Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain

L’enseignement de l’aménagement et de l’urbanisme est relativement récent, même si l’art de bâtir des villes remonte à plusieurs siècles avant notre ère. Le vocable « urbanisme » est apparu pour la première fois au milieu du 19ème siècle, en Espagne, dans les travaux de Cerdà (Teoría General de la Urbanización, 1867).

En Grande-Bretagne, l’Université de Liverpool met en place le premier Institut universitaire dédié aux questions d’aménagement en 1909. Du côté de la France, le vote de la loi Cornudet instaure les premiers plans d’urbanisme et entraîne la création d’un Institut des Hautes études urbaines en 1919. Rattaché à la Sorbonne, celui-ci devient en 1924 l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP). De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, le premier programme universitaire dédié au City and Regional Planning est créé à l’Université de Harvard en 1923. Le Massachusetts Institute of Technology suit en 1932. Et, en 1941, c’est au tour de l’Université de Washington à Seattle, en 1945 à Columbia University à New York et à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, non loin de Chicago (Douay  N., 2017).

En Algérie, comme l’explique J.P. Frey (2010),  l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, conçu sur le modèle de celui de Paris, a été créé par décret en date du 11 juillet 1942, il ne commencera à fonctionner qu’au début de l’année 1946… Il a pour objet de coordonner et de développer les recherches concernant l’évolution des villes et plus particulièrement les études intéressant les villes nord-africaines, leur aménagement et leur extension, leur organisation administrative, économique et sociale. Son enseignement s’adressait tant aux techniciens désirant orienter leur activité vers l’urbanisme (architectes, ingénieurs, techniciens ruraux, géomètres, etc.) qu’aux fonctionnaires des services publics appelés à traiter des problèmes intéressant l’urbanisme (municipalités, travaux publics, etc.). L’enseignement comportait au départ trois groupes de cours : histoire et géographie ; droit, sociologie et économie ; technique de l’aménagement des villes.

De manière générale, les formations en urbanisme et aménagement, tout comme celles en architecture et construction, se caractérisent par la dimension pluridisciplinaire des enseignements où les savoirs théoriques et les savoir-faire professionnels se croisent et se complètent à travers, d’une part, les cours et les conférences autour de la connaissance des techniques et de la société et d’autre part, les travaux en atelier construits autour de la pratique du « projet » (notion qui désigne aussi bien  l’activité de conception déployée pour réaliser les plans que le résultat de cette activité, qui sont la réalisation et les plans eux-mêmes). Les enseignements dispensés dans les ateliers privilégient le travail de groupe et les échanges directs entre les étudiants et les professeurs. La formation pratique est (normalement) complétée par des stages qui permettent une meilleure intégration des étudiants dans le milieu professionnel. Les filières formant les futurs professionnels de l’aménagement urbain en particulier, doivent bénéficier de ce mode d’enseignement spécifique, qui associe théorie et pratiques professionnelles, dispensant non seulement des connaissances descriptives, sorte de base culturelle minimale, mais aussi  apportant des instruments cognitifs autant que pratiques, dotant les étudiants de compétences à l’action et la conception (Dumont  M., HDR, 2013).

Cependant, aujourd’hui, en Algérie, il n’existe plus d’Institut d’Urbanisme ; l’enseignement spécifique de la discipline « urbanisme » est intégré dans les différents cursus. Il n’y a pas de diplôme d’urbaniste, mais des formations «d’architecte- urbaniste » ou «d’aménageur» ou encore «de géographe- urbaniste » (T. Souami, 2006). Les conditions de pratiques pédagogiques et l’offre de formation ne sont pas toujours claires sur les compétences visées et sur la variété des différents profils, en particulier au niveau master (les filières de formation en aménagement et géographie, intégrant des domaines de spécialités destinés à former les compétences affectées à la planification, l’aménagement et la gestion des villes sont proposées par une dizaine d’universités à l’échelle nationale, une quinzaine propose des formations en architecture avec diverses options « urbanisme» au niveau master).

