Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain

L’enseignement de l’aménagement et de l’urbanisme est relativement récent, même si l’art de bâtir des villes remonte à plusieurs siècles avant notre ère. Le vocable « urbanisme » est apparu pour la première fois au milieu du 19ème siècle, en Espagne, dans les travaux de Cerdà (Teoría General de la Urbanización, 1867).

En Grande-Bretagne, l’Université de Liverpool met en place le premier Institut universitaire dédié aux questions d’aménagement en 1909. Du côté de la France, le vote de la loi Cornudet instaure les premiers plans d’urbanisme et entraîne la création d’un Institut des Hautes études urbaines en 1919. Rattaché à la Sorbonne, celui-ci devient en 1924 l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP). De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, le premier programme universitaire dédié au City and Regional Planning est créé à l’Université de Harvard en 1923. Le Massachusetts Institute of Technology suit en 1932. Et, en 1941, c’est au tour de l’Université de Washington à Seattle, en 1945 à Columbia University à New York et à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, non loin de Chicago (Douay  N., 2017).

En Algérie, comme l’explique J.P. Frey (2010),  l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, conçu sur le modèle de celui de Paris, a été créé par décret en date du 11 juillet 1942, il ne commencera à fonctionner qu’au début de l’année 1946… Il a pour objet de coordonner et de développer les recherches concernant l’évolution des villes et plus particulièrement les études intéressant les villes nord-africaines, leur aménagement et leur extension, leur organisation administrative, économique et sociale. Son enseignement s’adressait tant aux techniciens désirant orienter leur activité vers l’urbanisme (architectes, ingénieurs, techniciens ruraux, géomètres, etc.) qu’aux fonctionnaires des services publics appelés à traiter des problèmes intéressant l’urbanisme (municipalités, travaux publics, etc.). L’enseignement comportait au départ trois groupes de cours : histoire et géographie ; droit, sociologie et économie ; technique de l’aménagement des villes.

De manière générale, les formations en urbanisme et aménagement, tout comme celles en architecture et construction, se caractérisent par la dimension pluridisciplinaire des enseignements où les savoirs théoriques et les savoir-faire professionnels se croisent et se complètent à travers, d’une part, les cours et les conférences autour de la connaissance des techniques et de la société et d’autre part, les travaux en atelier construits autour de la pratique du « projet » (notion qui désigne aussi bien  l’activité de conception déployée pour réaliser les plans que le résultat de cette activité, qui sont la réalisation et les plans eux-mêmes). Les enseignements dispensés dans les ateliers privilégient le travail de groupe et les échanges directs entre les étudiants et les professeurs. La formation pratique est (normalement) complétée par des stages qui permettent une meilleure intégration des étudiants dans le milieu professionnel. Les filières formant les futurs professionnels de l’aménagement urbain en particulier, doivent bénéficier de ce mode d’enseignement spécifique, qui associe théorie et pratiques professionnelles, dispensant non seulement des connaissances descriptives, sorte de base culturelle minimale, mais aussi  apportant des instruments cognitifs autant que pratiques, dotant les étudiants de compétences à l’action et la conception (Dumont  M., HDR, 2013).

Cependant, aujourd’hui, en Algérie, il n’existe plus d’Institut d’Urbanisme ; l’enseignement spécifique de la discipline « urbanisme » est intégré dans les différents cursus. Il n’y a pas de diplôme d’urbaniste, mais des formations «d’architecte- urbaniste » ou «d’aménageur» ou encore «de géographe- urbaniste » (T. Souami, 2006). Les conditions de pratiques pédagogiques et l’offre de formation ne sont pas toujours claires sur les compétences visées et sur la variété des différents profils, en particulier au niveau master (les filières de formation en aménagement et géographie, intégrant des domaines de spécialités destinés à former les compétences affectées à la planification, l’aménagement et la gestion des villes sont proposées par une dizaine d’universités à l’échelle nationale, une quinzaine propose des formations en architecture avec diverses options « urbanisme» au niveau master).

Pourtant, l’ampleur et la complexité des problèmes urbains et spatiaux exigent des professionnels ayant reçu une formation solide, condition sine qua non pour tenter d’améliorer une qualité urbaine qui ne cesse de se dégrader, dans un contexte de forte urbanisation (en Algérie, la population urbaine a été multipliée par six passant de moins de quatre millions en 1966, à plus de 22 millions au dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2008, soit deux algériens sur trois). Alors que les mutations urbaines sont importantes, et que le concept de développement durable est devenu incontournable ; l’enjeu est donc de faire en sorte de former des professionnels de l’urbanisme et l’aménagement de l’espace qui puissent répondre au mieux aux situations urbaines actuelles et qui soient capables d’anticiper les changements en cours et à venir aux plans social et environnemental.

A quelques jours de la prochaine rentrée universitaire, il est important de rappeler l’importance de cette filière et la nécessité d’investir dans une meilleure prise en charge des enseignements, d’autant plus que le champ professionnel des urbanistes et des aménageurs, ne jouit pas d’une  véritable reconnaissance, aussi bien de la part des pouvoirs publics que des maîtres d’ouvrage ou de la société civile. Sa structuration effective tarde à se mettre en place, pour preuve l’Association des Aménageurs et Urbanistes Algériens, fondée en 2001, ne dispose toujours pas de l’agrément officiel lui permettant d’agir efficacement (S. Almi, 2011). En effet, dans un champ marqué par la diversité des origines disciplinaires et la variété des profils professionnels (aménageurs- urbanistes, architectes-urbanistes, géographes-urbanistes, ingénieurs-urbanistes etc… mais également tous les autres professionnels se revendiquant comme « spécialistes de l’urbain »)  la question de la qualité de la formation, s’appuyant sur la maitrise de fondamentaux théoriques et pratiques  (un ensemble de références, de connaissances et de savoir-faire, bien défini), sorte de « base commune » à l’ensemble des cursus universitaires se revendiquant du champ de l’aménagement et de l’urbanisme, est prioritaire, pour tenter de répondre aux multiples attentes à l’échelle urbaine mais également sociale et environnementale, dans le contexte de désordre urbain, de difficultés de gestion des infrastructures et services collectifs ; et de manque de réflexion urbanistique prégnant, qui caractérise la plupart des villes algériennes.

Pour citer ce billet : «Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 26 aout 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1208


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *