A propos Keira Bachar

Après un parcours professionnel d’architecte, chargée de conception, dans une société publique de construction, d’architecture et d’urbanisme, un master 2 puis un parcours doctoral m’ont ouvert les portes du monde de la recherche, que je continue à explorer …

Le risque sismique: une menace permanente sur le Nord algérien

Le 2 Janvier 2018, une secousse tellurique d’une magnitude de 4.3 degrés sur l’échelle de Richter (d’après le CRAAG – Centre de Recherche en Astronomie, Astrophysique et Géophysique)  a été fortement ressentie par les habitants de Blida, mais également par ceux des wilayas limitrophes telles qu’Alger et Tipasa. A peine quarante jours auparavant, le 24 novembre 2017, une autre secousse de l’ordre de 3.6 avait secoué la même région.

En effet, le nord de l’Algérie est une zone d’activité sismique (aussi bien terrestre que marine) élevée comme l’attestent les différents séismes survenus à la fin du 20ème siècle et en ce début de 21ème siècle ; tels que les séismes du 5 octobre 1980 à Chlef, celui du 20/10/ 1989 à Tipasa, celui du 22/12/1999 à Ain temouchent, ou encore celui du 21 mai 2003 à Boumerdes,  pour ne citer que les plus meurtriers et récents. Le pli-faille du Sahel, qui s’étend de Tipasa à Boumerdes fait partie des cinq failles actives identifiées dans la région (en plus de failles potentiellement actives en mer Méditerranée), engendrées par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987).

Le risque sismique dans cette région est donc avéré et potentiellement lourd de conséquences, en particulier pour les zones urbaines, qui connaissent un croît démographique important, (la population urbaine évolue plus vite que la population totale, deux algériens sur trois vivent en ville). D’après le SNAT, se basant sur le recensement de 2008, la région Nord-Centre, constituée par les wilayas d’Alger, de Tipaza, de Blida et de Boumerdès, enregistre un accroissement dans son poids démographique, tandis qu’un rapport de l’O.N.S. (Office National des Statistiques) datant de 2011 indique que le Nord-centre est deux fois plus dense que le Nord-est et le Nord-ouest du pays qui connait d’une manière générale, un phénomène de littoralisation et de concentration démographique important dans sa partie Nord (près de 80% des habitants).  

Si la nature sismique de la région est prise en compte au niveau du calcul et de la conception des structures des constructions, avec des règles parasismiques (RPA 99/ version 2003) à l’échelle du bâtiment, relativement bien appliquées, dans le cas des constructions publiques, qui bénéficient d’un contrôle obligatoire par les services du C.T.C (Contrôle Technique des Constructions). En revanche, pour les constructions privées, en particulier en ce qui concerne l’habitat, il n’y a quasiment aucun contrôle. Autre élément inquiétant, les impacts de ce risque sismique connu et reconnu, ne sont pas concrètement anticipés au niveau spatial, dans les opérations d’aménagement territorial.

En effet, le Plan Général de Prévention des Risque Majeurs – PGPRM, (s’apparentant aux PPR -Plans de Prévention des Risques- français) institué par la loi n°  04-20 du 25 décembre 2004, relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes, sensé fixer l’ensemble des règles et procédures visant à atténuer la vulnérabilité à l’aléa concerné et à prévenir les effets induits, n’est toujours pas en vigueur. Pourtant, la loi n° 04-05 du 14 août 2004 (Modifiant et complétant la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme) prescrit, dans le cadre de la prévention, lors de l’élaboration des plans d’aménagement et d’urbanisme, la reprise des prescriptions des Plans Généraux de Prévention des Risques Majeurs et l’identification, entre autres, des zones sismiques classées selon leur degré de vulnérabilité. D’autre part, le décret exécutif n° 05-318 du 10 septembre 2005 (Modifiant et complétant le décret exécutif n° 91-178 du 28 mai 1998) fixant les procédures d’élaboration et d’approbation des POS, ainsi que le contenu des documents y afférents, prévoit l’élaboration d’une carte à l’échelle 1/500° ou 1/1000°, délimitant les zones exposées aux risques naturels et technologiques, accompagnées des rapports techniques y afférents.

