De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien

Les ressources en eau de l’Algérie sont limitées. Elles sont évaluées à 19.2milliards de m3, dont 12.4 milliards de m3 d’eau de surface (répartie essentiellement sur la partie Nord du pays), 1.9 milliards de m3 d’eau souterraine au Nord et 4.9 milliards de m3, exploitables dans le Sud (PNAE-DD, 2002). Ainsi, bien que pauvre en eau de  surface, le Sahara n’est pas dépourvu de ressources hydriques, puisqu’il contient de vastes nappes profondes, mais elles ont l’inconvénient majeur de n’être pas (ou peu) renouvelables.

Les recherches aquifères qui révélèrent ces ressources en eau fossile, au niveau de la nappe albienne, datent du début des années 1950. Cette découverte des eaux de la nappe profonde, devenue la principale ressource en eau de la région, entraîna la multiplication des forages de grandes profondeurs, entre 350 et 500 m, et la généralisation de l’usage des motopompes, en constante augmentation, pour répondre à la forte demande.

oued mzab

L’Oued M’zab qui traverse la ville de Ghardaia Photo Bachar k. 2014

Historiquement, en milieu saharien, l’eau a constitué historiquement le facteur essentiel de développement des oasis, puisque la présence de cette ressource était fondamentale pour la pratique de l’agriculture irriguée et notamment celle du palmier. Non seulement, les oueds environnants constituaient le prolongement des territoires des cités, mais le rythme de l’eau était aussi et surtout le facteur principal qui conditionnait la localisation, l’implantation et la structuration des villes (B. Benyoucef, 2009).

Avant la découverte des ressources hydrauliques souterraines profondes, la rareté de l’eau représentait une contrainte pour l’urbanisation, et une rigoureuse maîtrise de la gestion des ressources hydriques était appliquée. Chaque région du Sahara avait un mode de mobilisation de l’eau qui lui était propre : oasis à Foggaras dans le Touat ; oasis à Ghout dans le Souf tandis qu’au M’zab, la technique hydraulique ancestrale est le captage des eaux de ruissellement par la dérivation de l’Oued et l’exploitation des eaux de crues, au profit de l’irrigation et autres besoins, tout en modérant leur puissance. Ces systèmes, complets de l’amont à l’aval, permettaient de valoriser chaque goutte de pluie reçue. Chaque ksar,  avec son environnement immédiat où se développait une palmeraie,  était doté d’un système hydraulique de captage, de stockage et de distribution pour s’accommoder et  tirer avantage des eaux de crue, tout en se protégeant des inondations.

Aujourd’hui, ces systèmes sont ébranlés et les mécanismes de gestion séculaires des eaux de crues sont remis en cause  avec le développement urbain non maîtrisé.  Les crues s’avèrent parfois dévastatrices, et ont régulièrement affectées plusieurs villes du Sud au cours des dernières décennies (Ghardaia en 1991, 1994, 2004, 2008 ; Tamanrasset en 2002, Adrar en 2004, Illizi en 2006 etc…). En effet, les crues bénéfiques autrefois s’avèrent désormais meurtrières et dévastatrices.                                                   Si les ressources sont devenues importantes au Sahara algérien, la consommation l’est également, aussi bien pour les besoins urbains, en constante augmentation, que pour l’agriculture, car l’évapo-transpiration est forte, en particulier en été, et les cultures sans irrigations sont exclues. Ainsi, au  Sahara, aucun territoire agricole ne peut résister et perdurer s’il ne bénéficie pas d’une irrigation.

En milieu urbain, comme le relève M. Cote (2005), les villes sahariennes semblent avoir aujourd’hui, de gros problèmes avec l’eau, mais moins au niveau de la ressource, que de la gestion ; moins au niveau de l’approvisionnement que de l’assainissement. Ainsi, le phénomène d’hydromorphie (saturation des pores d’un sol en eau sur une période plus ou moins longue) est une préoccupation environnementale majeure. Dans ces régions, l’endoréisme exclut le drainage des eaux excédentaires vers les océans. Le cycle de l’eau, qui au cours des siècles avait conservé un certain équilibre, avec la stabilité démographique et la modestie des moyens de prélèvement, est aujourd’hui profondément modifié par les forages profonds et l’urbanisation massive (D. Dubost, G. Moguedet, 2002), entraînant une surconsommation et un excès de rejet des eaux usées qui gonfle l’aquifère superficiel. Les zones d’hydromorphie et de salinité ainsi engendrées, sont aggravées par l’occurrence des pluies fortes et soudaines, et nuisent aux aménagements urbains et à la fertilité des oasis. L’hydromorphie entraînant l’évaporation, la salinité ne fait qu’augmenter, entraînant un processus de désertification par le sel, dû non au manque d’eau mais à son excès (D. Dubost, G. Moguedet, 2002). C’est pourquoi, également, l’alimentation en eau potable est privilégiée à partir des forages profonds, où  le niveau de salinité est faible.

