A propos Keira Bachar

Après un parcours professionnel d'architecte, chargée de conception, dans une société publique de construction, d'architecture et d'urbanisme, un master 2 puis un parcours doctoral m'ont ouvert les portes du monde de la recherche, que je continue à explorer ...

La rive Sud et Est de la Méditerranée : un espace « pluri-vulnérable »

Depuis l’antiquité, le climat et la position géographique du  littoral méditerranéen, situé au carrefour de trois continents, ont favorisé l’implantation de cités (sur les côtes d’Afrique du Nord, se succèdent les phéniciens, les vandales, les grecs, les romains, les arabes, les ottomans (turcs) et les français), dans lesquelles les échanges commerciaux et culturels florissaient. Cependant, c’est une région ou les questions environnementales et de développement se posent avec une particulière acuité (le Plan Bleu, 2009).

En effet, si désormais plus de la moitié de la population mondiale est urbaine, dans les pays du pourtour de la Méditerranée (22  pays riverains), ce sont deux habitants sur trois qui vivent déjà dans les espaces urbains. En même temps, la Méditerranée, en particulier la rive Sud et Est, est et sera plus touchée par le changement climatique que la plupart des autres régions du monde au cours du 21ème siècle.

Les impacts de la hausse des températures, la diminution des précipitations, l’augmentation du nombre et de l’intensité des évènements extrêmes (inondations, glissements de terrain, feux de forêts, séismes etc..) et la hausse possible du niveau de la mer (l’élévation du niveau de la mer est évaluée à 35 cm d’ici la fin du siècle) se superposent et amplifient les pressions liées aux activités humaines déjà existantes sur l’environnement naturel.

La question cruciale de la raréfaction des ressources hydriques et la problématique de la disponibilité de l’eau, dont la demande a doublé depuis cinquante ans (Plan Bleu, 2008) dans le bassin méditerranéen est particulièrement préoccupante, (500 m3/personne/an correspondent au seuil de pénurie d’eau déjà atteint en Algérie, en Libye, à Malte, dans les Territoires Palestiniens, ou encore en Tunisie). En effet, comme le rappelle F. Galland (2009), les pays du pourtour méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources en eau douce de la planète et concentrent plus de la moitié de la population la plus pauvre en eau. Qui plus est, les ressources en eau de la région méditerranéenne sont inégalement réparties, puisque la rive Sud ne détient que 13 % de l’eau douce disponible en Méditerranée.

Cette région est aussi l’un des principaux « sites critiques » de la biodiversité mondiale. Elle rassemble 10% des espèces connues de végétaux supérieurs sur seulement 1,6% de la surface terrestre et 7% des espèces marines sur moins de 0,8% de la superficie des océans. Beaucoup d’entre elles sont endémiques. La mer Méditerranée, mer semi-fermée, entourée de côtes souvent très peuplées et objet d’une fréquentation touristique intensive, est soumise à une forte pression  humaine liée aux activités littorales comme au trafic maritime (elle accueille 30% du trafic fret maritime international et 20 à 25% du transport maritime d’hydrocarbures) qui génère des impacts sur la qualité du milieu marin et sur les écosystèmes.

La menace sismique dans cette région est également permanente, engendrée par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987). Le risque sismique est lourd de conséquences, en particulier en zone urbaine, qui connaît un croît démographique et un  phénomène de littoralisation important, qui menacent l’équilibre naturel et la préservation des ressources non renouvelables.

Au regard de ces multiples vulnérabilités (ici abordées de manière non exhaustive), la situation du littoral méditerranéen suscite de multiples interrogations et inquiétudes, d’autant plus que l’augmentation de la population urbaine côtière annoncée, est estimée, d’après le Plan Bleu (2008) à 20 millions d’urbains supplémentaires d’ici à 2025, tandis que  près de 50% des côtes pourraient être bétonnées à cet horizon contre 40% en 2000…Des chiffres et des perspectives pour le moins inquiétants qui ne peuvent qu’inciter à tenter d’infléchir une tendance qui ne cesse de se confirmer…

Pour citer ce billet : « Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 04 avril 2017        Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1174

Appel à contribution pour le colloque international: « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »

Colloque international : « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »    

Université Paris Diderot, CESSMA, 15-16-17 novembre 2017

Résumé

Ce colloque international propose de travailler la notion de droit à la ville depuis les villes du Sud. Il s’attache à en restituer la portée critique et souhaite soumettre à la réflexion collective la notion de droit à la ville de fait, forgée dans le cadre d’un programme de recherche collaboratif, DALVAA. Il invite donc des participants de disciplines et d’institutions variées, à engager un dialogue sur le rôle des expériences citadines dans la mise en ordre socio-spatiale des villes du Sud. 
Annonce : « ……… Les contributions pourront porter sur des études de cas liées aux différentes thématiques s’inscrivant dans les débats soulevés par le droit à la ville. Les approches théoriques pourront questionner les enjeux de la mobilisation en sciences sociales de la notion de droit à la ville et de sa dimension normative. Une attention sera également portée aux contributions épistémologiques et sur la manière dont les travaux sur les villes du Sud peuvent, et à quelles conditions, s’emparer d’une notion élaborée et travaillée à partir des villes du Nord.  Le colloque s’ouvrira à des travaux sur le Nord dans la mesure où la communication comportera une dimension comparative avec les villes du Sud. »

Les langues du colloque sont le français et l’anglais. Des propositions de communications en espagnol et en portugais seront examinées dans la mesure où elles peuvent être appuyées sur des supports visuels (de type diapositives) rédigés en français ou en anglais.