Pourtant, l’ampleur et la complexité des problèmes urbains et spatiaux exigent des professionnels ayant reçu une formation solide, condition sine qua non pour tenter d’améliorer une qualité urbaine qui ne cesse de se dégrader, dans un contexte de forte urbanisation (en Algérie, la population urbaine a été multipliée par six passant de moins de quatre millions en 1966, à plus de 22 millions au dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2008, soit deux algériens sur trois). Alors que les mutations urbaines sont importantes, et que le concept de développement durable est devenu incontournable ; l’enjeu est donc de faire en sorte de former des professionnels de l’urbanisme et l’aménagement de l’espace qui puissent répondre au mieux aux situations urbaines actuelles et qui soient capables d’anticiper les changements en cours et à venir aux plans social et environnemental.

A quelques jours de la prochaine rentrée universitaire, il est important de rappeler l’importance de cette filière et la nécessité d’investir dans une meilleure prise en charge des enseignements, d’autant plus que le champ professionnel des urbanistes et des aménageurs, ne jouit pas d’une  véritable reconnaissance, aussi bien de la part des pouvoirs publics que des maîtres d’ouvrage ou de la société civile. Sa structuration effective tarde à se mettre en place, pour preuve l’Association des Aménageurs et Urbanistes Algériens, fondée en 2001, ne dispose toujours pas de l’agrément officiel lui permettant d’agir efficacement (S. Almi, 2011). En effet, dans un champ marqué par la diversité des origines disciplinaires et la variété des profils professionnels (aménageurs- urbanistes, architectes-urbanistes, géographes-urbanistes, ingénieurs-urbanistes etc… mais également tous les autres professionnels se revendiquant comme « spécialistes de l’urbain »)  la question de la qualité de la formation, s’appuyant sur la maitrise de fondamentaux théoriques et pratiques  (un ensemble de références, de connaissances et de savoir-faire, bien défini), sorte de « base commune » à l’ensemble des cursus universitaires se revendiquant du champ de l’aménagement et de l’urbanisme, est prioritaire, pour tenter de répondre aux multiples attentes à l’échelle urbaine mais également sociale et environnementale, dans le contexte de désordre urbain, de difficultés de gestion des infrastructures et services collectifs ; et de manque de réflexion urbanistique prégnant, qui caractérise la plupart des villes algériennes.

Pour citer ce billet : «Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 26 aout 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1208

Appel à contribution pour l’ouvrage : L’Algérie au présent

L’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain) lance un appel à contribution pour l’ouvrage  » L’Algérie au présent » sous la direction de Karima Dirèche, Directrice de recherche CNRS.

Résumé

Il n’existe pas, aujourd’hui d’ouvrage de référence qui propose une analyse multidimensionnelle de l’Algérie d’aujourd’hui. Cet ouvrage se propose de combler cette lacune en offrant au lecteur une photographie analytique des dynamiques qui ont marqué l’Algérie de ces vingt dernières années…. Il se propose d’examiner les nouvelles donnes qui tissent les réalités de l’Algérie d’aujourd’hui : redéfinition des enjeux politiques et institutionnels, recomposition des territoires et des espaces économiques, émergences de nouvelles élites politiques et économiques, renforcement des politiques économiques néolibérales, affirmation de nouvelles identités culturelles et religieuses, renforcement des inégalités sociales, renouvellement des débats culturels et intellectuels…

Modalités de soumission

Les propositions de contribution (un titre et une demi-page) son attendues jusqu’au 30 juin 2017. Elles sont à adresser à karima.direche@irmcmaghreb.org et à romain.costa@irmcmaghreb.org. Les contributions devraient être courtes (28.000 signes, 8 pages word) et livrées au plus tard le 30 septembre 2017.

Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience

En 2008, feu J.J Deluz faisait le constat suivant : “En Algérie, pays où je vis et travaille, il y a deux choses dans l’urbanisme et l’architecture qui sautent aux yeux de toute personne lucide : d’un côté, l’unanimité des opinions converge sur un constat de nullité généralisée des quartiers nouveaux, de l’autre, il y a l’incapacité à y changer quelque chose”.( J.-J. Deluz in « Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture » , 2008).

Si l’expression « nullité généralisée » peut paraitre excessive, la médiocrité du paysage urbain algérien, pas seulement celui des dernières extensions, est dénoncée par bien d’autres avis et même par les plus hauts responsables (se référer le discours du Président de la République  lors des Assises de l’Architecture en décembre 2006). En effet, l’observation des aménagements urbains réalisés ces dernières années, dans la plupart des villes du pays, fait ressortir le même manque de réflexion urbanistique, en particulier dans les importants programmes d’habitat, (mais pas seulement) avec la prédominance du modèle extensif. Les contentieux et le manque de réserves foncières mais aussi (surtout ?) la manière dirigiste avec laquelle sont programmés les projets, accordant peu de temps et d’attention à la recherche des conditions d’implantation optimales font que, par facilité, la plupart des projets s’érigent, les uns après les autres, sur les terrains vierges en marges des villes, créant des dynamiques d’étalement urbain programmées.

La question du décalage qui existe entre les réalités du développement urbain tel qu’il est mené aujourd’hui, et les orientations du SNAT et de la politique de la ville basées sur le développement durable, se pose, alors que  des investissements financiers importants sont engagés. Dans les faits, au lieu de développement urbain « durable », les aménagements qui se succèdent, du Nord au Sud du pays, confirment plutôt des choix qui renouent durablement avec les pratiques de « l’urbanisme de masse ». Ainsi, même si, avec une volonté affirmée de concrétisation du développement durable, les pouvoirs publics  tentent d’améliorer le niveau de la dimension sociale en investissant des budgets colossaux pour combler le déficit en logements et en infrastructures ; ils occultent, en revanche, les questions liées à la durabilité en matière d’urbanisme et de construction, et les enjeux sociaux et environnementaux qu’elle soulève.

En effet, s’intéresser à l’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans les pratiques urbaines revient implicitement à se préoccuper des questions relatives à l’urbanisme durable si on considère, comme l’estime Da Cunha A. (2007) que le rôle essentiel du concept d’urbanisme durable est de garantir la qualité de vie urbaine et d’exprimer une prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Précisément, au-delà de la médiocrité du paysage tant dénoncée, il semble nécessaire de prendre conscience des effets néfastes, environnementaux mais également sociaux, d’une stratégie de développement qui peine à améliorer la qualité urbaine de l’existant voir même tend à la détériorer davantage en encourageant  une croissance urbaine démesurée.

Dans le contexte algérien, l’introduction du développement durable, en temps que concept, dans le champ opérationnel de l’aménagement et de la construction est très récente, et elle se matérialise, pour l’instant, plutôt par des réalisations ponctuelles à travers quelques projets, qui sont en cours, et pour la plupart, mises en œuvre dans le cadre du nouveau PDAU d’Alger, à l’horizon 2029, qui a pour objectif la promotion de la durabilité de l’espace urbain et pour slogan « Alger éco-métropole de la Méditerranée et ville jardin ». Cependant, ces réalisations semblent beaucoup relever d’une recherche de visibilité à travers des « effet d’annonce », (une sorte de projets « vitrines » du développement durable qui retiendrait le regard et détournerait l’attention des territoires urbains « ordinaires » et des centaines d’autres opérations en cours). Ces projets « pilotes » sont programmés par injonction des pouvoirs publics, concentrés au niveau de la capitale, et de quelques autres grandes villes (comme à Constantine avec le projet du quartier d’El Menia, présenté comme un éco-quartier), ou à l’échelle du bâtiment, comme avec les 600 logements HPE. C’est toujours l’approche « top-down », qui est privilégiée, puisque les acteurs locaux ne sont pas sollicités dans le processus décisionnel en matière de programmation urbaine. Cette logique où « l’amont régit l’aval » (F.N. Bouchanine, 2004) ne s’inspire pas vraiment de l’esprit du développement durable, qui prône, au contraire, la participation des citoyens dans les décisions relatives à leur milieu de vie.

L’intérêt récent des pouvoirs publics pour le lancement de projets d’aménagement et d’habitat affichant de nouvelles ambitions en matière de développement durable semble donc plus relevé d’une volonté de reproduction de « modèles » urbains présentés comme « durables » qui a lieu au Maghreb (P.A. Barthel, L. Zaki, 2011), que d’une réelle prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Pourtant, d’un autre coté, cet intérêt nouveau peut aussi être considéré comme une brèche qui s’ouvre dans le circuit jusque là très fermé de la production urbaine en Algérie. Il pourrait, dés lors, s’avérer opportun de saisir cette ouverture pour (re)lancer le débat, car les  opérations d’aménagements en Algérie comme d’ailleurs dans d’autres pays du Sud de la Méditerranée, sont proclamés comme « durables » alors même qu’il n’existent aucun système de contrôle, d’évaluation ou de certification du concept (L. Zaki et P.A. Barthel (2011). Bien que sous le vocable de « durables » se retrouvent des expériences très diverses en fonction des approches nationales de développement durable [C. Emelianoff, 2007  explique que, par exemples, les pays scandinaves et de la dorsale européenne ont développé des approches centrées sur les questions énergétiques ; les uns à cause des enjeux climatiques (Scandinavie, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) les autres de la rareté du sol (pays alpins), les pays euro-méditerranéens accordent eux plus d’attention au thème de la qualité de vie; l’accent est donc mis sur les espaces publics, le patri­moine, l’identité des lieux], il n’en demeure pas moins que leur mise en œuvre et leurs enjeux, dans tous les cas, remettent en question les modes de fabrication urbaine.

Dans le cas algérien, où les modes de fabrication urbaine en cours depuis plusieurs décennies, ont largement montré leurs limites, il s’agirait d’entrainer une prise de conscience collective sur la nécessité de trouver des traductions opérationnelles pour impulser un changement grâce à une nouvelle conception de la manière d’agir dans et sur l’espace urbain, introduisant de nouvelles pratiques basées sur des relations de concertation, de complémentarité et de respect entre toutes les composantes du milieu urbain afin de remédier à une situation urbaine diagnostiquée comme critique depuis de nombreuses années et qui ne cesse de s’aggraver…

Pour citer ce billet : «Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience  » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 juin 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1195

 

A Alger, 2ème séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment

Alors que le secteur du batiment représente plus de 40 % de la consommation d’énergie de l’Algérie, l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment constitue un enjeu majeur,  l’ADEME (Agence Française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et l’APRUE (Agence algérienne pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie) ont organisé conjointement à l’Ecole supérieure des affaires (ESA)- Alger le 25 avril 2017, le deuxième séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et ont signé, en marge de cette manifestation, leur 4e accord triennal de coopération pour la période 2017-2020. Cet accord sera centré autour de l’efficacité énergétique dans le bâtiment,et aura pour axes de la collaboration à court et moyen terme de :

Appel à contribution pour le Séminaire international : « Gestion urbaine et gouvernance locale »

L’institut de Gestion des Techniques Urbaines (GTU) de l’université de Msila (Algérie) organise un séminaire international sur le thème : « Gestion urbaine et gouvernance locale » les  05-06 Décembre 2017.

Les objectifs de ce séminaire,  réunissant des chercheurs, des organismes, des élus et des associations… sont, entre autres: L’ouverture d’un débat entre les acteurs urbains pour mettre en évidence les questions fondamentales relatives aux problèmes urbains; Le dégagement des recommandations nécessaires à une meilleure gestion de la ville.