Ainsi, la réglementation sous-tendue par l’arsenal législatif existe, à plusieurs niveaux, depuis plus d’une décennie, pour encadrer l’urbanisation, cependant, il manque l’essentiel : la mise en œuvre avec l’application sur le terrain. Cette application s’impose pourtant comme une priorité, et ce, dés les premières phases de l’implantation et de la conception des aménagements urbains, pour être ensuite complétées par les règles parasismiques des constructions, qui devront s’étendre à tous les types de bâtiments publics ou privés, tertiaires ou résidentiels, en particulier dans les zones classées à risques.

La prévention passant par des études sérieuses en amont, demeure, en effet, le moyen le plus sur, pour anticiper d’éventuels tremblements de terre majeurs et réduire au maximum les conséquences souvent désastreuses (nombre de victimes, dégâts matériels, impacts environnementaux….) de ce type de catastrophes identifiées et récurrentes, constituant une menace permanente sur un espace qui abrite l’essentiel des infrastructures et possède la densité de population la plus élevée du pays…

Pour citer ce billet : « Le risque sismique: une menace permanente sur le Nord algérien » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 17 janvier 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1254

Appel à communications pour le colloque: « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la métropolisation »

Un appel à communications est lancé pour le colloque « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la métropolisation » (Medium-sized cities and their role in the context of metropolitanisation) qui aura lieu les 18-19 et 20 octobre 2018 à La  Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Résumé:

« Bien le phénomène de métropolisation où la grande ville confirme sa primauté et son rôle hégémonique, la ville moyenne reste un niveau très adéquat pour comprendre le fonctionnement d’un territoire. Elle demeure une catégorie de villes d’intérêt important quant aux yeux du gouvernement dans sa région qu’a ceux de la plupart des chercheurs travaillant sur les problématiques relatives aux systèmes urbains et aux constructions territoriales. »

Plusieurs questionnements et axes d’intervention sont proposés à titre indicatif, autour de la notion de « ville moyenne ».

Calendrier et modalités de participation
28/02/2018 : Dernier  délai d’envoi des  résumés
30/03/2018 : Dernier délai de notification d’acceptation des résumés.
10/09/2018 : Dernier délai d’envoi du texte final de la communication
Les résumés ne doivent pas dépasser les 500 mots (y compris les mots clés), écrits sur « Word »,en Times New Roman, caractère12 et seront adressés au coordinateur scientifique du Colloque : seddikfazai@gmail.com

Pour en savoir plus: http://calenda.org/424652

2ème Appel à communications pour le Séminaire international : « Gestion urbaine et gouvernance locale »

L’institut de Gestion des Techniques Urbaines (GTU) de l’université de Msila (Algérie) lance le 2ème appel à communications dans le cadre  d’un séminaire international sur le thème : « Gestion urbaine et gouvernance locale », qui doit avoir lieu les 13-14 Mars 2018.

Objectifs du séminaire
Les objectifs de ce séminaire, qui réunit des chercheurs, des organismes, des élus, des experts et des associations…, sont :
1. L’ouverture d’un débat entre les différents acteurs urbains pour mettre en évidence les questions fondamentales relatives aux problèmes urbains ;
2. Le dégagement des recommandations nécessaires à une meilleure gestion des villes ;
3. Gérer les villes en prenant en considération leurs spécificités socio-économiques et culturelles ;
4. Déterminer le cadre scientifique et opérationnel pour la préservation des tissus urbains ayant une valeur historique et culturelle.

Le nouvel échéancier est le suivant:
– Date limite d’envoi des résumés : 25 décembre 2017
– Notification d’acceptation préliminaire:  8 Janvier 2017
– Date limite de soumission du texte final (full Paper):  20 Janvier 2018
– Notification d’acceptation : 15 Février 2018

Les projets d’intervention devront être envoyés impérativement par e-mail aux adresses électroniques suivantes :  igtu2017sigugl@gmail.com   et   colloquegtu@gmail.com

Pour en savoir plus et télécharger  la fiche d’inscription à remplir :msila ID12356_2eme_appel_lu_2

Salon International des Energies Renouvelables, des Energies Propres et du Développement Durable « Era Oran 2017 »

Le 8ème Salon international des énergies propres, des énergies renouvelables et du développement durable, «Era 2017», se déroulera les lundi 23, mardi 24 et mercredi 25 octobre 2017, au Centre des conventions d’Oran.

Le Salon « Era » accompagne le programme national de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en Algérie.

Le programme de ce Salon de trois jours comporte un cycle de conférences avec des spécialistes et chercheurs algériens et étrangers qui aborderont, entre autres, dans leurs communications, l’état des lieux en Algérie en matière de capacités de production électrique installées et en projet,ainsi que l’introduction des énergies renouvelables dans les politiques énergétiques de divers secteurs (énergie, ressources en eau, agriculture, habitat).

Pour en savoir plus et voir le programme des communications : http://era.dz/era/programme/

8ème Edition du Salon International de la Construction et de la Gestion Urbaine « ORAN EXPO BTPH »

la 8ème Edition du Salon International de la Construction et de la Gestion Urbaine « ORAN EXPO BTPH », aura lieu du 09 au 12 octobre 2017 au niveau du Centre de Convention d’Oran. En marge du salon,  plusieurs conférences sont programmées et une journée thématique  consacrée à la pratique de la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage urbaine, est prévue pour le 10 octobre.

Le numéro 16/2017 de L’Année du Maghreb : « Etats et territoires du politique »; en ligne

Sous la direction de Jean-Philippe Bras et Aude Signoles, le numéro 16/2017, de la revue L’Année du Maghreb, avec un dossier intitulé « Etats et territoires du politique » est consultable en ligne.

« La « décentralisation » fait partie des modalités de changement promues par les bailleurs de fonds internationaux au Maghreb pour, d’une part, dégrossir les administrations centrales tentaculaires des États et, d’autre part, ouvrir le jeu politique local dans le sens d’une démocratisation des régimes politiques de la région….La question examinée dans ce dossier est celle des effets des mobilisations populaires sur la production d’une nouvelle donne territoriale, en focalisant l’analyse tant sur les modalités des mobilisations politiques que sur le décryptage des réponses apportées par les autorités publiques à la crise politique dans sa dimension territoriale. Or, faire face à une telle interrogation ne relève pas de l’évidence, dès lors que les mobilisations populaires des « printemps arabes » peuvent être lues comme une demande, à la fois, d’autonomie locale et d’un «plus d’État» ».

Les articles proposés sont consultables, en texte intégral, sur :https://anneemaghreb.revues.org/

 

Parution de l’ouvrage : Un siècle d’urbanisme, le devenir de la ville marocaine

L’ouvrage « Un siècle d’urbanisme – Le devenir de la ville marocaine »  de Mustapha Chouiki est paru au mois de mai 2017, aux éditions L’Harmattan.

Le résumé:

Cet ouvrage qui se veut une lecture globale se présente sous forme d’un essai synthétique articulé en trois niveaux superposés et complémentaires. Le premier niveau est chronologique et vise à éclairer le processus de capitalisation associant l’héritage précolonial, à l’apport du protectorat, et aux dynamiques urbaines postcoloniales. Le second est celui d’une lecture sectorielle se focalisant autour du parcours de la politique urbaine, de la planification urbaine, et de l’armature urbaine, dans leurs luctuations conjoncturelles, et la constance de leurs fondements. Le troisième se rapporte à une lecture synthétique partant des enseignements de tout un siècle, pour aboutir à une ébauche du devenir de la ville marocaine, en passant par une évaluation des acquis et des rendez-vous manqués.

Cette synthèse qui s’écarte d’un grand nombre d’idées reçues, ne s’attèle pas à démontrer l’ampleur du poids du legs colonial, mais elle cherche à l’associer aux pesanteurs du présent, qui se conjuguent pour consacrer la ville comme enjeu majeur sur tous les plans, en lui accordant un poids croissant de foyer de reproduction du projet de société retenu au début du XXe siècle, pour l’ensemble du pays. Ainsi, cet ouvrage se veut une contribution au renouvellement du débat sur la question urbaine, et à l’actualisation de la pensée sous-tendant l’acte d’urbaniser et l’interprétation de la réalité urbaine.

L’auteur:

Mustapha Chouiki est Docteur d ’Etat en géographie urbaine, et  professeur à la retraite de l ’Université de Casablanca, où il a fondé et dirigé un laboratoire de recherche, où il a mené et dirigé des recherches sur la ville, pendant plus de trente ans. Il a été responsable d ’un Master en Développement urbain et d ’un Doctorat en urbanisme et Aménagement. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’urbanisation. Il a participé à de nombreuses rencontres et programmes scientifiques au Maroc, au Maghreb, au Moyen Orient, et en Europe.

Pour lire un extrait du livre : http://liseuse.harmattan.fr/978-2-343-10500-0

 

Le no 29 des Cahiers d’EMAM : « Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités  » ; en ligne

Ce no 29 des Cahiers d’EMAM, sous la direction de Pierre Signoles, consacré aux Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités ne résulte pas d’un appel à contributions qui aurait été préalablement diffusé. Les auteurs qui y figurent ont en effet été directement contactés par le coordinateur du numéro, en ce que, à divers titres et dans une relative simultanéité temporelle, ils avaient conduit des recherches sur le sujet….Les villes nouvelles explorées se situent exclusivement au Maroc et en Algérie. L’absence de la Tunisie n’est le fait d’aucun ostracisme : le pays n’a jamais initié de politique de villes nouvelles et ce n’est que depuis très peu de temps que, en ce pays, leur création est envisagée.

Qu’ils développent des études de cas ou se situent sur un plan plus large, qu’ils se fondent sur des observations et des enquêtes de terrain ou qu’ils procèdent « de l’intérieur », les travaux réunis dans ces Cahiers no 29 proposent une analyse critique des politiques nationales dans lesquelles les programmes de villes nouvelles s’inscrivent. Ils interrogent aussi sur les processus de décision et sur les modalités de mise en œuvre de ces politiques publiques.

Pour télécharger et lire les articles de ce numéro : https://emam.revues.org/1315

Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain

L’enseignement de l’aménagement et de l’urbanisme est relativement récent, même si l’art de bâtir des villes remonte à plusieurs siècles avant notre ère. Le vocable « urbanisme » est apparu pour la première fois au milieu du 19ème siècle, en Espagne, dans les travaux de Cerdà (Teoría General de la Urbanización, 1867).

En Grande-Bretagne, l’Université de Liverpool met en place le premier Institut universitaire dédié aux questions d’aménagement en 1909. Du côté de la France, le vote de la loi Cornudet instaure les premiers plans d’urbanisme et entraîne la création d’un Institut des Hautes études urbaines en 1919. Rattaché à la Sorbonne, celui-ci devient en 1924 l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP). De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, le premier programme universitaire dédié au City and Regional Planning est créé à l’Université de Harvard en 1923. Le Massachusetts Institute of Technology suit en 1932. Et, en 1941, c’est au tour de l’Université de Washington à Seattle, en 1945 à Columbia University à New York et à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, non loin de Chicago (Douay  N., 2017).

En Algérie, comme l’explique J.P. Frey (2010),  l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, conçu sur le modèle de celui de Paris, a été créé par décret en date du 11 juillet 1942, il ne commencera à fonctionner qu’au début de l’année 1946… Il a pour objet de coordonner et de développer les recherches concernant l’évolution des villes et plus particulièrement les études intéressant les villes nord-africaines, leur aménagement et leur extension, leur organisation administrative, économique et sociale. Son enseignement s’adressait tant aux techniciens désirant orienter leur activité vers l’urbanisme (architectes, ingénieurs, techniciens ruraux, géomètres, etc.) qu’aux fonctionnaires des services publics appelés à traiter des problèmes intéressant l’urbanisme (municipalités, travaux publics, etc.). L’enseignement comportait au départ trois groupes de cours : histoire et géographie ; droit, sociologie et économie ; technique de l’aménagement des villes.

De manière générale, les formations en urbanisme et aménagement, tout comme celles en architecture et construction, se caractérisent par la dimension pluridisciplinaire des enseignements où les savoirs théoriques et les savoir-faire professionnels se croisent et se complètent à travers, d’une part, les cours et les conférences autour de la connaissance des techniques et de la société et d’autre part, les travaux en atelier construits autour de la pratique du « projet » (notion qui désigne aussi bien  l’activité de conception déployée pour réaliser les plans que le résultat de cette activité, qui sont la réalisation et les plans eux-mêmes). Les enseignements dispensés dans les ateliers privilégient le travail de groupe et les échanges directs entre les étudiants et les professeurs. La formation pratique est (normalement) complétée par des stages qui permettent une meilleure intégration des étudiants dans le milieu professionnel. Les filières formant les futurs professionnels de l’aménagement urbain en particulier, doivent bénéficier de ce mode d’enseignement spécifique, qui associe théorie et pratiques professionnelles, dispensant non seulement des connaissances descriptives, sorte de base culturelle minimale, mais aussi  apportant des instruments cognitifs autant que pratiques, dotant les étudiants de compétences à l’action et la conception (Dumont  M., HDR, 2013).

Cependant, aujourd’hui, en Algérie, il n’existe plus d’Institut d’Urbanisme ; l’enseignement spécifique de la discipline « urbanisme » est intégré dans les différents cursus. Il n’y a pas de diplôme d’urbaniste, mais des formations «d’architecte- urbaniste » ou «d’aménageur» ou encore «de géographe- urbaniste » (T. Souami, 2006). Les conditions de pratiques pédagogiques et l’offre de formation ne sont pas toujours claires sur les compétences visées et sur la variété des différents profils, en particulier au niveau master (les filières de formation en aménagement et géographie, intégrant des domaines de spécialités destinés à former les compétences affectées à la planification, l’aménagement et la gestion des villes sont proposées par une dizaine d’universités à l’échelle nationale, une quinzaine propose des formations en architecture avec diverses options « urbanisme» au niveau master).

Pourtant, l’ampleur et la complexité des problèmes urbains et spatiaux exigent des professionnels ayant reçu une formation solide, condition sine qua non pour tenter d’améliorer une qualité urbaine qui ne cesse de se dégrader, dans un contexte de forte urbanisation (en Algérie, la population urbaine a été multipliée par six passant de moins de quatre millions en 1966, à plus de 22 millions au dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2008, soit deux algériens sur trois). Alors que les mutations urbaines sont importantes, et que le concept de développement durable est devenu incontournable ; l’enjeu est donc de faire en sorte de former des professionnels de l’urbanisme et l’aménagement de l’espace qui puissent répondre au mieux aux situations urbaines actuelles et qui soient capables d’anticiper les changements en cours et à venir aux plans social et environnemental.

A quelques jours de la prochaine rentrée universitaire, il est important de rappeler l’importance de cette filière et la nécessité d’investir dans une meilleure prise en charge des enseignements, d’autant plus que le champ professionnel des urbanistes et des aménageurs, ne jouit pas d’une  véritable reconnaissance, aussi bien de la part des pouvoirs publics que des maîtres d’ouvrage ou de la société civile. Sa structuration effective tarde à se mettre en place, pour preuve l’Association des Aménageurs et Urbanistes Algériens, fondée en 2001, ne dispose toujours pas de l’agrément officiel lui permettant d’agir efficacement (S. Almi, 2011). En effet, dans un champ marqué par la diversité des origines disciplinaires et la variété des profils professionnels (aménageurs- urbanistes, architectes-urbanistes, géographes-urbanistes, ingénieurs-urbanistes etc… mais également tous les autres professionnels se revendiquant comme « spécialistes de l’urbain »)  la question de la qualité de la formation, s’appuyant sur la maitrise de fondamentaux théoriques et pratiques  (un ensemble de références, de connaissances et de savoir-faire, bien défini), sorte de « base commune » à l’ensemble des cursus universitaires se revendiquant du champ de l’aménagement et de l’urbanisme, est prioritaire, pour tenter de répondre aux multiples attentes à l’échelle urbaine mais également sociale et environnementale, dans le contexte de désordre urbain, de difficultés de gestion des infrastructures et services collectifs ; et de manque de réflexion urbanistique prégnant, qui caractérise la plupart des villes algériennes.

Pour citer ce billet : «Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 26 aout 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1208

Appel à contribution pour l’ouvrage : L’Algérie au présent

L’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain) lance un appel à contribution pour l’ouvrage  » L’Algérie au présent » sous la direction de Karima Dirèche, Directrice de recherche CNRS.

Résumé

Il n’existe pas, aujourd’hui d’ouvrage de référence qui propose une analyse multidimensionnelle de l’Algérie d’aujourd’hui. Cet ouvrage se propose de combler cette lacune en offrant au lecteur une photographie analytique des dynamiques qui ont marqué l’Algérie de ces vingt dernières années…. Il se propose d’examiner les nouvelles donnes qui tissent les réalités de l’Algérie d’aujourd’hui : redéfinition des enjeux politiques et institutionnels, recomposition des territoires et des espaces économiques, émergences de nouvelles élites politiques et économiques, renforcement des politiques économiques néolibérales, affirmation de nouvelles identités culturelles et religieuses, renforcement des inégalités sociales, renouvellement des débats culturels et intellectuels…

Modalités de soumission

Les propositions de contribution (un titre et une demi-page) son attendues jusqu’au 30 juin 2017. Elles sont à adresser à karima.direche@irmcmaghreb.org et à romain.costa@irmcmaghreb.org. Les contributions devraient être courtes (28.000 signes, 8 pages word) et livrées au plus tard le 30 septembre 2017.