Modalités de soumission

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse suivante : colloquedalv2017@gmail.com   au plus tard le 4 mai 2017

Elles se composeront d’un titre, d’un résumé de 500 mots maximum, d’une rapide présentation du ou des auteurs (nom, affiliation, adresse électronique) et d’une bibliographie indicative

Offre de bourse

Un système de soutien financier (partiel) est proposé aux chercheurs de tous statuts, souhaitant communiquer et ne bénéficiant pas de modes de financement de la part de leur institution de rattachement. Seront prioritaires les demandes émanant de chercheurs précaires.

Pour en savoir plus : https://dalvaa.hypotheses.org/colloque-2017 

http://calenda.org/398920

Concours vidéo: Quel devenir pour les villes du Sud ?

Concours Vidéo – Adp – Villes en développement 

AdP-Villes en Développement organise la 1e édition du concours vidéo Villes en développement. Ce concours est destiné à valoriser les pratiques des jeunes professionnels. Il vise à faire connaître un renouvellement des pratiques et à questionner sur des problématiques liées aux territoires.

Les films apporteront des éclairages au regard du thème traité : présenter une pratique innovante, un projet mis en œuvre, une étude ou une recherche appliquée, une approche multi-disciplinaires, etc. Sont ainsi recevables toutes les vidéos qui abordent le développement urbain dans les villes des pays en développement.

Pour Consulter toutes les informations dans le règlement du concours :

pdf Concours Video 2017 – Règlement (495 KB)

 

Appel à contribution pour le colloque international : »La société civile et la transition démocratique; expériences comparées »

Le CAREP (Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques) organise un colloque international ayant pour thème :

La société civile et la transition démocratique; expériences comparées

à Tunis, les 12-13-14 Octobre 2017

Appel à contribution:

RÉSUMÉ

Les changements politiques que connaissent plusieurs pays, surtout arabes, et les périodes de transition politique, font apparaitre la fin du monopole du champ politique par l’État. Les organisations de la société civile s’accaparent de plus en plus de pouvoir de par leurs capacités mobilisatrices. On assiste à l’émergence de nouveaux acteurs civils qui exercent des missions et des rôles autant divers qu’inhabituels, ce qui peut être considéré comme une dépossession des rôles traditionnels de l’État. En fait, la société civile contribue à la rotation des élites, assure une fonction socio-éducative et contribue fortement à consolider le processus démocratique nouvellement initié. Il s’agit de comparer les différentes expériences, d’expliciter les étendues mais aussi d’un autre côté de réfléchir sur le concept de société civile, de clarifier ses contours, de comprendre les polémiques qu’il suscite.

Dates

  • Date du colloque : 12-13-14 Octobre 2017

  • Date limite de l’envoi des résumés : 15 Mars 2017

  • Notification des résultats des évaluations : 31 Mars 2017
  • Date limite de soumission du texte final (full paper) : 10 Septembre 2017

Pour télécharger l’appel à contribution, connaitre les conditions de participation et en savoir plus: http://calenda.org/389696  ou  la_societe_civile_et_la_transition_democratique

Un petit documentaire sur le site Culture Sciences Pays de la Loire : « Les plantes à l’assaut des villes »

Bien que cette entrée ait été répertoriée dans la catégorie « bibliographie », ce n’est pas un livre qui est présenté, mais une petite vidéo, qui aborde, de manière brève mais simple et pédagogique, plusieurs des multiples fonctions et propriétés des plantes en villes: pour la gestion de l’eau de pluie, la régulation du climat, l’absorption du bruit ou encore pour la biodiversité urbaine. Bien que les expériences relatées se situent dans l’Ouest de la France (dans les Pays de la Loire), ce petit documentaire,  peut  interresser tous ceux qui travaillent sur les questions relatives aux bienfaits du végétal en milieu urbain.

Pour voir la vidéo :  http://www.culturesciences.fr/2017/01/24/ligne-mire-plantes-lassaut-villes

 

Le numéro 123/2014 de la revue « Mediterranée »: « La qualité environnementale en milieu urbain; Évaluation pluridisciplinaire

Les articles du numéro 123/2014 de la revue « Méditerranée » ayant pour thème: « La qualité environnementale en milieu urbain :Évaluation pluridisciplinaire » sont consultables en ligne sur le portail Cairn.info.