Les Axes du séminaire :

  • Gouvernance urbaine et développement local.
  • Gestion des Risques en milieux urbains.
  • Gestion des infrastructures urbaines et des services publics.
  • Techniques urbaines et gestion locale.
  • Urbanisme, habitat et cadre de vie

 Echéancier

  • Date limite d’envoi des résumés :          05 juin 2017
  • Notification d’acceptation :                           05 juillet 2017
  • Date limite de soumission du texte final (full Paper):  25 sept 2017
  • Notification d’acceptation: 17 oct 2017
  • Envois des présentations (power point) :          15 nov 2017

–         Les projets d’intervention devront être envoyés impérativement par e-mail à l’adresse électronique suivante : igtu2017sigugl@gmail.com

Pour en savoir plus et remplir la fiche d’inscription: ID11915_colloques-gtu2017final-1

 

Le numéro 123/2014 de la revue « Mediterranée »: « La qualité environnementale en milieu urbain; Évaluation pluridisciplinaire

Les articles du numéro 123/2014 de la revue « Méditerranée » ayant pour thème: « La qualité environnementale en milieu urbain :Évaluation pluridisciplinaire » sont consultables en ligne sur le portail Cairn.info.

Ce numéro de la revue « Méditerranée » rassemble des études en géographie, écologie, urbanisme, paysage… qui interrogent la qualité environnementale du cadre de vie dans 15 villes d’Europe et du Bassin méditerranéen; dont deux articles sur la ville d’Alger :

« La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger ‪(Ewa Berezowska-Azzag et al.) et « Le concept de « corridors écologiques » en milieux urbains: enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale : Les exemples de renaturation de l’Oued El Harrach (Alger) et du Ruisseau des Aygalades (Marseille) » (Ewa Berezowska-Azzag et Mohamed Srir).

Le numéro propose de mettre en question les approches normatives qui sous-tendent aujourd’hui les produits immobiliers ou urbanistiques qui mobilisent la notion de « haute qualité environnementale », ainsi que le discours consensuel sur la « ville durable »…

Pour en savoir plus et consulter les articles : https://mediterranee.revues.org/7291 et http://www.cairn.info/revue-mediterranee-2014-2.htm

Le n° 28 des Cahiers d’EMAM « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », en ligne

Le n° 28/2016 des Cahiers d’EMAM intitulé « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », est en ligne depuis juillet 2016.

Dans ce numéro, coordonné par Nassima Driss (Sociologue et urbaniste, Maître de conférences à l’Université de Rouen), sept pays du bassin méditerranéen (Italie, Malte, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Liban) sont évoqués, avec une ouverture vers les pays du Golfe. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Des contributions portent sur l’espace public au sens politique, tandis que d’autres explorent les espaces publics et les pratiques spatiales en public afin d’identifier des réalités socio-anthropologiques singulières et de saisir les interactions en public dans différentes catégories d’espace.

Pour accéder à la version en ligne : https://emam.revues.org/

 

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la « nouvelle ville » de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville « verte » répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt, une nouvelle fois récompensé