La problématique de l’eau est l’une des principales préoccupations environnementales, si les réserves souterraines profondes sont importantes, elles ne sont néanmoins pas inépuisables. Cependant, la réflexion sur une gestion rationnelle des ressources hydriques n’est pas uniquement une question d’équité inter-generationnelle, elle relève également de la préservation de l’équilibre du cycle hydraulique saharien, fortement perturbé aujourd’hui par l’ampleur du phénomène urbain.

Pour citer ce billet : « De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 08 juillet 2016.     Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1002

Le nouveau PDAU d’Alger approuvé

Au terme  d’une longue phase d’études qui a duré plus de huit années, et après avoir  été exposé dans chaque commune de la wilaya d’Alger,  durant la période consacrée à l’enquête publique, allant du 15 février au 30 mars 2015, soit pendant 45 jours,  le PDAU  (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) de la capitale, à l’horizon 2030 (devenu 2035 aujourd’hui), a été présenté et  approuvé à la majorité lors d’une session ordinaire de l’ APW  (Assemblée Populaire de Wilaya d’Alger) le 11 mai 2016. Le PDAU se veut un instrument légal et obligatoire de planification spatiale et de gestion urbaine.                         Ce plan directeur détermine des prévisions d’urbanisme et des règles de gestion. Il fixe les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire d’une ou de plusieurs communes. C’est le bureau d’études portugais Parque Expo 98 SA, intervenant également dans plusieurs pays, spécialisé  dans les projets de planification et de renouvellement urbain, qui a été chargé, depuis 2007, de coordonner un groupe plurisdisciplinaire pour travailler sur ce nouveau PDAU intercommunal d’Alger (il étudie les 57 communes de la wilaya), qui inclut une vision stratégique et de nombreux projets structurants (plusieurs de ces projets ont fait l’objet d’appels d’offres internationaux et sont en cours de réalisation à Alger : Universités, écoles supérieures, stades, quartiers d’affaires, sièges sociaux, parkings à étages…) et ont été intégrés au  master  plan (plan stratégique).                                                                                                                            

Source : http://www.parqueexpo.pt

Source : http://www.parqueexpo.pt

Pour Alger, le PDAU  prévoit zéro hectare de terres agricoles à l’urbanisation et entend assurer la défense de ce patrimoine en promouvant une politique volontariste de renouvellement urbain. La capitale semble donc être l’objet de toutes les attentions des pouvoirs publics qui ambitionnent  d’en faire  une « éco-métropole », sous l’impulsion de ce nouveau PDAU (versus master plan et vision stratégique) et  du projet en cours de l’Aménagement de la baie d’Alger, qui prévoit une promenade longue de plus de 50 km créant un espace public face à la mer, sur toute la longueur de la baie.

Les visions et les intentions ont été exprimées à travers les plans, les maquettes et les images de synthèse, reste maintenant à s’atteler et à se mobiliser pour tenter de les traduire au mieux dans la réalité …

Pour citer ce billet : « Le nouveau PDAU d’Alger approuvé »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/972

Démolir pour s’aligner sur des « standards » de mode de vie et de construction …

De plus en plus de propriétaires d’anciennes demeures, construites pour la plupart à la fin du 19ème  ou au début du 20ème  siècle, les jugent  « obsolètes » et les transforment de fond en comble, en  enlevant, par exemple, les charpentes, et démolissant les murs porteurs en pierre pour les remplacer par des poteaux et des dalles en béton armé, afin de construire des garages au rez de chaussée et plusieurs étages à la place.    

En effet, depuis le milieu des années 1970, ce mode constructif à base de ciment et d’acier, s’impose et domine le secteur du bâtiment en Algérie et on ne peut que constater la généralisation de son utilisation jusque dans la (re) construction des maisons individuelles, qui ont souvent tendance à ressembler à des « blocs de béton » de plusieurs étage.  Ce phénomène rejoint celui déjà bien répandu de la démolition de bâtisses situées dans les centre-ville et les grands boulevards des villes importantes, qui sont rachetées par des promoteurs immobiliers et remplacées par des immeubles flambant neufs destinés à devenir des équipements commerciaux, des cliniques privées, ou encore des immeubles de bureaux, à travers des opérations de démolition-reconstruction au niveau de tissus existants à forte valeur spéculative.

demolition

Une maison en cours de démolition/reconstruction Photo Bachar k

Cependant, le phénomène s’étend désormais à de nombreuses régions du pays (pour ne pas dire toutes) et touche même des quartiers modestes où les habitants aspirent à « refaire » leur maison, pour  la mettre au « goût du jour ». Ainsi, d’anciennes habitations basses avec structure en murs porteurs en pierres et couverture avec charpente en bois, recouverte de tuiles rouges en terre cuite, matériaux locaux et écologiques, ne répondent plus à l’esthétique, à la rentabilité, au confort, bref  aux standards de « vie moderne » recherchés aujourd’hui par leurs habitants. En l’absence d’informations et de moyens adéquats, leurs propriétaires,  au lieu  d’avoir recours à la rénovation, à la restauration  ou à la réhabilitation, qui nécessitent des études et une prise en charge particulières,  privilégient le plus souvent une solution rapide et radicale : elles sont, dans l’indifférence générale, entièrement détruites, rasées, quel que soit leur état,  pour être remplacées par des constructions « neuves » et « modernes », en béton armé.

Ces maisons humbles et anonymes, qui font partie du patrimoine, ne sont pas vraiment reconnues comme telles, elles sont ignorées et deviennent désormais, malheureusement, de plus en plus rares, elles sont pourtant les derniers témoins de savoir-faire oubliés …

Pour citer ce billet : « Démolir pour s’aligner sur des « standards » de mode de vie et de construction … »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/959

19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC)

Le 19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC) se déroulera du 03 au 07 mai 2016 au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger.

En marge des expositions (plus de 1000 exposants sont annoncés en provenance de 25 pays), plusieurs journées techniques avec de nombreuses conférences sont prévues.

Pour en savoir plus et télécharger le programme des journées techniques: http://www.batimatecexpo.com/

Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016

Nouvelle image (1)

Opération de relogement Photo APS – Archives

Dans le cadre du programme de Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) et de l’évacuation des immeubles menaçant ruine,  ainsi que des caves et des terrasses illicitement transformées en espaces d’habitation, les autorités locales de la wilaya d’Alger ont amorcé, le 16 décembre 2015, le lancement de la 20ème phase du relogement, qui doit toucher 6000 familles d’ici fin 2016.
Le programme pour Alger, porte sur la réalisation de près de 85 000 « unités » de logements essentiellement de type socio-locatif  collectif, destinées à reloger à terme 73 000 familles (recensées en 2007).
Les différentes campagnes de relogement, débutées en juin 2014, largement suivies et relayées par les médias nationaux, en particulier les journaux télévisés, ont permis de reloger, à ce jour, plus de 30 000 familles, dans des cités de grands ensembles, situées dans différentes zones périphériques des communes de la wilaya d’Alger, mais également des wilayas de Blida ou Boumerdes.                           Les pouvoirs publics qui annoncent vouloir faire d’Alger, une capitale sans bidonvilles,  d’ici fin 2016, ont investi des budgets colossaux dans les projets de construction de logements. Les questions (urbaines, sociales, environnementales…) posées par ce mode de production massif, intensif, standardisé, peu soucieux des spécificités socio-environnementales du milieu, ont été plusieurs fois abordées dans les billets de ce carnet. Pourtant, il faut peut-être nuancer le propos car l’ampleur du  problème, avec  l’explosion démographique que connait le pays (11 millions d’habitants en 1962, 40 millions en 2015),  est telle que la demande en logements est toujours largement supérieure à l’offre, d’où l’urgence de la situation, et le choix des responsables de miser sur la quantité « d’unités produites », et  d’aller « le plus vite possible », quitte à (re)produire les mêmes manières de faire (voire les mêmes erreurs..).

Ainsi, les habitants des « bidonvilles » qui  sont relogés dans ces nouveaux « pôles urbains », construits à la hâte, deviennent désormais des habitants de « cellule type » dans des  «unitévilles », et sont souvent partagés entre la satisfaction  d’avoir enfin obtenu  le logement  décent, promis et tant attendu ;  et la déception de se retrouver loin de leur environnement habituel,  dans des cités, dans la majorité des cas, encore sous-équipées et mal desservies par les transports en commun.