Ce numéro de la revue « Méditerranée » rassemble des études en géographie, écologie, urbanisme, paysage… qui interrogent la qualité environnementale du cadre de vie dans 15 villes d’Europe et du Bassin méditerranéen; dont deux articles sur la ville d’Alger :

« La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger ‪(Ewa Berezowska-Azzag et al.) et « Le concept de « corridors écologiques » en milieux urbains: enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale : Les exemples de renaturation de l’Oued El Harrach (Alger) et du Ruisseau des Aygalades (Marseille) » (Ewa Berezowska-Azzag et Mohamed Srir).

Le numéro propose de mettre en question les approches normatives qui sous-tendent aujourd’hui les produits immobiliers ou urbanistiques qui mobilisent la notion de « haute qualité environnementale », ainsi que le discours consensuel sur la « ville durable »…

Pour en savoir plus et consulter les articles : https://mediterranee.revues.org/7291 et http://www.cairn.info/revue-mediterranee-2014-2.htm

Ouvrage :  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « 

 

La justice spatiale et la ville. Regards du Sud

Source :http://www.karthala.com/

A l’heure où l’on parle d’établir « un nouvel agenda urbain » qui promeut « la ville inclusive » et invite à « transformer les villes et en faire des moteurs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion » (Habitat III, Déclaration de Quito, octobre 2016) ; la question de « la justice spatiale » semble incontournable, d’où l’intérêt de cet ouvrage, paru en 2014, aux éditions Karthala et qui s’intitule  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « .
Le livre, fruit du travail de recherche de 25 contributeurs, sur des terrains, essentiellement africains, (dont le Maroc) explore cette notion de « justice spatiale » et postule que « l’injustice sociale se traduit dans l’espace et que réciproquement l’organisation de l’espace est productrice d’injustice sociale. C’est ce que traduit le concept de justice spatiale, c’est-à-dire l’approche spatiale de la justice sociale entendue dans ses différentes dimensions, tant de distribution équitable que de reconnaissance ».
Une recension de l’ouvrage, établie par Catherine Fournet-Guerin  est consultable en ligne sur :https://espacepolitique.revues.org/3423

Le n° 28 des Cahiers d’EMAM « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », en ligne

Le n° 28/2016 des Cahiers d’EMAM intitulé « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », est en ligne depuis juillet 2016.

Dans ce numéro, coordonné par Nassima Driss (Sociologue et urbaniste, Maître de conférences à l’Université de Rouen), sept pays du bassin méditerranéen (Italie, Malte, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Liban) sont évoqués, avec une ouverture vers les pays du Golfe. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Des contributions portent sur l’espace public au sens politique, tandis que d’autres explorent les espaces publics et les pratiques spatiales en public afin d’identifier des réalités socio-anthropologiques singulières et de saisir les interactions en public dans différentes catégories d’espace.

Pour accéder à la version en ligne : https://emam.revues.org/

 

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la « nouvelle ville » de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville « verte » répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

Appel à communication : Journée des doctorants en urbanisme-aménagement de l’APEREAU

La journée des doctorants de l’APERAU Internationale aura lieu le vendredi 12 mai 2017 à Aix-en-Provence. Les doctorants de tous les laboratoires liés aux formations membres de l’APERAU Internationale, sont invités à proposer une communication. Ces propositions peuvent concerner l’ensemble des sujets de doctorat en aménagement et urbanisme.

Depuis 2010, l’APERAU organise des rencontres doctorales destinées à mettre en exergue les recherches en cours ou finalisées (à Brest en 2010, Constantine et Aix-en-Provence en 2011, Lausanne en 2012, Aix-en-Provence en 2013, Rennes en 2015, et Bruxelles en 2016). Cette septième édition, prévue le vendredi 12 mai, constitue une l’occasion pour les doctorants des laboratoires de recherche liés aux formations membres de l’APERAU de présenter leurs travaux, d’échanger entre eux mais également avec des enseignants-chercheurs et des professionnels de l’urbanisme et de l’aménagement.

Participation : Les doctorants de tous les laboratoires liés aux formations membres de l’APERAU Internationale, sont invités à proposer une communication. Ces propositions peuvent concerner l’ensemble des sujets de doctorat en aménagement et urbanisme.

Calendrier : * 27 janvier 2017 : date-limite d’envoi du résumé de la communication                                   * 17 février 2017 :notification aux auteurs de l’acceptation ou du refus                                   *  2 mai 2017 : date-limite d’envoi du texte de la communication.

Les résumés seront adressés à Séverine Bonnin-Oliveira (severine.bonnin-oliveira@univamu.fr). Pour faciliter le traitement de ces envois, le sujet de l’e-mail comportant la proposition de communication portera l’intitulé « Rencontre des doctorants de l’APERAU ».

Pour en savoir plus et telécharger l »appel : http://www.aperau.org/images/Appel_a_com_journ%C3%A9e_des_doctorants_Aix_2017.pdf