main1

photo: Tafilelt.com

Le nouveau ksar de Tafilelt (Tafilelt Tadjdite), un projet d’habitat social, a été initié en 1997 par un promoteur privé (la Société civile immobilière, issue de la fondation « Amidoul »), au sud de Beni Isguen, dans la wilaya de Ghardaia, en s’inspirant de l’habitat traditionnel mozabite et en utilisant les matériaux locaux (la pierre, la chaux, le sable, le plâtre …). Ce projet s’inscrit dans une optique sociale et écologique, dont  le programme initial de 870 logements a été réalisé en cinq tranches, et s’est achevé en 2006 (le nombre est arrivé à 1050 logements actuellement). L’implication des habitants dans la conception et la construction est l’une des particularité de ce projet, qui fut l’un des premiers initiés par un promoteur privé avec l’aide de l’Etat. Les futurs habitants ont pu participer à la construction des maisons, en travaillant sur le chantier, le week-end ou en semaine selon les possibilités, dans une entraide collective, la « touiza », pratique ancestrale dans la vallée, qui met l’intérêt général au cœur de toutes les opérations, complétées aujourd’hui par des actions telles que la gestion des déchets ménagers, la densification et la préservation des espaces verts,  l’épuration naturelle et biologique des eaux usées de la cité ou encore la création d’un parc animalier et végétal des zones désertiques.

Cet ensemble a reçu en 2012, le 3ème prix du concours national d’architecture, ce qui est une reconnaissance pour une réalisation qui a été édifiée un peu en marge des circuits habituels. Il existe ainsi, à petite échelle, quelques expériences  de programmes d’habitat ksouriens intégrés, marquées par une volonté de réaliser de « nouveaux ksour », et de réinterpréter l’héritage urbain et architectural comme c’est le cas pour celui de Tafilelt.

En Algérie, les projets comme le nouveau ksar de Tafilelt sont très (trop) peu nombreux, et font figures d’exceptions dans un paysage urbain dominé par les pratiques uniformisées et uniformisantes (uniformité dans la démarche de mise en œuvre, au niveau de la gestion urbaine, dans les aménagements, les matériaux utilisés, les cahiers des charges et le choix architectural…), pourtant ces projets prouvent que même avant la promulgation des lois dites de « deuxième génération », ayant pour cadre le développement durable, le souci de mieux répondre aux réalités socio-environnementales n’était pas totalement absent des actions urbaines. D’ailleurs, outre le prix décerné par l’Etat algérien en 2012, le Ksar de Tafilelt est cité comme exemple dans un rapport de 2010 établit par l’Institut de La Méditerranée sur  « Les autorités locales et régionales dans la nouvelle gouvernance méditerranéenne », et  un autre rapport de 2009, toujours de l’Institut de La Méditérannée,  intitulé « Vers des quartiers durables méditerranéens- Evaluation qualitative des expériences de développement : durable »  pour le projet CAT-MED, qui n’hésite pas  à le qualifier comme étant digne des éco-quartiers européens.

Le ksar de Tafilelt avait obtenu également le premier prix de la ligue arabe de l’Environnement en 2014 et il vient d’etre encore récompensé du « coup de cœur des internautes City » lundi 14 novembre 2016 à Marrakech (Maroc) suite à un vote des internautes (plus de 600 voix des professionnels du monde). Cette consécration a été obtenue lors de la première édition du concours Green City Solutions Awards, organisée par le réseau Construction 21 qui milite pour la promotion des constructions et quartiers innovants et durables, à l’occasion de la 22e session de la Conférence des Parties (COP 22) de Marrakech.

Au-delà des appréciations et des récompenses, ce qui peut-être retenu de cette expérience, c’est la possibilité  institutionnelle de pouvoir aménager à l’initiative de la population locale, selon des critères spécifiques au site. En plus du résultat urbain et architectural obtenu, appréciable et original, du prix de revient jugé économique, c’est aussi le caractère participatif (Etat, bénéficiaires, et l’association Amidoul, pour une participation pas seulement financière) de la formule qui est intéressant, et le fait que cela ait pu se faire malgré une politique de l’habitat rigide laissant peu de place aux innovations et à la diversification des intervenants.

