ce patrimoine en promouvant une politique volontariste de renouvellement urbain. La capitale semble donc être l’objet de toutes les attentions des pouvoirs publics qui ambitionnent  d’en faire  une « éco-métropole », sous l’impulsion de ce nouveau PDAU (versus master plan et vision stratégique) et  du projet en cours de l’Aménagement de la baie d’Alger, qui prévoit une promenade longue de plus de 50 km créant un espace public face à la mer, sur toute la longueur de la baie.

Les visions et les intentions ont été exprimées à travers les plans, les maquettes et les images de synthèse, reste maintenant à s’atteler et à se mobiliser pour tenter de les traduire au mieux dans la réalité …

Pour citer ce billet : « Le nouveau PDAU d’Alger approuvé »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/972

19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC)

Le 19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC) se déroulera du 03 au 07 mai 2016 au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger.

En marge des expositions (plus de 1000 exposants sont annoncés en provenance de 25 pays), plusieurs journées techniques avec de nombreuses conférences sont prévues.

Pour en savoir plus et télécharger le programme des journées techniques: http://www.batimatecexpo.com/

Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016

Nouvelle image (1)

Opération de relogement Photo APS – Archives

Dans le cadre du programme de Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) et de l’évacuation des immeubles menaçant ruine,  ainsi que des caves et des terrasses illicitement transformées en espaces d’habitation, les autorités locales de la wilaya d’Alger ont amorcé, le 16 décembre 2015, le lancement de la 20ème phase du relogement, qui doit toucher 6000 familles d’ici fin 2016.
Le programme pour Alger, porte sur la réalisation de près de 85 000 « unités » de logements essentiellement de type socio-locatif  collectif, destinées à reloger à terme 73 000 familles (recensées en 2007).
Les différentes campagnes de relogement, débutées en juin 2014, largement suivies et relayées par les médias nationaux, en particulier les journaux télévisés, ont permis de reloger, à ce jour, plus de 30 000 familles, dans des cités de grands ensembles, situées dans différentes zones périphériques des communes de la wilaya d’Alger, mais également des wilayas de Blida ou Boumerdes.                           Les pouvoirs publics qui annoncent vouloir faire d’Alger, une capitale sans bidonvilles,  d’ici fin 2016, ont investi des budgets colossaux dans les projets de construction de logements. Les questions (urbaines, sociales, environnementales…) posées par ce mode de production massif, intensif, standardisé, peu soucieux des spécificités socio-environnementales du milieu, ont été plusieurs fois abordées dans les billets de ce carnet. Pourtant, il faut peut-être nuancer le propos car l’ampleur du  problème, avec  l’explosion démographique que connait le pays (11 millions d’habitants en 1962, 40 millions en 2015),  est telle que la demande en logements est toujours largement supérieure à l’offre, d’où l’urgence de la situation, et le choix des responsables de miser sur la quantité « d’unités produites », et  d’aller « le plus vite possible », quitte à (re)produire les mêmes manières de faire (voire les mêmes erreurs..).

Ainsi, les habitants des « bidonvilles » qui  sont relogés dans ces nouveaux « pôles urbains », construits à la hâte, deviennent désormais des habitants de « cellule type » dans des  «unitévilles », et sont souvent partagés entre la satisfaction  d’avoir enfin obtenu  le logement  décent, promis et tant attendu ;  et la déception de se retrouver loin de leur environnement habituel,  dans des cités, dans la majorité des cas, encore sous-équipées et mal desservies par les transports en commun.

Si les besoins sont immenses et l’urgence réelle, fallait-il, pour autant, généraliser la même stratégie basée sur les mêmes modes opérationnels rigides, déjà expérimentés par le passé et largement critiqués? Une (petite) partie des importants moyens humains et financiers engagés dans la construction des millions « d’unités » réalisées à l’échelle nationale, depuis le début des années 2000, n’aurait-elle pas pu (du), être consacrée, à une véritable réflexion afin de pallier à l’absence de vision urbanistique et tenter de fabriquer la ville autrement que par une juxtaposition d’extensions répétitives, consommatrices de ressources et génératrices de nouvelles formes de ségrégations spatiale et sociale? Des interrogations qui reviennent inévitablement au sujet de l’habitat en Algérie, même en faisant un effort pour nuancer le propos …

Pour citer ce billet :  “Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 décembre 2015.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/881

Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire

Les assises nationales sur l’aménagement du territoire se tiennent à Alger depuis hier, 14 décembre 2015, pour évaluer le Schéma National d’Aménagement du Territoire SNAT 2030, avec pour slogan : «La dynamique territoriale : une alternative pour un développement économique durable».

Le SNAT à l’horizon 2030, révisable tous les cinq ans, a été institué par la loi n° 01-20 du 12/12/2001 relative à l’aménagement et au Développement Durable du territoire, et approuvé par la loi n°  10-02 du 29 juin 2010  (l’élaboration de ce Schéma, a nécessité plus d’une décennie, entre temps l’intitulé est passé de SNAT 2025 à SNAT 2030). Officiellement, sept ateliers de travail, se pencheront pendant deux jours, sur   » l’évaluation  de la situation générale du  SNAT,  la première phase du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT, 2030),  la consolidation des orientations stratégiques du SNAT en tant que facteur de dynamique socio-économique générateur de richesse au niveau des territoires, et enfin  l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du tourisme en Algérie« .

Le SNAT 2030 est l’instrument qui est sensé traduire et mettre en forme les orientations stratégiques de développement durable du territoire et constitue le  cadre de référence de l’action publique (document de synthèse, 2011) , en vertu de l’article 2 de la loi n° 10-02 du 29/06/2010, portant approbation du SNAT, qui stipule que : « les départements ministériels ainsi que les collectivités territoriales et les entreprises nationales et locales, sont tenus au respect des normes et règles du schéma national d’aménagement du territoire dans l’élaboration de leur projets et plans ».

La question est de savoir comment  cet « instrument » est  utilisé concrètement, autrement dit : comment les « orientations stratégiques de développement durable du territoire »  se traduisent dans les actions mises en oeuvre sur le terrain? Souhaitons que ces assises apportent un début de réponse ….

b.k.

Pour citer ce billet :  “Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 15 décembre 2015. Lien http://ruralm.hypotheses.org/870

6ème salon international de la construction et de la gestion urbaine – Oran du 12 au 15 octobre 2015

Le  salon Oran Expo, salon international de la construction et de la gestion urbaine  se tient du 12 au 15 octobre 2015, à cette occasion, le nouveau Stade d’Oran, conçu par Thomas Sheehan et Salah Saidoune, sera présenté au public, mardi 13 octobre dans la matinée.

Ce projet d’envergure fait partie du programme d’aménagement d’un site de 100 hectares entièrement dédié au sport et au bien-être, en cours de réalisation dans le cadre de la préparation d’Oran  pour organiser  les jeux méditerranéens, en 2021. 

D’après les organisateurs de cette manifestation, les infrastructures d’accueil, qui sont déjà  implantés dans la ville à travers les nombreux hôtels existants et le nouveau centre des convention, sont appelés à se développer encore plus ; les équipements culturels doivent être réhabilités, et la restauration du  patrimoine  bâti, entamée depuis quelques années, doit continuer; ainsi que l’entretien des  espaces publics urbains de la ville.