Si les besoins sont immenses et l’urgence réelle, fallait-il, pour autant, généraliser la même stratégie basée sur les mêmes modes opérationnels rigides, déjà expérimentés par le passé et largement critiqués? Une (petite) partie des importants moyens humains et financiers engagés dans la construction des millions « d’unités » réalisées à l’échelle nationale, depuis le début des années 2000, n’aurait-elle pas pu (du), être consacrée, à une véritable réflexion afin de pallier à l’absence de vision urbanistique et tenter de fabriquer la ville autrement que par une juxtaposition d’extensions répétitives, consommatrices de ressources et génératrices de nouvelles formes de ségrégations spatiale et sociale? Des interrogations qui reviennent inévitablement au sujet de l’habitat en Algérie, même en faisant un effort pour nuancer le propos …

Pour citer ce billet :  “Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 décembre 2015.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/881

Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire

Les assises nationales sur l’aménagement du territoire se tiennent à Alger depuis hier, 14 décembre 2015, pour évaluer le Schéma National d’Aménagement du Territoire SNAT 2030, avec pour slogan : «La dynamique territoriale : une alternative pour un développement économique durable».

Le SNAT à l’horizon 2030, révisable tous les cinq ans, a été institué par la loi n° 01-20 du 12/12/2001 relative à l’aménagement et au Développement Durable du territoire, et approuvé par la loi n°  10-02 du 29 juin 2010  (l’élaboration de ce Schéma, a nécessité plus d’une décennie, entre temps l’intitulé est passé de SNAT 2025 à SNAT 2030). Officiellement, sept ateliers de travail, se pencheront pendant deux jours, sur   » l’évaluation  de la situation générale du  SNAT,  la première phase du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT, 2030),  la consolidation des orientations stratégiques du SNAT en tant que facteur de dynamique socio-économique générateur de richesse au niveau des territoires, et enfin  l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du tourisme en Algérie« .

Le SNAT 2030 est l’instrument qui est sensé traduire et mettre en forme les orientations stratégiques de développement durable du territoire et constitue le  cadre de référence de l’action publique (document de synthèse, 2011) , en vertu de l’article 2 de la loi n° 10-02 du 29/06/2010, portant approbation du SNAT, qui stipule que : « les départements ministériels ainsi que les collectivités territoriales et les entreprises nationales et locales, sont tenus au respect des normes et règles du schéma national d’aménagement du territoire dans l’élaboration de leur projets et plans ».

La question est de savoir comment  cet « instrument » est  utilisé concrètement, autrement dit : comment les « orientations stratégiques de développement durable du territoire »  se traduisent dans les actions mises en oeuvre sur le terrain? Souhaitons que ces assises apportent un début de réponse ….

b.k.

Pour citer ce billet :  “Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 15 décembre 2015. Lien http://ruralm.hypotheses.org/870

Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité

 

DSC04332Le colloque organisé par l’Université Ferhat Abbes de Sétif (Algérie) en collaboration avec l’Université du Maine (Le Mans, France) et qui vient de se tenir du 27 au 29 octobre 2015, Sétif, était international mais également (et surtout) interdisciplinaire.                                                                                                 La salle de conférences  où s’est tenu le colloque                                                          Photo bachar k. octobre 2015

En effet, si les colloques relatifs à l’aménagement urbain sont nombreux, de même que ceux prenant pour thème la biologie et/ou l’écologie végétales, ils sont, en général organisé par leurs départements respectifs.

En revanche, il est plus rare de trouver un département de biologie et d’écologie végétales qui organise une rencontre relative à l’aménagement urbain, comme cela a été fait par l’équipe du colloque de Setif, d’où son intérêt à l’heure où des notions telles que l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité ou encore la pluridisciplinarité engagent à intégrer à des degrés divers, plusieurs enseignements et/ou pratiques pour faire prévaloir l’échange, le dialogue et le débat dans un esprit d’ouverture, et en particulier dans les actions en faveur  d’un développement qui se voudrait « durable ».

C’est ce qui a tenté d’être fait au cours de ce colloque (dont on doit saluer les efforts des organisateurs). En effet, en plus de  la qualité des conférences des Professeurs- invités (télécharger  le programme ci-joint programme_final_colloque_2015), qui ont fait profiter l’assistance présente (relativement peu nombreuse par rapport aux milliers d’étudiants et d’enseignants que compte l’université) de leurs savoirs et de leur grande maîtrise de leurs domaines respectifs, le débat et l’échange de points de vue furent  particulièrement fructueux et enrichissants.

Spécialistes de l’aménagement urbains mais également biologistes, et écologues ont confrontés leurs hypothèses et conclusions de recherche, ce qui va contribuer, (on le souhaite du moins) à enrichir la réflexion, sur la question du décloisonnement des disciplines, en particulier en matière de développement urbain, qui ne peut faire l’économie d’une meilleure prise en compte de toutes les dimensions qu’elles soient techniques, économiques, sociales, ou environnementales. Et c’est une question qui concerne autant les pays du Nord que ceux du Sud, et en Algérie, elle se pose avec acuité dans la recherche et l’action urbaines, aussi bien pour les villes côtières que pour les villes sahariennes, mais également pour les villes steppiques (sur lesquelles portait ma présentation, télécharger le résumé : Résumé renaturation bk).

b.k.

Pour citer ce billet :   “Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 31 octobre 2015.                                                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/781

Colloque international « l’Aménagement Urbain à l’heure des rétroactions écologiques ».

La faculté des Sciences de la Nature et de la Vie de l’université Ferhat Abbas – Sétif 1 accueillera du 27 au 29 octobre 2015 le colloque international « l’Aménagement Urbain à l’heure des rétroactions écologiques ».

Ce colloque est organisé par le Département de Biologie et Écologie Végétales en collaboration avec le laboratoire Projet Urbain Ville et Territoire (PUVIT) de l’université Sétif 1 et le laboratoire Espaces et Sociétés (ESO) de l’Université du Maine (France),

Lieu du Colloque: Auditorium Mouloud Kacem Nait Belkacem – Université Ferhat Abbas- Setif 1

Pour télécharger le programme :programme_final_colloque_2015

6ème salon international de la construction et de la gestion urbaine – Oran du 12 au 15 octobre 2015

Le  salon Oran Expo, salon international de la construction et de la gestion urbaine  se tient du 12 au 15 octobre 2015, à cette occasion, le nouveau Stade d’Oran, conçu par Thomas Sheehan et Salah Saidoune, sera présenté au public, mardi 13 octobre dans la matinée.

Ce projet d’envergure fait partie du programme d’aménagement d’un site de 100 hectares entièrement dédié au sport et au bien-être, en cours de réalisation dans le cadre de la préparation d’Oran  pour organiser  les jeux méditerranéens, en 2021. 

D’après les organisateurs de cette manifestation, les infrastructures d’accueil, qui sont déjà  implantés dans la ville à travers les nombreux hôtels existants et le nouveau centre des convention, sont appelés à se développer encore plus ; les équipements culturels doivent être réhabilités, et la restauration du  patrimoine  bâti, entamée depuis quelques années, doit continuer; ainsi que l’entretien des  espaces publics urbains de la ville.

 

Les palmiers de l’uniformité (2)….Après deux hivers…

Dans un billet publié sur ce carnet au mois de septembre 2013 (http://ruralm.hypotheses.org/247) j’avais relevé le fait que le même type de palmiers était planté dans un grand nombre de villes algériennes, du Nord au Sud du pays, accentuant encore la monotonie et l’uniformité du paysage urbain dues à la reproduction de typologies constructives similaires aussi bien du point de vue des formes que de celui des matériaux.palmiers

J’avais noté que si toute végétation urbaine  est la bienvenue (de nombreuses études ayant montrer ses effets bénéfiques), elle peut s’avérer problématique, si le choix végétal n’est pas pertinent et que les espèces plantées ne résistent pas aux conditions environnementales. Concernant les palmiers plantés au cours de l’année 2013, le sujet du choix de l’espèce avait fait l’objet de polémiques entre ceux qui disaient que cette espèce ne résisterait pas au climat rude des haut-plateaux par exemple et ceux qui pensaient le contraire.  Quant à moi, n’étant pas spécialiste en botanique ou en agronomie,  j’attendais de vérifier cela après un ou deux hivers, et bien, le verdict est tombé : la majeure partie des palmiers plantés à Djelfa, (ville steppique au centre des haut-plateaux, située à 1200m d’altitude) n’a pas résisté à la sécheresse et aux températures hivernales glaciales et de nombreux arbres sont aujourd’hui quasiment morts (photo ci-contre) :  un véritable gâchis!

Si végétaliser est une action bénéfique pour améliorer le confort urbain et le bien-être des populations, il est important de le faire de manière réfléchie, en respectant les spécificités régionales, en évitant, par exemple de planter les mêmes espèces dans des zones aux conditions climatiques différentes. Cela semble relever du bon sens mais n’apparait pas si évident au vu de ce qui s’est passé avec les palmiers de l’uniformité!

b.k.

Pour citer ce billet :   “Les palmiers de l’uniformité (2)….Après deux hivers…”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 14 aout 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/758