Pour en savoir plus sur ce projet :http://tafilelt.com/site/ et http://www.construction21.org/france/articles/fr/laureat-coup-de-coeur-city-gbcsawards-2016–cite-tafilelt-tajdite-algerie.html

Pour citer ce billet : « Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt,    une nouvelle fois récompensé»    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 22 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1101

A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers

Quand on aborde le sujet  du bâtiment et des travaux publics au Maghreb et dans les pays dits «  en développement »,  on entend souvent parler du manque de moyens financiers, du manque de qualité des travaux exécutés, du manque de savoir- faire technique, du manque de matériaux de construction, du manque de main d’œuvre qualifiée, du manque de respect des délais impartis pour la réalisation des travaux,  mais on entend moins souvent parler du manque de prévention et de protection des ouvriers sur les chantiers. Pourtant le secteur du BTP est l’un des plus accidentogène, puisque d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), environs un décès se produit toutes les dix minutes dans le secteur du bâtiment dans le monde.

En Algérie par exemple, pays en plein développement, où les chantiers de construction publics et privés,  prolifèrent aux quatre coins du territoire, les chefs d’entreprises de BTP, en particulier ceux des milliers de petites entreprises privées, embauchent  des dizaines de milliers d’ouvriers (spécialisés ou non) précaires,  anonymes, non déclarés, qui sont exposés à de nombreux risques et accidents, alors que les règles les plus élémentaires de protection (à commencer par les plus simples comme une tenue vestimentaire adéquate) et de sécurité (comme des échafaudages sécurisés et des planchers protégés ) sont ignorées et bafouées, dans l’indifférence générale.

Pourtant, le pays est doté (comme dans beaucoup d’autres domaines) d’un arsenal de textes législatifs non négligeable, relatifs à la sécurité en milieu professionnel, qui définissent un ensemble de dispositions visant à assurer de meilleures conditions d’hygiène, de sécurité et de médecine du travail (entre autres   la loi n°88-07 du 27/01/1988 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail). De plus, l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les Activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique par abréviation « OPREBATPH » a été crée par le décret exécutif n° 06-223 du 21 Juin 2006. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dont la mission principale est de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les activités du BTPH. Cependant, dans les faits, les mesures de prévention et de sécurité ne sont pas respectées  sur les chantiers, les travailleurs sont, pour une bonne partie d’entre eux, recrutés « au noir » (c’est le cas, quasiment toujours, dans les projets privés qui ne sont généralement pas contrôlés par les services sociaux), c’est-à-dire sans aucune couverture sociale. La plupart des ouvriers ne possèdent même pas les équipements de base : ils travaillent têtes nues, mains nues, n’ont évidemment pas de chaussures de sécurité, et le nombre d’heures de travail réglementaire est souvent largement dépassé.

L’état des lieux en matière de prévention est tout à fait critique et la question est occultée la plupart du temps par les petits entrepreneurs (mais aussi souvent par bon nombre des plus grands et par les pouvoirs publics eux-mêmes) qui pensent que la prévention est une source de dépenses alors que ce serait plutôt une source d’économie (les ouvriers blessées sur les chantiers sont souvent soignés sans déclaration réglementaire, en partie au frais de l’entrepreneur, qui ,de toutes façons paye un très lourd tribut moral) et d’amélioration de la productivité puisqu’un travailleur bien équipé travaille mieux et plus. En même temps, une meilleure prise en charge des ouvriers sur les chantiers entrainerait certainement un regain d’intérêt pour ces emplois qui sont aujourd’hui boudés par les jeunes et les entreprises peinent à recruter malgré le chômage.

D’ailleurs, est-il vraiment raisonnable de parler de gains et de dépenses quand la santé d’un être humain est en jeu ? Est-il normal qu’encore en 2016, alors que l’on ne cesse de parler de « développement humain » et de « développement durable », et que  des sommes colossales sont engagées dans des projets sensés améliorer le bien-être des habitants, les conditions de travail sur les chantiers soient si déplorables, que les ouvriers soient si mal protégés, si mal assurés, si mal équipés et qu’en voulant gagner leur  vie, ils risquent de la perdre ou de rester invalides, alors que cela aurait pu être évité?

Pour citer ce billet : « A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers   »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1096